Les chrétiens peuvent-ils faire la guerre ?

Les chrétiens peuvent-ils faire la guerre ?

Un chrétien peut-il prendre les armes et s’en servir ?
Ou devrait-il en toutes circonstances refuser de tuer ?

Quelles que soient nos croyances, nous ne pouvons que constater avec tristesse et dégoût, que le mal est omniprésent dans notre monde, et ce depuis toujours.

La Bible nous parle de “La chute”, qui  a créé un fossé entre Dieu et l’homme. La  conséquence majeure en est le péché, en d’autres termes la domination du mal sur l’existence humaine et sur toute la Création en général. Le premier meurtrier est d’ailleurs Caïn, fils du premier couple humain. Il tue son frère par jalousie et ouvre ainsi la porte à tous les règlements de compte, individuels et collectifs. (Genèse 14.8)

La guerre est le symbole même du mal collectif. Elle est présente depuis toujours. Force est de constater que notre planète n’a encore jamais connu de paix générale jusqu’à aujourd’hui.

Que dit la Bible ?

Tu ne tueras point.”

Le sixième commandement divin ne s’applique pas au collectif, puisque dans l’Ancien Testament, Dieu lui-même donnait ses directives aux chefs de guerre. Cet ordre s’adressait aux croyants juifs. Son application chez les chrétiens ne fait pas l’unanimité, en particulier en ce qui concerne la peine de mort. Mais ceci est un autre sujet.

“Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent.
Matthieu 5.44

Si quelqu'un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l'autre.
Matthieu 5.39

L'injonction de Jésus à “aimer nos ennemis” et à répondre pacifiquement à la violence est aussi d’abord d’ordre individuel.

Prendre les armes pour défendre son pays ?

Quand toutes les solutions humaines, diplomatiques ou autres, ont fini dans des impasses, un pays cherche une “solution armée”. Le chrétien est alors devant un dilemme :

Accepter de prendre les armes et s’en servir,
ou bien refuser catégoriquement de tuer son prochain, qu’il soit ou non un ennemi ?

Je me suis toujours posé la question de comment je réagirais si quelqu’un s’en prenait violemment à mes enfants, petits-enfants, ou à des personnes fragiles et sans défense juste devant mes yeux.

Dans ma famille, depuis plusieurs générations, personne n’a porté les armes. L’un de mes grands-pères était gendarme et n’a pas été mobilisé. L’autre a participé à la guerre de 14-18 et aux batailles de Turquie, en tant qu’ambulancier. Il voulait d’abord déserter, mais le curé de son village (alors qu’il n’était pas croyant), l’avait encouragé à devenir ambulancier pour rester en vie. Il avait été médaillé comme tous les survivants de ces batailles sanglantes, mais il n’en parlait jamais, car c’était trop horrible. Et pour finir, mon père a été exempté comme tous ceux de son année de naissance, à cause de leur mauvaise santé.

Je n’ai donc pas été bercée par des récits héroïques, et j’ai pris conscience très jeune de cet enjeu. A 10/11 ans, j’ai même eu honte d’apprendre que ma ville de naissance, Angoulême, avait une fabrique d’armes de guerre.

Certains choisissent la résistance passive, non armée, en cherchant par tous les moyens à gêner et ralentir la progression “ennemie”, mais elle ne suffit en général pas à grande échelle. 

"Comment se positionner face à des Hitler, ou des terroristes de tous poils ?"

Prendre une décision et faire un choix personnel

Il me semble que la réponse à ces actions de défense collectives, ne peut être qu’individuelle, même pour les chrétiens. Un militaire chrétien peut d'ailleurs apporter son témoignage au sein de l’armée. Les aumôniers militaires en sont très souvent témoins.

A vos commentaires, mais personnellement je n’ai toujours pas la réponse ...

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Retranscrit par les mains d’Elisabeth, ce récit rend la vie des siens dynamique et pétillante. Il nous fait passer des rires aux larmes, des concepts les plus rudimentaires à la philosophie de la vie...

L’ouvrage pourrait s’intituler carpe diem tant Elisabeth, malgré les difficultés traversées et communes à beaucoup d’entre nous, a su puiser de l’espoir dans sa foi, son goût de vivre et ses amis.

Découvrez et procurez-vous le livre "Hors-Piste" en cliquant sur ce lien ! 

100 commentaires
  • jehfabv Il y a 2 semaines, 1 jour

    La bible nous dit dans éphésien 6 verset 11 et 12 revêtez vous de toutes les armes de DIEU, 11Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. 12Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. Ne nous y trompons pas pour nous les enjeux c'est que CHRIST règne et son royaume n'est pas de de ce monde nous aussi nous faisons partie de son royaume, christ est un artisan de paix nous aussi nous le sommes, c'est pour cela que nous chrétien qui sommes dans la lumière nous devons prier pour le monde car nous avons été laissé dans ce monde afin de prier, pour toutes le conflits qui si trouvent, pour que les hommes les femmes les enfants qui meurent dans ces conflits puissent en sortir car DIEU NOUS AIME TOUS.
  • FDM7777 Il y a 3 semaines

    Les chrétiens peuvent faire la guerre, surtout s'il s'agit de défendre son pays. Les devoirs citoyens ne sont pas abolis encore. Heureusement qu'au temps de Seconde Guerre mondiale il n'y avait pas beaucoup de monde qui se posait ce type de question. Pour moi celui qui se dit chrétien et refuse d'aller au front se cherche une excuse. Tout le monde a peur de mourir (celui qui le nie n'a pas encore vraiment regardé la mort en face): c'est pour cela que les soldats sont tous des héros. Ce serait dommage ne compter aucun chrétien parmi les héros. On dit qu'il faut faire comme Jésus. Jésus s'est érigé seul contre le système et a fini par y laisser la vie. On ne demande pas au chrétien d'aller seul au front mais d'y aller avec les autres.
    • Lena Il y a 2 semaines

      Oui, mais que signifie réellement défendre son pays? C'est sauver la vie de tes semblables au détriment de celle des membres d'une autre armée qu'on a également encouragés à être "héroïques". Or est-ce à nous de choisir qui est plus légitime? Qui devrait mourir au profit de qui? Admettons que dans les deux camps, des chrétiens soient engagés et qu'ils se rencontrent sur le champ de bataille et s'entretuent, est-ce normal? Est-ce héroïque? Aujourd'hui les conflit internationaux vont au delà du légitime et du moral, ils ne concernent que les intérêts politiques pas ceux de Dieu, mais ceux des hommes. Dans la bataille, on tue certainement des personnes qui n'ont pas encore rencontré Dieu et on les prive d'avoir une autre chance de se réconcilier avec lui. Je ne vois rien d'héroïque à cela. Jésus ne voyait pas ceux qui faisaient le mal comme des ennemis, mais comme des brebis sans berger. Alors comment pourrions nous voir une autre nation et tous ceux qui se battent pour elle comme un ennemi à abattre? Je pense, qu'il y a d'autres façons de s'engager.
  • sophianta Il y a 3 semaines, 1 jour

    Dans la mesure où certaines Personnes ont accepté Jésus christ comme leur sauveur étant déjà engagées dans l'armée, peut-on leur demander d'en démissionner ou de désobéir aux ordres qui les envoient dans un champ de bataille ? Dieu n'est-il pas le bon berger qui veille sur ses brebis et suffisamment miséricordieux et bienveillant pour protéger ceux qui se confient sincèrement à lui en toutes circonstances ? A mon avis, un chrétien qui va en guerre pour remplir sa mission et demande à être sous la protection de Dieu, ne sera pas forcément obligé d'utiliser son arme. Il y a d'autres postes utiles en temps de guerre et le Seigneur Jésus-Christ qui sait ce qui convient de faire pour épargner ses fidèles, peut les placer à ces postes là. Je crois à la toute puissance de Dieu, à sa sagesse et à sa justice.
  • Afficher tous les 100 commentaires