Quelles convictions nous habitent?

Quelles convictions nous habitent?

Ces croyances qui nous habitent

Ce que je crois détermine ce que je ressens et ce que je fais. Une croyance est une pensée qui s'installe et devient vérité en moi. Les croyances qui nous habitent sont nombreuses. En voici quelques exemples:
Les femmes conduisent mal, celui qui ne boit pas d'alcool n'est pas un vrai "mec", ce n'est pas bien de se mettre en colère, la dépression est un manque de foi, l'absence de conflits dans une relation prouve que celle-ci est bonne. Je vous invite à réfléchir à celles qui sont les vôtres.

Certaines croyances n’ont qu’un impact relatif et sans conséquences sérieuses, mais beaucoup ont un impact sur nos relations, sur nos actes et orientent notre vie.

I- les croyances: lois de nos vies
Notre façon de voir, nos croyances sur nous-même, sur Dieu, sur les autres et sur le monde révèlent en partie qui je suis.
Ces croyances vont constituer notre "carte du monde", notre cadre de référence, notre vision, notre vérité. Elles nous viennent de notre éducation, des médias, de notre culture…et touchent tous les domaines de notre quotidien.
Nous interprétons ce que nous vivons au travers de ce que nous croyons.
Prenons un exemple: si je crois que "ce n'est pas bien de se mettre en colère", je risque de me couper de cette émotion donc d'une partie de moi-même, je vais aussi juger ceux qui se mettent en colère, je vais interdire à mes enfants de se mettre en colère ou je les culpabilise si cela arrive.

Voilà quelques pensées qui peuvent nous habiter :

  • Dieu ne peut rien pour moi
  • Je ne suis pas digne de son amour
  • Les autres savent mieux que moi
  • Si je me mets en colère je vais être rejeté
  • J’embête les autres
  • Personne ne peut m’aimer

Nos croyances sont des lois qui forgent notre conscience, mais ces lois ont été dictées par les hommes. Est-ce que nous pouvons nous y fier?
Les paroles fausses prononcées a notre sujet orientent davantage notre vie que les paroles vraies. Ex. " Tu es nul ", "  tu ne vas jamais y arriver ", peuvent bloquer nos possibilités.
Parce que nous croyons que nous n’allons jamais arriver à faire quelque chose de bien.

L’apôtre Paul, nous appelle à nous détourner des fausses perceptions de nous-même et à croire que nous pouvons faire beaucoup avec la force que le Seigneur nous donne. Philippiens 4.13

Dieu veut réorienter notre conscience. Bien sûr que nous avons des croyances qui sont justes et il ne s'agira pas de tout rejeter ! Ce n'est pas tout noir ou tout blanc. Il sera question d'évaluer nos convictions intérieures.

Ce que croit une personne est indissociable de son identité. Ex. Une fille a entendu toute sa vie qu’elle était maladroite. Il lui est difficile de penser qu’elle peut réaliser quelque chose de bien manuellement. Elle va donc résister à faire des travaux manuels. Il est difficile de modifier nos croyances.
Nos croyances ont la vie dure, nous y tenons même si elles nous empoisonnent la vie, si elles nous emprisonnent. Elles constituent des forteresses en nous.
Néanmoins nous avons, avec Christ, la possibilité de faire un chemin pour nous en libérer.

Nous renversons les faux raisonnements ainsi que tout ce qui se dresse prétentieusement contre la connaissance de Dieu et nous faisons prisonnière toute pensée pour l'amener à obéir au Christ. 2 Cor.10:4

Dieu nous appelle à croître vers la maturité spirituelle.

Paul nous dit: " Lorsque j'étais enfant, je parlais comme en enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant; lorsque je suis devenu homme, j'ai aboli ce qui était de l'enfant " I Cor.13:11.

Le pronom "Je" fait appel à notre responsabilité. C’est à nous de décider si nous voulons grandir ou rester avec des réactions infantiles et immatures.

Ce mot " abolir " est un verbe fort: il signifie "rendre inopérant, sans pouvoir, libérer quelqu'un de ce qui l'enchaîne, abandonner ".
On pourrait traduire: "Lorsque je suis devenu un homme j'ai rendu inopérant, sans pouvoir, ces messages qui étaient de l'enfant".
C'est vrai de notre enfance physique mais c'est aussi vrai de notre "enfance" spirituelle.


II- Comment nos croyances s'installent-elles?


La racine des croyances

- l'arrière plan familial et socioculturel
Ce que nous croyons vient en grande partie de ce que nous ont transmis nos parents.
Ces convictions viennent pour le plus grand nombre des messages reçus, du discours de nos parents, de celui de nos copains, de nos enseignants, des autorités, de mon conjoint, de l'église: ce qu'ils ont dit ou ce qu'ils disent au sujet de l'argent, des études, du travail, de la sexualité, de la religion, de Dieu, des hommes, des femmes…
Ces messages sur nous, sur les autres, sur Dieu, peuvent être transmis de façon verbale:

Tu ne feras jamais rien de bon ou bien tu es vraiment le meilleur, on fera de toi un médecin… (Messages sur soi)
On ne peut faire confiance à personne ou bien tu pourrais toujours compter sur la famille… (Messages sur les autres)
Dieu voit tout ce que tu fais si tu fais une bêtise il va te punir ou bien Le Seigneur a un regard bienveillant sur toi… (Message sur Dieu)


- la pression du groupe
Par désir d'être accepté par un groupe (famille, église, copains…) nous avons pu adopter des convictions qui nous sont néfastes.
Je crois que pour être accepté des copains je dois porter des vêtements de marque!
Je crois que pour être reconnue à l’église je dois être présente à toutes les réunions!

- l'influence de nos modèles
Certaines croyances viennent de l'observation de la relation entre mon père et ma mère.
Nos convictions sont influencées par celles des personnes qu'on admire.

- les expériences, le vécu personnel
D'autres viennent de mes déductions personnelles suite aux expériences que j'ai vécues.
Une fillette violentée par son père peut décider "jamais je ne ferai confiance à un homme parce que papa m'a brutalisée. Elle généralise et adopte la croyance: "Aucun homme n'est digne de confiance."

Quand nous étions enfant nous avons fait des choix, pris des décisions, on s'est fait des promesses, on a prononcé des vœux sur la base de ce que nous avions vu, entendu, expérimenté.
Ex: je ne me marierai jamais
Les autres ne sont pas dignes de confiance
Je ne me laisserai pas faire comme ma mère


A partir de là, nous nous sommes comportés en restant fidèles à ces décisions internes. Nos actions, nos comportements peuvent être renforcés par le discours et l'attitude des autres et peuvent aussi confirmer nos croyances.


Fausse croyance et son auto accomplissement

La personne qui a une croyance sur elle-même adopte un comportement précis qui conduit à un résultat qui vient confirmer cette croyance.

Quelqu'un qui pense qu'il n'est pas assez bien pour avoir des amis aura une attitude de repli ou au contraire agressive envers les autres et le résultat sera que les autres ne seront pas très sympas et donc ne se liera pas d'amitié, ce qui viendra conforter son idée qu'il n'est pas assez bien.
Ex : cette jeune femme qui est habitée par un très fort sentiment d'indignité, de honte, elle exprime: " je ne suis pas digne d'exister, je suis bête, personne ne peut s'intéresser à moi".
Elle se trouve un jour dans une fête, elle constate que les autres ne viennent pas vers elle mais elle ne va pas vers les autres. Elle pense : les autres ne me voient même pas. Elle se sent bête, laide, stupide. Elle agit en conséquence: elle s'en va, fâchée. Et elle est confortée dans sa croyance : personne ne s'intéresse à moi, je suis vraiment nulle.


III- Repérer ses croyances

Pour les repérer, il faut prêter attention à son discours intérieur.
Les croyances sont souvent des généralisations:
On ne peut pas faire confiance aux autres
Les hommes sont tous des lâches
Les femmes doivent se sacrifier pour leurs enfants


Les croyances erronées sont souvent formulées par "il faut, je dois, il doit, c'est bien de…"

Je dois être parfait sinon je ne vaux rien
Les autres doivent être bons avec moi sinon c'est que je n'en vaux pas la peine
Mes circonstances de vie doivent s'arranger sinon je ne peux qu'être malheureux.
Dieu doit répondre à ma prière sinon c'est qu'il ne m'aime pas.



V- Evaluer nos croyances


Considérez… réfléchissez… méditez…examinez…ces termes qu'on trouve dans la Bible font appel à notre intelligence, à notre raison.

C'est par la raison que nous prenons conscience qu'une croyance est juste ou pas.
Le changement des croyances passe par l'intelligence et par le cœur.

Evaluer ça veut dire fixer la valeur, mesurer, peser.
Donc nous avons besoin d'un instrument de mesure, de critères pour évaluer, de critères extérieurs à nous-même.

Si je me heurte seul à ma loi intérieure, que je change seul cette loi, le risque est de remplacer une loi par une autre, une croyance erronée par une autre croyance toute aussi fausse.
Je dois avoir un "étalon", une référence juste, un fondement sûr, une vérité absolue, qui sort du cadre de référence "humain".


Quel fondement ont mes convictions?

Le fondement sûr est Christ, et la Parole de Dieu.
Entre ce que je crois de moi et ce que la Bible me dit de moi, qu'est-ce qui me domine?

Qu'est-ce qui va faire autorité en moi?

"Laissez vous transformer (métamorphoser) par le renouvellement de votre pensée pour pouvoir discerner la volonté de Dieu: ce qui est bon, ce qui lui plait, ce qui est parfait". Rom 12:2

Qu'est-ce qui va nous métamorphoser? De croire la vérité.

Le renouvellement de la pensée implique de remplacer ses fausses croyances par des pensées vraies, conformes à la parole de Dieu.
Ecoutons Jésus nous dire "vous avez entendu qu'il a été dit que….mais moi je vous dis…."

Qui allons-nous croire?
Jésus a été rejeté parce qu'il s'est heurté aux croyances et les hommes ne voulaient pas qu'il touche à leurs croyances. Est-ce que nous ne réagissons pas comme les hommes de l'époque?

Nous sommes liés à cause des mensonges que nous croyons. Nous devons connaître la vérité parce que la vérité nous affranchit.

Dieu veut me dire la vérité sur moi-même, sur lui, sur les autres. Pour retrouver ce moi originel je dois être face à la vérité sur moi-même et sur Dieu, penser en accord avec la vérité.

Qu'est-ce que je vais croire?
Ma voix qui me dit:
Tu es vraiment bien meilleur que les autres
ou celle de Dieu :
N’ayez pas une opinion de vous-même plus haute qu'il ne. faut Rom.12:3
Je me sens coupable ou il n'y a aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. Rom. 8:1
Je suis nul, je ne vaux rien ou tu as du prix à mes yeux, tu comptes beaucoup pour moi, et je t'aime. Es.43:4
Si je suis chrétien je n'ai pas le droit d'être triste ou l'Eternel entend la voix de mes larmes. Ps 6:9
Je ne suis pas digne de l'amour de Dieu ou c'est pas la grâce que je suis sauvé, Dieu m'a ressuscité et fait asseoir dans les lieux célestes.
etc….

Phil. 4:8 "Que tout ce qui est vrai soit l'objet de vos pensées". Gardons nos pensées centrées sur le Christ

La notion de vérité est liée à une personne, le Christ et je découvre la vérité dans la relation avec lui, relation qui évolue, comme toute relation. Je vais donc toujours être dans cette découverte toujours plus profonde de la vérité.

Le désir de Christ est de nous faire rentrer dans une autre vision du monde.

Oui le Saint-Esprit veut faire en nous une œuvre de re-création.
La résurrection de notre être profond passe par une visitation dans nos émotions, et par la transformation de nos pensées.
"Laissons-nous métamorphoser par le renouvellement de notre pensée"

Le Saint-Esprit veut remplir notre intelligence des vérités qu'il nous a révélées dans la Bible. C'est par la vérité que le Seigneur va nous transformer, mais la vérité je dois la saisir, la garder en moi, c'est ma part, personne ne peut le faire à ma place.

Que la Parole du Christ habite en vous dans toute sa richesse" Col 3:16
Que le Christ habite dans vos cœurs par la foi. Eph 3:17

2Cor.10 : 3-5
"Sans doute nous vivons comme des hommes, mais nous ne menons pas notre combat d’une manière purement humaine. Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas simplement humaines ; elles tiennent leur puissance de Dieu qui les rend capables de renverser des forteresses. Oui nous renversons de faux raisonnements ainsi que tout ce qui se dresse prétentieusement contre la connaissance de Dieu, et nous faisons prisonnière toute pensée pour l’amener à obéir au Christ".

Demandons au Saint Esprit de faire la lumière sur nos croyances, de nous guider pour faire le tri entre celles qui sont fausses et du coup, qui faussent nos relations à Dieu et aux autres, et celles qui sont en accord avec la vérité.

Prière: Seigneur, que ta vérité pénètre au plus profond de nous-même, qu’elle nous habite, nous transforme, nous libère.

En partenariat avec www.famillejetaime.com


Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

3 commentaires
  • Maline Il y a 8 années, 11 mois

    C'est tres fort cette parole,merci Seigneur de m'avoir conduis ici
  • veronique17t Il y a 9 années, 1 mois

    Je peux me remettre en question, je peux changer mais comment faire comprendre à ma fille que j'ai vraiment changé ? comment lui faire ouvrir la porte du pardon ? Comment lui faire comprendre qu'elle me fait réellement mal lorsqu'elle dit qu'elle n'a même plus envie de me consoler quand je pleure ? , qu'elle ne peut pas m'aimer , que je ne peux pas l'obliger à m'aimer ? Comment supporter ces messages si durs sans pleurer et malgré tout continuer ?
  • parapheur Il y a 9 années, 4 mois

    Seigneur que ta vérité pénètre au plus profond de nous -même qu'elle nous habite ,nous transforme, nous libère.