Les apôtres : Jacques et Jude

Les apôtres : Jacques et Jude
Lecture : Luc 6 : 12-16.
 
INTRODUCTION
 
Jacques et Jude (appelé également Thaddée) ont présenté le point commun suivant : ce sont les 2 apôtres qui sont les moins connus. Nous avons énormément d'informations concernant Pierre, Jean et Jacques les fils de Zébédée. La bible donne des renseignements au sujet d'André, de Philippe, de Nathanaël (ou Barthélémy), de Matthieu, de Thomas et de Simon le Zélote (ou le Cananite) Nous avons bien sûr des détails sur le parcours de Judas. Par contre, les 2 personnages qui nous intéressent nous sont pratiquement inconnus car nous avons seulement leur nom. 

Cependant, ils ont été appelés à faire partie du groupe des apôtres au même titre que les autres. Nous allons considérer ces réalités et les appliquer à la vie de l'Eglise. Ainsi, au niveau de l'assemblée locale, des chrétiens sont moins connus que d'autres, exercent des ministères moins en vue, ont des personnalités moins prononcées mais ils appartiennent intégralement au peuple de Dieu et ont la même valeur.

Nous allons étudier les similitudes et les différences de Jacques et de Jude par rapport à leurs compagnons et faire le parallèle avec nous. 

1) LES SIMILITUDES

Jacques et Jude, comme les autres apôtres et comme chaque individu, ont eu à manifester la foi dans le Messie, le Fils de Dieu venu pour expier les fautes de l'humanité. Tous les amis qui fréquentent l'église doivent reconnaître cette réalité : sans Jésus dans leur cœur, ils sont perdus et séparés du Créateur à cause de leurs péchés. Ps 14 : 1-3; 53 : 2-4; Eccl 7 : 20; Rom 3 : 10. Ils sont donc invités à saisir la vie éternelle par la foi. Marc 16 : 16; Jean 3 : 36

Les disciples sont invités à avoir le regard du Seigneur pour tous ceux qui pénètrent dans le bâtiment : un regard d'amour, de compassion, une attitude d'accueil, d'écoute, de patience, de douceur.

Rom 15 : 7; Phil 2 : 5. Leur rôle est d'accompagner et d'entourer les incroyants pour leur apprendre à faire confiance à Jésus et à suivre Son exemple en vivant Ses enseignements. Mat 28 : 19-20.

Jacques et Jude ont été appelés à faire partie des 12, et ils ont du traiter comme leurs collègues le problème de leur mauvaise nature. Quels que soient le tempérament, les qualités et la fonction des chrétiens, chacun est confronté à sa chair. Paul exprime de façon précise et réaliste le fonctionnement de la nature humaine. Rom 7 : 14-25. Il décrit aussi la dualité du cœur du disciple. Gal 5 : 16-17. Bien que différents au niveau de la personnalité et des facultés, nous avons tous à gérer cette réalité. La seule solution biblique est le renoncement à soi-même et le refus de laisser la mauvaise nature diriger l'existence. Paul enseigne qu'il s'agit de mourir à une certaine forme de vie pour renaître à une vie qui correspond à la sainteté de Dieu. 2 Cor 5 : 17; Gal 2 : 20; Eph 4 : 20-24; 2 Tim 2 : 11. 

Tous les croyants ont sans exception besoin d'être aimés. L'amour humain est essentiel au développement d'une personne. Cependant, l'individu a été créé pour recevoir et vivre l'amour inconditionnel du Père Céleste. Pour l'expérimenter, il suffit d'ouvrir son cœur et de croire que cet amour divin est disponible par grâce en réponse à la prière. Es 43 : 4; Jér 31 : 3; Jean 3 : 16; Rom 5 : 8. Ceux qui sont privés d'affection humaine peuvent vivre une extraordinaire compensation en étant rempli de l'amour divin.

Autre besoin commun : celui d'être reconnu pour ce que nous sommes. Les Ecritures soulignent la nécessité d'admettre son état de pécheur. Néanmoins, pour s'épanouir de façon harmonieuse, l'être humain s'attend à recevoir des autres la reconnaissance de ce qu'il est ou de ce qu'il vit : qualités, capacités, mais aussi faiblesses, souffrances, traumatismes et injustices dont il est victime … Lors d'un procès par exemple, la victime attend toujours que le coupable reconnaisse sa responsabilité et avoue ce qu'il lui a fait subir. Malheureusement, nous sommes souvent prodigues dans les critiques et les jugements mais avares pour valoriser et reconnaître les qualités du prochain. Une attitude inverse est souhaitable pour celui qui désire être agréable à Dieu. 

Si la reconnaissance n'est pas reçue des hommes, le disciple découvre que le Seigneur manifeste la Sienne. Dieu voit et reconnaît ce que nous sommes en vérité. Job 1 : 8; Zac 3 : 1-5; Apo 2 : 2-3; 13; 19; 3 : 8. Cette réalité biblique contribue à la guérison des cœurs brisés.

Autre similitude entre les hommes : le besoin d'appartenance. Les racines sont indispensables pour la croissance des plantes et des végétaux. De la même manière, les racines sont importantes pour les humains. C'est pourquoi beaucoup de personnes nées sous X ressentent la nécessité de retrouver leurs parents biologiques afin de rétablir un contact avec ceux qui ont été à l'origine de l'existence de l'individu. L'épanouissement dans le salut s'opère lorsque le chrétien réalise avec force qu'il appartient au Créateur et Père céleste : il est devenu par la foi enfant de Dieu. S'il est orphelin au niveau humain, il ne l'est plus au niveau spirituel. C'est sa nouvelle identité : être fils ou fille de Dieu. Le Saint-Esprit joue un rôle primordial pour aider un croyant à réaliser pleinement ce privilège. Rom 8 : 16-17; 1 Jean 3 : 1

De plus, tous les croyants sont potentiellement vainqueurs car Christ a accompli au travers de Sa mort et de Sa résurrection une œuvre parfaite. Comme Il est Lui-même victorieux sur toutes choses, le disciple fidèle dans la foi participe à cette victoire. Normalement, il est rendu capable de surmonter et de triompher dans toutes les situations. La volonté et la persévérance humaine sont indispensables, mais le Saint-Esprit agit aussi par Sa puissance. Zac 4 : 6; Jean 5 : 6; Act 14 : 22.

2) LES DIFFERENCES 

Nous allons considérer maintenant la réalité suivante : les 2 apôtres étaient différents des autres. De la même façon, chaque disciple dans l'Eglise est unique et particulier. Ainsi, les différences entre individus ne sont pas des handicaps ou des défauts mais au contraire des richesses voulues par le Seigneur.

Pierre, Jacques et Jean étaient d'un tempérament entier et fougueux. Jacques et Jude étaient certainement plus réservés, comme André. On remarque dans l'Eglise les mêmes différences de tempérament. Certains ont la fibre du leadership et sont indispensables pour stimuler et entraîner les frères et sœurs. L'assemblée a besoin de fonceurs, de gens qui ne sont ni timorés ni craintifs. Elle a également besoin de membres ayant un esprit d'initiative aiguisé. Cependant, d'autres préfèrent rester en retrait et sont zélés pour suivre ceux qui font office de locomotives. Certains disciples ne se font pas beaucoup remarquer mais ils sont efficaces et performants dans leurs tâches. D'autres sont compétents et engagés, mais il faut à leur côté des aides pour les entourer, les rassurer. 

Ces différences bien gérées sont des avantages car elles contribuent à l'équilibre et à la complémentarité au sein du peuple de Dieu. Chaque croyant doit accepter ce qu'il est par la grâce divine et ne pas chercher à imiter en tous points une personne admirée. Jacques et Jude n'étaient pas Pierre et Jean. Néanmoins, ils ont fait partie du groupe des 12 et ont joué un rôle important. Jésus ne leur a jamais demandé de ressembler à tout prix aux autres. De la même manière, les chrétiens dont le tempérament est plus effacé et dont la fonction est moins mise en lumière n'ont pas à nourrir de complexe d'infériorité par rapport aux autres. Chacun est aimé, apprécié et accepté par le Seigneur tel qu'il est et a des œuvres à accomplir en communion avec les frères et sœurs.

De nombreuses expériences sont accessibles à tous : la repentance, la conversion, la recherche du fruit de l'Esprit, le miraculeux selon la grâce de Dieu. Par exemple, Pierre a été le seul à marcher sur l'eau.

Mat 14 : 24-33. Ses compagnons auraient pu vivre la même expérience s'ils avaient manifesté la foi de Pierre. Le Seigneur ne les aurait certainement pas découragés ou repoussés. Par contre, Jésus a emmené avec Lui Pierre, Jacques et Jean sur la montagne où ll leur est apparu transfiguré. Mat 17 : 1-9. De même, seuls ces 3 apôtres ont eu le privilège d'assister à la résurrection de la fille de Jaïrus. Marc 5 : 35-43

Le Seigneur n'a pas manifesté de préférence ou de favoritisme, mais Il a associé certains disciples à des œuvres particulières car ces-derniers ont été ensuite investis de responsabilités et de fonctions plus importantes que celles de leurs compagnons. Pierre Jacques et Jean ont été en effet des pièces maîtresses dans la construction et le développement de l'Eglise du premier siècle. Gal 2 : 6-10. Les écrivains historiques citent Jacques comme étant à la tête de l'assemblée de Jérusalem. Pierre a été un des apôtres les plus influents. Jean a été choisi par le Saint-Esprit pour rédiger l'évangile, 3 épîtres et l'Apocalypse. Il leur fallait vivre des expériences marquantes en rapport avec leurs ministères importants.

L'Eglise fonctionne comme un corps humain. Elle est composée de membres différents mais complémentaires et dépendants les uns des autres. Ils sont aussi utiles et indispensables pour la bonne santé de l'ensemble. Bien sûr, une personne peut arriver à se passer d'un doigt. Mais la cohésion et l'harmonie sont vécus quand il ne manque aucun membre et que tous exercent leur fonction correctement. Ce principe se retrouve dans l'Eglise qui est le corps de Christ. Chaque disciple y a sa place et sa fonctionnalité afin de se développer de façon équilibrée et de servir pour la croissance de l'ensemble. 1 Cor 12

Jacques et Jude étaient moins connus et moins mis en avant que leurs confrères. Malgré cela, ils n'ont pas exprimé d'envie ou de jalousie vis à vis des autres. Ils ont regardé à ce que Dieu leur a donné et L'ont servi avec foi et zèle. Selon leur exemple, les disciples doivent aspirer à être à leur place pour servir le Seigneur avec joie.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire
  • Edens Elvéus Il y a 11 années, 2 mois

    Je suis réellement béni par ce message texte. Cet auteur a reçu une inspiration divine. Que Dieu puisse continuer à  bénir votre travail, dans l amour de Christ. Déjà  je vais le placer parmi mes enseignements.