L'humilité est-elle le dénigrement de soi-même ?

L'humilité est-elle le dénigrement de soi-même ?

Question d'un Internaute : "Est-il nécessaire de se dénigrer soi-même et de rechercher la médiocrité pour être humble ?"

On trouve encore un peu partout une fausse idée de ce qu'est l'humilité. Et une compréhension erronée d'un texte de Paul semble accréditer ce malentendu :

"N'aspirez pas à ce qui est élevé, mais laissez-vous attirer par ce qui est humble." (Rom 12.16)

Mal compris, ce texte semble être l'apologie de la médiocrité. Or, il n'en est rien. Il s'intercale entre : "Ayez les mêmes sentiments les uns envers les autres." et "Ne soyez point sages à vos propres yeux." ; il constitue une sorte de conclusion à une série de conseils sur la manière de se comporter dans l'amour du prochain, une mise en garde contre la tendance naturelle à s'élever par rapport à autrui, en un mot, à l'orgueil.

Bien que le terme humilité vienne du mot humus (terre), la véritable humilité n'est pas l'esprit de paillasson. Une mauvaise image de soi n'a rien de spirituel, et se dévaloriser systématiquement relève le plus souvent de l'hypocrisie. L'Écriture nous recommande plutôt de porter un regard lucide sur nous-mêmes :

"... je dis à chacun de vous de n'avoir pas de lui-même une trop haute opinion, mais de revêtir des sentiments modestes, selon la mesure de foi que Dieu a départie à chacun." ( Rom 12.3)

Le texte ne nous dit pas de ne pas avoir une haute opinion , mais une trop haute opinion. Si vous excellez dans un certain domaine, vous avez le droit de ne point mépriser votre savoir-faire ; et si vous savez que votre excellence est un don de Dieu, vous honorez le Seigneur si vous lui en rendez gloire.

Mais avoir une trop haute opinion de soi provient paradoxalement d'une réaction humaine à un sentiment d'infériorité ; on veut compenser son incertitude en s'affirmant, d'abord à ses propres yeux, puis au yeux des autres. Et on se retrouve sur la pente fatale de l'auto-élévation et de l'orgueil, ce qui est un autre paradoxe :

"Car quiconque s'élève sera abaissé" (Luc 18.14)

"... l'humilité précède la gloire." ( Pr 15.33)

La véritable humilité n'est donc pas le dénigrement de soi-même, mais le sentiment profond de notre vraie valeur en Christ, sans qui nous ne sommes rien, mais par qui nous pouvons tout :

"Je puis tout par celui qui me fortifie." ( Phil 4.13)

"... car je n'ai été inférieur en rien aux apôtres par excellence, quoique je ne sois rien." ( 2Co 12.11)

"j'ai travaillé plus qu'eux tous, non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est avec moi." ( 1Co 15.10)

Voilà un homme qui avait une pleine conscience de sa valeur, mais qui savait d'où elle venait et en rendait témoignage. Qui oserait dire qu'il manquait d'humilité ?

0 commentaire