Réfléchissons, réfléchissons ...

Réfléchissons, réfléchissons ...

Réfléchir ! Un verbe sans doute facile à conjuguer mais difficile à mettre en pratique. Pourquoi ? Nous avons l’impression d’être emportés par le flot des activités, par l’information en continue, par les soucis et préoccupations, par un planning chargé, par toutes sortes d’autres choses. Nous pourrions éventuellement penser qu’il sera plus facile de réfléchir quand nous n’aurons plus rien à faire mais cette situation ne se présente jamais, ou alors le soir, au lit, avant de dormir, mais voilà que le sommeil nous emporte. Alors, ça sera sûrement le matin au réveil, juste avant de se lever. Mais non, là encore, le réveil sonne, nous tire du sommeil. Il faut vite se lever et, à ce moment, le flot des responsabilités et des devoirs revient.

Non, décidément, nous réfléchirons plus tard !

Quelle erreur ! Réfléchir est tellement important. Il faut s’arrêter pour cela, se mettre dans un endroit calme et tranquille, loin de l’agitation, du dérangement ou autre. Réfléchir, c’est comme méditer, c’est un exercice bénéfique et salutaire. Au fait, le verbe « méditer » est à prendre dans le sens de « méditer sur la Parole de Dieu », ou sur des événements que nous rencontrons, sur des situations ou autres, dans le but de tirer des enseignements, par exemple. « Considérez attentivement vos voix » (Aggée 1.5 et 7). Ce n’est pas dans la précipitation qu’on peut vivre un tel instant.

Alors il se mit à réfléchir sur sa situation et se dit… 
Luc 15.17

Le fils prodigue dont Luc nous parle, vient de vivre quelques années très particulières. Il est parti de chez son père tout joyeux avec un bon magot. Il se croyait enfin libre, indépendant. Il a rejoint un pays éloigné et a vécu dans la débauche, s’est offert toutes sortes de plaisir avec des gens qui avaient la même mentalité que lui jusqu’à ce que les caisses soient vides et que plus personne ne s’intéresse à lui. Quel gâchis ! Il se retrouve tout seul dans une situation inconfortable. Il s’assoit devant les cochons qu’il garde et considère leur état et le sien. Alors, à ce moment, il réfléchit sérieusement sur sa situation et se parle à lui-même, prend des décisions, se lève et fait ce à quoi il a pensé.

Réfléchir, c’est sage, utile, tellement important ! C’est maintenant le temps de réfléchir ! Pourquoi ne pas prendre un temps d’arrêt exprès pour cela ? Réfléchir, c’est se poser les bonnes questions. C’est aussi le fait de pouvoir prendre de nouvelles décisions, d’apporter des corrections, de rectifier le tir, de faire des changements. Réfléchir nous fera porter de meilleurs et bons fruits. Comme le fils prodigue, il est temps de s’arrêter dans notre course folle, d’entrer en nous-mêmes, de réfléchir… et de décider de revenir vers le Père, par exemple. Ou revenir vers quelqu’un que nous avons offensé pour lui demander pardon. Ou revenir à de sages résolutions comme celle de tenir nos engagements et d’être fidèle dans notre vie.

Réfléchir, que ce soit un mot d’ordre dans notre vie, une discipline. Accordons-nous le temps de réfléchir avant de prendre des décisions, pour ne pas agir avec précipitation, pour ne pas avoir à regretter, plus tard, ce que nous avons fait. Réfléchir aux conséquences de nos choix. Réfléchir à la portée de nos engagements.  

Que ce petit texte nous aide à réfléchir et à prendre l’engagement de le faire le plus régulièrement possible.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire