Le combat (3)

Le combat (3)

1) INTRODUCTION.

²

Rappel du précédent message Þ nécessité pour le soldat d'être équipé de la ceinture de la vérité (la droiture, l'honnêteté, l'intégrité) et de la cuirasse de la justice (justification par la foi au Fils de Dieu et non par les œuvres humaines).

2) LES CHAUSSURES DU ZELE.

²

L'idée soulignée par Paul est celle de la marche. En effet, Dieu invite l'homme au salut dans lequel il entre en passant par Jésus qui en est la porte d'accès. Jean 10 : 9. Derrière cette porte, le croyant peut s'installer confortablement dans sa vie chrétienne en cherchant à profiter des avantages procurés par le monde (loisirs, détente, télévision, confort matériel…) et en vivant prioritairement pour les choses de la terre. Colossiens 3 : 2, tout en s'attendant à la grâce divine. L'enfant de Dieu peut tomber dans le piège du "métro –ou voiture-boulot-église-dodo".

²

Derrière la porte du salut, le Seigneur invite son disciple à explorer Son royaume, à découvrir toutes les multiples facettes de Sa personne, à chercher à grandir dans la vie de l'Esprit (dons + fruits) Mathieu 7 : 7 Þ La marche dans le salut ne consiste pas seulement à demander à, mais aussi à chercher.

²

Luc 24 Þ Jésus accompagne deux de ses disciples sur le chemin d'Emmaüs. Pendant cette marche, Il va leur rappeler la Parole. De la même manière, au travers de notre parcours terrestre, nous sommes invités à rechercher et à nous nourrir de l'enseignement, de l'instruction, de la présence de notre Seigneur.

²

Luc 24 : 28 Þ Jésus n'est pas statique, mais Il va de l'avant (L'évangile de Marc permet de découvrir le Messie toujours en activité). La vie n'est pas statique, mais elle implique les notions de tonicité, de dynamisme, d'effervescence parfois. Or, Jésus est "le chemin, la vérité, la vie".

²

Marcher avec le Seigneur ne consiste pas à s'asseoir dans une petite vie religieuse de routine en bénéficiant des grâces divines dans l'attente du retour du Maître. Il s'agit plutôt de désirer ardemment Le suivre pour L'aimer, développer une réelle intimité de cœur par la louange, l'adoration, la prière, la lecture et la méditation des Ecritures, pour recevoir ses leçons, ses directions mais aussi ses bienfaits, faire des expériences marquantes, Le servir. Michée 6 : 8; Psaume 119 : 1-3; Psaume 1 : 1-3.

²

Cependant, le disciple a besoin d'être équipé de chaussures. En effet, ces-dernières procurait au soldat romain la facilité pour effectuer de grandes distances. Elles lui permettaient d'être disponible, mobile pour répondre à une demande de la part de son commandant. Paul fait le rapprochement entre cet équipement et le zèle. Ephésiens 6 : 15.

²

Après un certain nombre d'années de conversion, on peut cultiver des pensées et des raisonnements erronés, selon lesquels le zèle s'émousse et perd de sa force de façon inévitable avec le temps. Il est vrai que la marche avec Dieu laisse apparaître des réalités rencontrées sur le chemin : lassitude, fatigue, doute, découragement, épreuve, rejet, déceptions, souffrances… L'erreur est de considérer comme normal le refroidissement, la diminution de l'ardeur pour le Seigneur.

²

Or, le désir de Dieu est de renouveler, de motiver, d'encourager ses enfants dans leur marche afin que la ferveur, la mobilisation, le zèle de chacun soit fortifiés de nouveau.

²

Dans une relation de couple, la marche à 2 nécessite un entretien, un soin particulier car l'amour a besoin d'être soutenu. L'Eglise, qui est l'Epouse de Christ, doit veiller sur sa flamme intérieure envers son divin époux.

²

Le Seigneur souhaite aider ceux et celles parmi son peuple dont le zèle demande une stimulation, une excitation. Aggée 1 : 14 Þ Autre version : "L'Eternel excita le zèle de Zorobabel". Mat 12 : 20; Mat 11 : 28; Esaïe 40 : 29-31; Exemple de Caleb : Josué 14 : 10-12; Ps 69 : 10.

3) LE BOUCLIER DE LA FOI.

²

Dans le grec du nouveau Testament, le mot "bouclier" a une racine signifiant "porte", donnant ainsi une idée de la grandeur de cette arme défensive pour la protection du soldat romain. Bien utilisé, aucune partie du corps ne pouvait être atteinte par les projectiles de l'ennemi.

²

Quand le disciple décide de s'engager dans une vie offerte par amour à son Seigneur, il est exposé aux attaques de l'Adversaire de même que ses proches. Sa foi va constituer une protection pour les siens, d'où l'image d'un bouclier de taille imposante.

²

L'Ennemi décoche des flèches enflammées entraînant l'épreuve, la maladie, l'opposition en attitude ou en paroles… Une des principales difficultés consiste à accepter, à digérer la réalité selon laquelle ces offensives passent par des "moyens" humains Þ Ephésiens 6 : 12.

²

Psaume 28 : 7 : "L'Eternel est ma force et mon bouclier; En lui mon coeur se confie, et je suis secouru; J'ai de l'allégresse dans le coeur, Et je le loue par mes chants". Þ La foi dans la protection de Jésus, la confiance en Celui qui garde les siens quoiqu'il arrive, en sachant que tout est mesuré, contrôlé par Dieu Lui-même. 1 Corinthiens 10 : 13.

²

C'est un type de foi qui n'évacue pas la réalité des circonstances (la souffrance est bien présente, la tempête souffle réellement), mais il change la vision de la situation, l'appréciation du contexte.

²

Cette foi permet à son possesseur de se cacher dans le Seigneur, en s'appuyant sur Romains 8 : 28 :" Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein".

²

Cette confiance proclame la présence et la seigneurie de Jésus indépendamment des émotions et des sentiments intérieurs. Esaïe 43 : 2; 41 : 10. Mathieu 28 : 20. C'est le bouclier de la foi pour croire que si la vie du disciple a réellement été livrée à Jésus, elle Lui appartient effectivement. 1 Corinthiens 6 : 19-20. Si le Seigneur en est vraiment le propriétaire, comme Il prend soin de ce qui est à Lui, Il protège de façon efficace et certaine son soldat.

²

Jean 16 : 33 Þ Le monde : il ne s'agit pas des gens, mais des principes, des facteurs qui régissent et contrôlent le monde, des puissances diaboliques qui le tiennent sous leur domination. Nous sommes cependant au bénéfice de la victoire du Seigneur. Ce type de foi s'accapare Romains 8 : 38-39 : "Car j'ai l'assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur".

²

Cette confiance inébranlable dont le Seigneur veut nous équiper considère la situation critique, non pas comme une montagne infranchissable, mais comme un défi à relever avec une consolation à saisir, une victoire à remporter, une délivrance à obtenir, une expérience à faire, une instruction à recevoir.

²

Paul a effectué un séjour en prison à Rome. Il n'a pas appréhendé cette circonstance comme une épreuve pour l'abattre, mais comme une opportunité pour rendre témoignage de sa foi dans le Sauveur du monde. C'est aussi dans ses liens qu'il a pu écrire des lettres édifiantes pour notre vie chrétienne (Ephésiens, Philippiens, Colossiens, Philémon)

Fortifions notre foi dans Celui qui sait ce qu'Il est en train de faire dans notre vie. Jean 6 : 7.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire