La souffrance

La souffrance

 « Celui qui ne connait pas la souffrance, ne peut désirer la vraie paix » 

Dans notre quotidien, la souffrance nous la fuyons comme la peste. Tout est bon pour l’anesthésier au maximum, pourtant elle nous apprend beaucoup sur nous-même.

Peu importe la manière dont elle survient dans nos vies, une chose est sure, la souffrance nous révèle le fond de nos cœurs. Ce que nous croyons vraiment, et non ce que nous pensons croire.

C’est dans les réactions, dans la plus vive des douleurs, qu’en effet apparait notre réelle foi, notre réelle confiance en Dieu, notre réelle compréhension de son Amour.

Personne ne ressent ni ne réagit de la même façon. Toutes les histoires des personnages bibliques nous prouvent bien cela !

Job dans les pires souffrances n’a jamais renié Dieu. Elie dans la dépression ira lui jusqu’à réclamer la mort... Moïse se plaint que Dieu ne l’épargne pas avec la charge de ce peuple « pourquoi moi ?! » Jérémie crie son sentiment d’abandon et d’injustice. Et tant d’autres exemples, tous uniques, tous différents, tous entendus et écoutés par notre Père, qui tient compte de chacune de nos larmes.

Moi personnellement, quand je souffre, j’ai tendance à penser que Dieu ne me voit pas, ne m’entend pas, qu’Il ne tient pas compte de ce que je ressens.... J’ai donc appris à « apprécier » la souffrance simplement pour corriger ce défaut de pensée, lié à mon histoire personnelle. L’épreuve est permise uniquement pour nous faire grandir, jamais pour nous détruire !

Chaque fois sa fidélité m’a ébahie. Dans mon désespoir, ses consolations m’ont rendue la joie. (Psaumes 94.19)

Maintenant je sais reconnaître chacun de ses bienfaits envers moi et je sais, je ne doute plus, que même si je dois passer, pour un temps par le vide et la douleur, Il écoutera mes cris, et me délivrera de mes tourments. TOUJOURS.

Lorsque le chemin a été sombre, on se cramponne d’autant plus à la lumière.

Je fais partie de ceux qui ont découvert la véritable Paix, la véritable vie au milieu de l’ouragan… 

Dans des souffrances intenses, on comprend encore mieux l’espoir de l’Evangile. Celui qui ne réalise pas sa souffrance, ne recherche pas le Seigneur en profondeur. Voici ce que signifie avoir soif du Dieu très Haut.

Jésus, nous a laissé un parfait exemple à suivre, et à méditer à ce sujet…

« Il était méprisé, abandonné des hommes, un homme de douleur habitué à la souffrance. »

Esaïe 53.3

A nous de voir les choses sous un angle différent maintenant.

Que la Paix soit sur vous.

 

 

Vous pouvez avoir une opinion différente voire même divergente de celle de l'auteur de ce texte. Cependant, nous vous demandons de rester fraternels et respectueux dans vos commentaires et de viser d'abord à encourager chacun et chacune, comme nous le faisons nous-mêmes au TopChrétien.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

6 commentaires