NOEL: une conception et une naissance miraculeuse

NOEL: une conception et une naissance miraculeuse
1) LA CONCEPTION MIRACULEUSE DE JESUS.
Luc 1 /29-38.

La bible est un ensemble de livres dans lesquels le miraculeux divin est constamment présent.
Ainsi, la conception de Jésus relève du miracle dont l'acceptation est soumise à notre foi.
Le Seigneur a créé la vie dans le ventre de Marie à partir de rien. Cette puissance extraordinaire a été déployée lors de la création de l'univers.
Dieu a formé les cieux et la terre à partir du néant. Genèse 1/1.
Il a ensuite conçu la lumière. Genèse 1/3.
Sont plus tard apparues les différentes espèces végétales et animales.
La création a été achevée avec celle de l'être humain. Genèse 1/20-27.
Tous ces éléments sont le produit d'une série d'interventions miraculeuses divines.

Pour en revenir à la conception de Jésus, le Saint-Esprit a créé une vie humaine à partir de rien. Cette réalité historique est un encouragement pour les couples infertiles ou stériles qui peuvent nourrir l'espoir d'une action puissante du Seigneur qui est capable d'accomplir un miracle pour donner un enfant à ceux qui en sont privés. 1 Samuel 1/1-20; 2 Rois 4/8-17; Luc 1/5-25.

L'oeuvre de Dieu est également de concevoir la vie spirituelle dans le coeur de l'être humain. Nous arrivons et nous grandissons sur cette terre avec la vie naturelle, biologique. Seulement, cette vie prendra obligatoirement fin un jour. Le plan divin est de créer la vie éternelle dans le coeur de l'individu car cette-dernière n'a pas de fin. Elle anime le disciple pendant son passage terrestre et prend toute sa dimension dans l'éternité. Cette vie d'essence divine n'est pas le fruit de l'action humaine. Cette nouvelle naissance est le résultat de l'action du Saint-Esprit chez le croyant qui a reçu Jésus comme Sauveur et qui s'est donné à Lui pour qu'Il devienne son Seigneur. Jean 1 /12-13; Jean 3/3-6.

L'oeuvre glorieuse et surnaturelle de Dieu est de manifester la vie dans un coeur sec, aride ou qui connait une forme de mort intérieure. En effet, à cause de circonstances douloureuses et dramatiques, des personnes sont brisées et cassées. Elles ne font que survivre et exister.
Elles sont bien vivantes physiquement, mais l'être intérieur est comme mort.
Dans le cas des croyants, cet état de désespoir et de détresse intérieure paralyse l'expression de la vie divine. Ruth 1/19-21; Job 3/11-26. Le salut n'est pas perdu. La personne demeure fidèle au Seigneur. Elle reste sauvée même si sa foi est en grande difficulté.
La volonté du Seigneur est de manifester Son triomphe sur cette forme de mort, de sècheresse intérieure et de désert pour créer ou recréer la vie. Cette action s'accompagne de la consolation, de la paix, de l'espoir, de la douce présence divine.
S'opère alors une véritable résurrection spirituelle. Jean 14/27; 2 Corinthiens 1/3-4.

Ces différents exemples nous démontrent que le Seigneur est puissant pour façonner la vie à partir du néant. La foi permet à l'homme de saisir ces réalités afin de les expérimenter.
Le plan divin a placé Joseph et Marie dans un embarras certain. En effet, n'étant pas encore mariés et ne vivant pas encore ensemble, la grossesse de Marie posait un réel problème. Ce passage révèle ce qui plait à Dieu. Même si la société exerce une pression de plus en plus forte pour faire voler en éclat les valeurs chrétiennes fondées sur la bible, il est essentiel que les disciples de Jésus suivent et respectent les conseils du Seigneur dans le domaine sentimental.
Ainsi, la volonté du Seigneur est respectée et sa joie entière quand un homme et une femme demeurent purs sur le plan sexuel jusqu'à leur mariage. Ils sont d'accord pour habiter séparément et consentent à vivre ensemble à partir du mariage.

La grossesse de la jeune fiancée ne pouvait avoir comme explication humaine qu'une infidélité. Ainsi, lorsque le Seigneur agit, il est possible d'être dans un premier temps perplexe, désemparé, destabilisé. On ne saisit pas ce qui se passe. On est tenaillé par l'incompréhension. Nous avons plusieurs exemples dans les Ecritures. Les Hébreux n'ont pas compris pourquoi après leur sortie d'Egypte ils ont été conduits dans un endroit sans eau. Exode 15/22. Ensuite, ils en ont bien trouvé, mais elle était amère. Exode 15/23-24.
La femme de Sunem a été bouleversée quand Dieu a repris son enfant alors que ce dernier était une bénédiction suite au problème de stérilité. 2 Rois 4/17-28.
Les disciples ont été embarrassés quand Jésus leur a demandé de nourrir une foule nombreuse. Matthieu 14/15-17.
La vie chrétienne n'est donc pas composée d'une succession de circonstances faciles à gérer.
Elle est caractérisée par des moments où la confusion et le troublent assaillent le disciple.
Joseph a connu ce genre d'épreuve. Pourtant, dans sa situation, le Seigneur restait aux commandes et dirigeait toutes choses selon Sa sagesse et Sa souveraineté.
Nous touchons du doigt la réalité suivante: les pensées du Seigneur nous échappent et Ses modes d'actions sont parfois insaisissables. Job 5/9; Esaïe 55/8-9; Romains 11/33.

La foi est alors indispensable pour continuer de faire confiance au Seigneur. Quand une orientation est prise et qu'elle ne correspond pas au plan divin, Dieu sait comment intervenir pour éclairer Son enfant et le conduire à emprunter le bon chemin. Ainsi, dans le cas de Joseph, ce dernier souhaitait rompre avec Marie en toute discrétion car il avait le souci de la ménager. Matthiue 1/10.
Mais le Seigneur l'a arrêté et dissuadé. Joseph a ensuite obéi et a changé ses plans. Matthieu 1/20-25.
La maturité spirituelle chez un disciple se repère quand il démontre une certaine capacité à revoir ses positions, ses conceptions, ses raisonnements et ses choix quand le Seigneur lui en indique la nécessité. Actes 10/28-29.
Il est par contre dramatique quand un croyant choisit de rester fermé et imperméable à toute remise en question et à tout changement.

2) LA NAISSANCE DE JESUS.
Luc 2/1-20.

Dieu le Père aurait pu adopter un enfant pour accomplir Son dessein.
Mais Il a préféré une voie parfaite: Son Fils s'est incarné dans une enveloppe charnelle.
De la conception jusqu'à la mort sur la croix, le Seigneur a été parfaitement humain tout en conservant Sa nature divine. Il a connu toutes les phases de la vie terrestre comme n'importe quel individu. Le Créateur a ainsi montré qu'Il S'identifiait totalement à notre condition humaine.
C'est pourquoi nous sommes invités à nous approcher d'un Dieu, non pas lointain et inaccessible, mais réellement proche. Il a été tellement proche de nous qu'Il S'est dépouillé de Sa gloire céleste pour devenir un simple homme comme nous. Philippiens  2/7.
Lors de Sa venue sur terre, Jésus était bien humain mais non charnel. Il était humain car Il a vécu dans les mêmes conditions que nous: Il a eu faim, Il a eu soif, Il a été fatigué, joyeux, triste... Matthiue 26/37; Marc 4/35-38; 11/12; Luc 10/21; Jean 19/28.
Mais Il n'a pas été charnel dans la mesure où Sa nature était pure et n'a jamais été entachée par le péché.
Lors de la naissance du Sauveur, les anges ont informé des bergers. Ils ne sont pas allés à la rencontre des grands théologiens de l'époque ni des discuteurs et des raisonneurs. Ils se sont montrés à des gens d'une grande simplicité. Les choses de Dieu sont cachées et inaccessibles pour les personnes qui s'appuient exclusivement sur leurs capacités intellectuelles et leurs connaissances. Mais elles sont abordables pour les humbles et les coeurs bien disposés. Matthieu 11/25; 13/16.

Les bergers ont reçu des directions précises pour trouver Jésus. Luc 2/11-12.
Les renseignements étaient clairs. Ils ont su identifier facilement la ville de David à Bethléem car ils connaissaient l'histoire de leur peuple comme tous les juifs. Ainsi, à certains moments, le Seigneur dirige et oriente le disciple grâce à des indications explicites et évidentes (par le moyen d'un passage biblique, d'un don spirituel, d'un conseil apporté...) Par contre, Marie n'a pas été éclairée de la même manière. Elle a appris que sa cousine était enceinte. Luc 1/36.
Elle s'est rendue chez Elisabeth parce qu'elle a interprété l'information communiquée par l'ange et a perçu qu'il était important qu'elle la visite. Elle a eu raison car elles ont fait toutes les 2 des expériences par le Saint-Esprit. Luc 1/39-55.
De la même manière, le disciple reçoit des indications implicites du Seigneur. Ce n'est pas aussi évident que dans le cas des bergers, mais comme avec Marie, il s'agit ensuite de faire des choix parce qu'il y a une intuition, une pensée intérieure par le Saint-Esprit, une réflexion cohérente et sensée qui donnent la direction à suivre. Ce style d'expérience est envisageable quand le chrétien développe sa communion avec le Seigneur et connait une véritable intimité avec Lui.

Les bergers se sont ensuite rendus auprès de Joseph, Marie et Jésus. Une mention est intéressante: ils se sont hâtés. Luc 2/16.
Dieu cherche tous les humains. En retour, il est important de Le chercher.
De cette démarche découle le fait de trouver le Fils de Dieu et donc le salut.. Matthieu 18/11-14; Luc 19/10.
Cette motivation qui consiste à se réfugier en hâte auprès du Seigneur est appelée à être manifestée également par les chrétiens. La vie avec Jésus consiste à rechercher la présence de Dieu. La notion "en hâte" sous-entend la priorité accordée à cette quête. Il ne s'agit pas d'être avec le Seigneur quand on n'a rien à faire ou que tout a été fait. Il est plutôt question d'être motivé et enthousiaste pour privilégier la recerche de la présence divine. Matthieu 6/33. Dans Luc 10/38-42, le mot "nécessaire" signifie "prioritaire". Ainsi, Jésus a encouragé Marthe. Il a voulu la convaincre que se tenir prêt du Fils de Dieu était non seulement "nécessaire" pour la santé de la foi mais aussi et surtout "prioritaire" par rapport à toutes les autres activités.

Après s'être mis en mouvement, le texte précise que les bergers trouvèrent ce qu'ils recherchaient.
Luc 2/16. C'est une chose de se mobiliser pour chercher, c'en est une autre de découvrir.
La première phase est importante. La deuxième est vitale car si les recherches n'aboutissent pas, l'individu rencontre le découragement et risque d'abandonner.
Une remarque: on ne trouve pas toujours facilement les richesses spirituelles.
Il est souvent incontournable de manifester de la persévérance, de la détermination, de l'abnégation. Parfois, on peut tâtonner. Actes17/27.
Néanmoins, la bible nous assure de trouver le Seigneur et donc salut, le pardon divin, l'amour de Dieu, la consolation par le Saint-Esprit, un sens à la vie. Jérémie 29/13; Matthieu 7/7-8.
Luc 2 /20 ⇒Après être restés en présence de Jésus et de ses parents, les bergers sont repartis.
Le verset nous communique une précision intéressante: ils s'en sont retournés en "glorifiant et en louant Dieu".
Un moment passé avec le Seigneur suscite louange et adoration.
Qu'après les temps de culte personnel ou collectif dans le cadre de la vie de l'église nous puissions repartir avec dans le coeur des louanges et des pensées de reconnaissance pour ce que nous avons vu et entendu.
Que la louange et l'adoration ne se limitent pas aux réunions de l'assemblée mais que nous vivions un prolongement lorsque nous retournons à nos activités personnelles.

Ce que les bergers ont vu et entendu était conforme à l'annonce des anges.
Le disciple est invité à voir, à entendre, à expérimenter ce qui est annoncé par le Saint-Esprit dans la bible.
Si ce que nous voyons ou entendons n'est pas conforme aux Ecritures, il convient de s'en méfier.
La bible doit demeurer la seule référence incontournable et la seule norme infaillible pour le chrétien. Tout ce qui est vu et entendu doit être passé au crible de l'éclairage biblique avant que le disciple se prononce.
Marie repassait dans son coeur toutes les scènes dont elle était témoin. Luc 2/19.
Combien il est précieux de garder le souvenir des bienfaits, des bénédictions et des moments forts passés avec le Seigneur. En cette période de Noël, nous sommes invités à nous souvenir de la venue miraculeuse du Fils de Dieu pour apporter le salut divin à l'humanité.
1 commentaire