Pourquoi tous ne sont-ils pas guéris ?

Pourquoi tous ne sont-ils pas guéris ?

Question d'un Internaute : "J'ai entendu parler d'un serviteur de Dieu qui impose les mains aux malades, selon l'ordre du Seigneur Jésus, et qui estime à 3 % le nombre de gens miraculeusement guéris. Les 97 % seraient donc des échecs ?" 

Cela mérite réflexion.

Premièrement : Remarquons que le fait qu'il y ait ne serait-ce que 3 % de miracles devrait nous émerveiller, plutôt que de nous inspirer des pensées teintées d'amertume revendicatrices de comptables grippe-sous des bienfaits de Dieu !

Deuxièmement : Rappelons-nous que si Paul a accompli des miracles, même de résurrection, il a laissé Trophime malade à Milet (2 Tim. 4.20). Aurait-il oublié de lui imposer les mains ? 

Troisièmement : Le texte : "Ils imposeront les mains aux malades et les malades seront guéris" (Marc 16.18) ne nous permet pas d'inférer que tous les malades doivent nécessairement être guéris.

Quatrièmement : L'énumération des dons spirituels de 1 Co. 12.8-10 mentionne entre autres deux dons distincts : le don des guérisons, et le don d'opérer des miracles. Bien que toute guérison divine soit un miracle (Marc 16.17-18), toute guérison n'a pas nécessairement un caractère miraculeux et spectaculaire, comme un tétraplégique qui se lève de sa chaise roulante. Nous appellerions plus volontiers cela un miracle, plutôt qu'une guérison.

Parmi les 97 % considérés à tort comme des échecs, savons-nous combien ont expérimenté un tournant bénéfique dans leur maladie, les amenant à une complète guérison. Pourquoi accepterions-nous le facteur temps dans une guérison "naturelle" ou "médicale", et le refuserions-nous dans une guérison "divine" ?

Cinquièmement : Aurions-nous oublié la souveraineté de Dieu, au point d'exiger de lui une application automatique de sa parole ? La déclaration de Jésus en Marc 16.17-18 est une merveilleuse promesse, mais elle ne nous permet pas d'aller guérir tous les malades de tous les hôpitaux de France et de Navarre ! Celui qui penserait cela n'aurait rien compris à l'économie du Royaume de Dieu. 

Dieu permet la souffrance et la maladie (Voir le cas de Job). Non que la souffrance ait quelque vertu rédemptrice, comme le voudraient certains, mais une vertu éducative. Et c'est lui, en définitive, qui sait parfaitement ce qui est bon pour nous. Nous devons accepter que Dieu dise parfois "non", sans pour autant douter de l'efficacité de sa parole.

Sixièmement : Sans tomber dans le schéma de facilité qui consiste à dire que si on n'est pas guéri, c'est qu'on manque de foi, il est indéniable que la foi, que ce soit de la part de celui qui impose les mains ou de celui qui recherche la guérison, est un élément important, qui n'est pas toujours à la hauteur. 

En conclusion, le problème de la guérison divine n'est pas aussi simple qu'on pourrait l'imaginer à première vue. Il convient de l'aborder avec beaucoup l'humilité, et de s'abstenir d'allégations simplistes.

  
12 commentaires
  • FB.maie.dehaller.3 Il y a 2 années, 11 mois

    j ai un peux de peine avec le fait que Dieu dit non pour une guérison certe c est pas parce que l on est pas encore guerit que la guérison n est point la que le processus n est pas enclencher parfois il permet certe la souffrance mais il veux nous guerire d une manière ou d une autre et certe nous apprendre l humiliter et c est vrais que l on doit ce réjouir du 3/100 de guérison miraculeuse et la fois est la meme si nous voyons pas la differance tout de suite , c est comme pour Nick l homme sant bras et n y jambe il n aurais pas ete ce qu il est aujourd'hui si il avais eux des bras et des jambes Bethanie Amilton n aurais sûrement pas découvert que quelque chose dépassais le fait de surfer si un requin ne lui avais pas emporter un bras , la guérison est un processus et nous devont nous en réjouir et aquerire de la sagesse et persévérer dans la prière si non nous louperont les enseignements que Jesus à travers sa parole et sa mise en pratique voudrais nous montrer et que parfois c est les mystaire de Dieu qui sont la et que faut juste pas essayer de comprendre mais Dieu veux toujours guerire il permet la souffrance mais ce n est pas lui qui nous l envoye pour nous apprendre quelque chose père céleste merci de tes enseignement pour ta parole merci pour ces mystaires et ces guérisons peux importe la manière dont tu procéde , merci de M avoir permis d arrêter les entidepresseur en l espace de juste 2 ans et de M avoir permis de diminuer le noeuroleptique que je prend en l espace d 1 ans 1/2 soit benit merci pour ta gloire dans nos vies
  • Mumu Il y a 3 années, 5 mois

    Amen !!!!!
  • Kakice Il y a 7 années, 6 mois

    J'ai lu et entendu nombre de témoignages de malades, croyants ou non, qui avaient trouvé dans leur maladie (je parle d'une maladie grave, pas d'un simple rhume) une source de bénédictions, une possibilité de voir la vie différemment et même d'être plus près de Dieu ainsi. Ils semblaient être heureux de leur sort au grand étonnement des autres. Acceptons que Dieu agisse en nous à Sa guise. Lui seul sait ce qu'il nous faut, ce qui nous convient pour nous faire grandir et avancer sur notre chemin. "Mon Dieu donne-moi la sérénité, d’accepter toutes les choses que je ne peux changer. Donne-moi le courage de changer les choses que je peux, Et la sagesse d’en connaître la différence." Prière des moines du Moyen-Age, reprise par Reinhold Niebuhr.
  • Afficher tous les 12 commentaires