Me relever quand je suis déprimé.

Me relever quand je suis déprimé.

Je ne pourrais pas compter le nombre de fois où j’ai voulu démissionner de mon ministère pendant les 21 dernières années passées à Saddleback Church. Ca n’a pas été facile.
Est-ce que vous vous imaginez installer et démonter une église énorme toutes les semaines pendant 16 ans ? C’est ce nous avons fait avant de construire notre propre bâtiment il y a 5 ans. C’était très fatiguant émotionnellement et physiquement.

« Je ne pourrais pas compter le nombre de fois où j’ai voulu démissionner de mon ministère pendant mes 21 années à Saddleback Church. » Rick Warren Actuellement , c’est le lundi en général que le découragement me tombe dessus. Même si maintenant nous avons un bâtiment, assurer 5 cultes le week-end m’épuise toujours autant.

Mais je sais que je ne suis pas le seul . Un jour, alors qu’il s’adressait à la Convention des Baptistes du Sud, Jim Draper a déclaré, «Notre dénomination est une dénomination de leaders découragés. »

Je pense qu’on peut en dire autant de toutes les dénominations.

Après avoir entendu les commentaires des 172,000 pasteurs qui ont assisté à un Séminaire l’Eglise une Passion une Vision, j’en ai conclu que la plupart des pasteurs souffraient de découragement chronique.

Mais un remède existe ! Je l’ai découvert il y a des années dans le 4ème chapitre de Néhémie. J’en ai tiré quatre principes simples qui m’ont été d’une aide vitale.

Premièrement, je me repose :

Le fait est que vous êtes humains et les êtres humains ont besoin de faire des choses humaines, comme se reposer , s’amuser, se détendre, avoir des hobbies.

Le Psaume 127 :2 dit , En vain vous levez-vous matin, vous coucher-vous tard. » Parfois , la chose la plus spirituelle à faire c’est tout simplement d’aller se coucher !

Deuxièmement, je réorganise mon travail :

C’est ce qu’a fait Néhémie alors qu’ils rebâtissaient la muraille. Quand, au beau milieu du projet, ses gens ont été découragés, il les a réorganisés par famille, en leur confiant des tâches précises autour de la muraille. C’est une vérité importante qu’il faut garder en mémoire.
Parfois, alors que vous êtes découragés, ce n’est pas que vous fassiez la mauvaise chose, c’est que vous la faites de la mauvaise manière. Ne quittez pas le ministère pour autant. Vous avez juste besoin de revoir votre démarche et d’apprendre de nouvelles techniques . Essayez une nouvelle approche. Attaquez-la sous un angle différent. Apprenez. Grandissez. Réorganisez !

Troisièmement, je regarde au Seigneur !

Le découragement est une attitude et les attitudes sont toujours un choix. Je me décourage quand je choisis d’avoir des pensées décourageantes. Mais personne ne m’impose ces pensées. Je suis libre de me concentrer sur autre chose, (comme sur Dieu) si je le veux.

Quatrièmement, je résiste au diable :

Le grand pasteur R.G.Lee a dit un jour , « Si quand tu te lèves le matin, tu ne rencontres pas le diable, alors tu es sur la mauvaise voie.» Nous vivons au cœur d’un combat spirituel, et le diable ne veut pas que le royaume de Dieu avance.

En tant que pasteur, vous êtes en première ligne, vous allez donc prendre des coups. Le diable vous attaquera de toutes les manières possibles et imaginables pour vous décourager. Il est l’accusateur des justes et il aimerait tant vous neutraliser en vous décourageant. Jacques 4 :7 dit, « Résistez au diable » Ne vous rendez pas sans vous battre !

Vous ne pouvez pas contrôler les querelleurs et les personnes charnelles dans votre église. Mais vous pouvez décider de comment leur répondre. Et vous pouvez aussi décider de vous laisser décourager ou non. Aux Etats-Unis, nous avons un vieux dicton qui dit : « Les périodes pénibles ne durent jamais, mais les gens pénibles le restent toujours ». C’est vrai. Alors n’abandonnez pas! Dieu n’en a pas fini avec vous ! Reposez-vous. Réorganisez votre travail. Regardez au Seigneur. Et résistez au diable. Que Dieu vous bénisse !

0 commentaire