Les chrétiens peuvent-ils faire appel à la “Fécondation In Vitro” ?

Les chrétiens peuvent-ils faire appel à la “Fécondation In Vitro” ?

“Les enfants sont une bénédiction”, entendons-nous souvent, sans que les personnes ne réalisent que cette vérité est biblique.

Les couples chrétiens stériles peuvent-ils avoir recours à une aide médicale pour concevoir ? 

Nous voulons un bébé, mais ça ne marche pas !

Ce cri du coeur d’une femme, d’un homme, d’un couple, dénote une impatience toute légitime, une attente, parfois une résignation…

… mais aussi parfois l’espoir que la science puisse les aider.

« Oserons-nous faire appel à la procréation assistée, à une fécondation in vitro ? » Voilà une question de bioéthique tout à fait actuelle. Au passage, qu’est-ce que la bioéthique ?

L’Encyclopédie Encarta la définissait ainsi: « La bioéthique est une morale inspirée par le souci de limiter les manipulations du vivant ».

L’essentiel est dit en peu de mots !

Et la Bible, que dit-elle à ce sujet ?

La Bible ne mentionne évidemment pas la fécondation in vitro, mais n’aurait-elle rien à dire pour autant ? En fait, elle décrit la fécondité comme une bénédiction et la stérilité comme un grand malheur (Genèse 20.17-18; Deutéronome 7.14; Esaïe 54.1).

Il est également utile de se souvenir du premier commandement de Dieu: « Soyez féconds, multipliez et remplissez la terre » (Genèse 1.28). Le Créateur a ainsi fait de nous des gérants de la création, appelés, non à nous soumettre à la nature, mais à la dominer dignement tout en la respectant (Genèse 2.15).

Fort de ces principes, doit-on dès lors condamner la fécondation in vitro parce cette méthode n’est pas naturelle ou bien parce que ce n’est pas dans la Bible ?

Sur le plan biblique, la fécondation in vitro, c’est la « restauration d’une oeuvre d’art » comme le cite J. Wyatt, professeur de pédiatrie. Il ajoute : « Les techniques d’aide à la procréation sont légitimes tant qu’elles sont dans une restauration de l’oeuvre créée par Dieu. Aussi, quand elles sont utilisées dans le couple, avec les cellules sexuelles du couple, son principe reste conforme à l’ordre créé ».

Alors en quoi la procréation médicalement assistée (PMA) serait-elle mauvaise en soi, quand elle a juste pour but de permettre in vitro ce que le couple fait in vivo ?

Rien ne s’oppose en théorie à la PMA pour un couple sur le plan biblique

Cas particuliers

« En revanche », poursuit J. Wyatt :  « quand on invente des fécondités qui n’existent pas pour l’être humain, comme le clonage ou l’accès à l’implantation in vitro pour des couples de même sexe, on sort de l’ordre créé et l’on outrepasse les limites de la liberté que Dieu nous donne. De même, la procréation assistée avec donneur de sperme ou d’ovocytes d’une autre personne, introduit un tiers - même seulement génétique -, dans le couple, ce qui blesse son unité ».

Ainsi, l’introduction d’une tierce personne dans la procréation assistée génère toute une série de questions profondes et complexes que le couple devra se poser et auxquelles il devra tenter de répondre, avant que l’enfant ne les lui pose, car : « dissimuler à un enfant qu’il est le fruit d’un don tiers, c’est un mensonge, et c’est le priver de son besoin de connaître ses origines », relève Arthur Kermalvezen, lui-même né d’un don de gamètes.

La vie sera toujours un miracle divin

La vie ne vient pas de soi ; elle reste un miracle. Dieu, dans sa grâce commune, permet qu’elle soit restaurée et donnée. C’est ainsi que la médecine, qui travaille dans les limites des manipulations du vivant, glorifie le Créateur et sert l’humanité.

Le Pr R. Frydmann, un des pères de la technique de la fécondation in vitro a exprimé son sentiment : « Ce fut un émerveillement (…) J’ai vécu cette aventure comme une sorte de miracle, pour la première fois, j’assistais en direct aux premiers instants de la vie d’un petit être ».

Jésus est la VIE. Si nous l’accueillons, nous avons sa vie en nous :

Faisons-lui confiance et laissons-nous guider par Lui, même en ce qui concerne notre vie intime.

72 commentaires