Quand la peur contrôle nos pensées

Quand la peur contrôle nos pensées Quand la peur contrôle nos pensées

Pouvez-vous dire que votre esprit est comme une mer calme, d’un bleu limpide ou plutôt comme ces fleuves agités qui charrient une multitude d’alluvions et de débris ?

Pendant très longtemps, j’ai laissé mes pensées contrôler mes émotions. Ces émotions ont donné naissance à des comportements et des actions néfastes non seulement envers moi, mais aussi envers les autres.

Il y a des années, on m’a offert le livre de Joyce Meyer, Le Champ de Bataille de la pensée. Le méditer a été un déclic pour moi. J’ai surligné des passages un peu partout et relevé tout un tas de notes. Je vous le recommande vivement !

Cela m’a donné l’idée de vous livrer quelques… pensées 😉

Des pensées provoquées par la peur

Pendant de longues années, j’ai été prisonnière de peurs récurrentes. J’ai vécu au cours de ma vie des événements qui ont laissé des souvenirs plus ou moins traumatisants.

Comprendre le mécanisme de la peur nous donne le moyen de la traiter, sinon on la subit fatalement.

  • Soit la peur nous prévient d’un danger et on a le choix de la combattre ou de la fuir
  • Soit elle fait partie intégrante de notre fonctionnement, ce qui aura de graves conséquences sur nos vies. On peut passer à côté de notre destinée par peur de l’inconnu ou par crainte de revivre les mêmes situations d’échec (le connu). Cela a été longtemps mon cas

La peur remonte à Adam et Ève, dans le jardin d’Éden, suite à leur désobéissance. Ils ont été privés de la protection de Dieu, d’une relation en or et de tous leurs avantages, et la peur s’est abattue sur eux comme une lourde menace. C’est notre héritage, mais heureusement, Jésus est passé par là ! Nous en reparlerons un peu plus tard.

Se brancher sur le bon canal

La peur naît très souvent de nos pensées ; elle se nourrit de suppositions, de clichés, de croyances, d’héritages ancestraux, de notre passé, etc. Pour savoir comment la traiter, nous allons tenter de comprendre comment sont alimentées nos pensées. Nous avons le choix (Le choix ? Oui, mais nous verrons comment le faire !) entre 3 canaux :

  1. Dieu, son Esprit Saint, sa Parole
  2. Soi-même : ce que l’on entend, regarde, etc. (en utilisant nos cinq sens)
  3. Le diable : qui utilise le mensonge, l’accusation, notre passé, etc.

L'important est de se connecter sur le bon canal pour endiguer cette peur. Je vous laisse deviner lequel est le bon ?!

  • Les pensées venant de Dieu sont créatrices, elles apportent la délivrance, la guérison, la vie en abondance...
  • Les pensées du diable transportent la mort, ce dernier voulant dérober les promesses que Dieu a préparées pour nous, et nous détourner de la mission que notre Créateur nous a confiée.
  • Nos pensées sont issues d’un curieux mélange composé de celles de Dieu, de Satan et des nôtres.

À la lumière de la Parole, à l’écoute du Saint-Esprit, nous pouvons discerner les bonnes des mauvaises, ce que nous verrons un peu plus loin. Nous avons alors le pouvoir de combattre, fuir ou se laisser influencer par ces pensées… le fameux ”choix”.

Identifier notre(nos) peur(s)

Satan excelle dans l’art de voler : notre paix, notre joie, les bénédictions de Dieu... Pour cela, il va donc utiliser la peur comme une arme massive de destruction.
Vous avez peut-être déjà réglé ce problème ou pas encore - la peur - mais Satan a décelé que cette émotion est une faiblesse pour beaucoup d’entre nous, et il va la manier pour nous faire du mal :

  • Peur de manquer ?
  • Peur de l’échec ?
  • Perte de confiance et d’estime de soi ?
  • Peur des autres ?
  • Peur du rejet ?
  • Peur de l’abandon ?

La peur existe depuis la nuit des temps, comme je l’ai rappelé plus haut. Quand elle vient polluer notre cerveau, elle déclenche une série de pensées négatives, dévalorisantes, qui peut paralyser notre quotidien, mais aussi nous couper les ailes. Le seul but du diable, rappelez-vous : nous détruire ! (Jean 10.10)

Si le diable utilise la peur pour nous mettre à terre, Dieu nous a confié d’autres armes, bien plus redoutables pour lui résister et “jouir pleinement de notre vie”, comme le dit si bien Joyce Meyer !

La prochaine fois, je vous raconterai comment Dieu, avec 2 mots, m’a aidée à combattre la peur.

5 commentaires