Le cep et les sarments

Le cep et les sarments Le cep et les sarments

Au cours du dernier repas Jésus et ses disciples chantent rituellement le psaume 118 qui annonce le sacrifice de l’agneau de Dieu. L’heure est arrivée… (Jean 15)

En route vers Gethsémané, ils traversent un terrain planté de vignes. Jésus dit alors, « je suis le cep, vous êtes les sarments et mon père est le vigneron ».

Le cep porte les sarments et les nourrit. Les sarments se nourrissent du cep et portent les fruits. Les fruits sont pour le propriétaire de la vigne, Dieu.

Tout comme le sarment sans le cep ne peut porter du fruit, le cep sans les sarments ne porte pas de fruit.

Ce que Jésus dit, c’est qu’il compte sur ses disciples pour annoncer la bonne nouvelle de l’Évangile et ainsi bâtir son Royaume, le royaume de l’Esprit Saint, le temple de Dieu. Mais il dit aussi, « sans moi vous ne pouvez rien faire c’est pourquoi demeurez en moi et je demeurerai en vous ». (Jean 15.4)

Dieu nous fait la grâce de nous associer à ses plans et ses projets de salut pour l’humanité qui s’est perdue en écoutant Satan dans le Jardin d’Eden.

Dans le projet de Dieu, nous sommes ouvriers avec lui, plus que cela, nous sommes déclarés « amis de Jésus ». Il nous établit pour aller et porter du fruit et que ce fruit demeure. Notre puissance et l’efficacité de notre service pour le divin vigneron résident en Jésus, la Parole vivante de Dieu.

Par la fidélité et l’obéissance aux commandements de Jésus, sa parole demeure en nous, alors il nous promet que nous pouvons demander tout ce que nous voulons pour porter encore plus de fruits à la gloire de Dieu, et il nous le donne…

Cependant pour qu’une vigne donne d’abondantes grappes de raisin, il faut, tous les ans, la tailler afin d’enlever tout ce qui consomme inutilement la force productive de la plante.

Il dit encore : « Vous voulez porter plus de fruit pour que mon père soit glorifié », « vous serez, émondés. N’ayez pas peur, Dieu est propriétaire de la vigne, il sait la tailler sans la blesser jusqu’à ce que son heure soit arrivée » (Jean 15.8 et 2)

Ce n’est pas facile d’être émondé, mais c’est indispensable. Jésus dit encore : « Vous avez des épreuves, des difficultés, des oppositions et des tribulations dans le monde ; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde afin que vous ayez la paix en moi. Je vous donne ma paix afin que ma joie soit en vous et que votre joie soit parfaite ».

Est-il possible de jouir des biens de ce monde ? Faire une carrière professionnelle ? Avoir maison, comptes en banque bien remplis ?

Pourquoi pas, si Dieu est le premier dans ton cœur. Mais sache que pour tout cela il faudra en rendre compte. Le sens de la vie est ailleurs : C’est porter des fruits à la gloire de Dieu !

Qu’est-ce que le poids d’une vie face à l’éternité ? La vie passe et les choses de ce monde aussi, mais les fruits pour le Royaume de Jésus-Christ, demeurent éternellement et sont inscrits dans le ciel.

Mais déjà aujourd’hui nous avons sa joie et sa paix, parce que Dieu nous aime inconditionnellement.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire