Remue ta cuillère

Remue ta cuillère

Cher Pasteur,

J'aimerais te rappeler ce que Paul écrivait à son jeune collègue Timothée :

"Ce que tu as entendu de moi […] confie-le à des hommes fidèles, qui soient capables de l'enseigner aussi à d'autres." (2 Tim. 2.2)

Stanley Jones raconte qu'un jour quelqu'un, réclamant plus de sucre dans son thé, reçut cette réponse : "remue d'abord ta cuillère dans la tasse !".

Nous désirons tous recevoir davantage de la part de Dieu. Mais de nombreux exemples de la Bible nous montrent que la méthode de Dieu, c'est de construire sur ce qu'il nous a déjà donné. La veuve endettée s'entend demander par le prophète Élisée : "qu'as-tu à la maison ?" (2 Rois 4.2). De même pour nourrir la foule, Jésus dit à ses disciples : "Combien avez-vous de pains ? Allez voir." (Marc 6.38). Dans la parabole des talents, dans Matthieu 25, leur accroissement ne provenait pas de ce que le maître en rajoutait, mais de leur utilisation.

L'assemblée dont tu as la charge est petite ? Ton plus cher désir est de la voir grandir ? Tu envies peut-être (oh, d'une sainte envie !) tes collègues qui ont de grandes églises. Tu te dis qu'eux, au moins, ils peuvent travailler efficacement. Mais as-tu pensé à l'énorme potentiel que peut abriter une petite fiole d'huile, ou que peuvent receler cinq pains et deux poissons, dans les mains du Dieu Tout-Puissant ? Potentiel énorme, disais-je, mais à une condition : qu'ils soient utilisés !

Sois convaincu que cette petite assemblée représente de grandes possibilités. Mais premièrement, cesse de la considérer comme ton assemblée. J'ai tant de fois entendu des pasteurs parler de leur assemblée, leurs chrétiens, etc. Le propriétaire, c'est le Seigneur. Deuxièmement, cesse de penser que tu es le seul à exercer un ministère dans cette église. Oh, certes, le Seigneur t'a bien confié un ministère, mais certainement pas celui d'homme-orchestre. Commence à faire confiance aux autres, afin de leur donner la possibilité de développer leurs talents, et ils deviendront vite des aides précieuses.

Tu n'es pas seul. Tu sais, la petite grand-mère qui ne fait pas de bruit, là-bas près du radiateur ? Elle ne cesse d'intercéder pour toi et pour l'église. Et ce jeune couple qui te semble un peu exalté ? Plutôt que d'essayer sur eux la douche froide, ne vaudrait-il pas mieux dégager la belle châtaigne de la vilaine bogue piquante ? Tu as aussi des frères solides, qui feraient d'excellents anciens si tu les prenais à part pour les enseigner ; c'est ce que nous avons fait avec notre "Cercle Doulos", d'où sont sortis plusieurs serviteurs de Dieu.

Non, mon frère, ta tasse ne manque pas de sucre !

J'ai vu que, parfois, dans une église, certains membres créaient des problèmes en voulant avoir une place. Bien sûr, des Diotrèphes (3 Jn. 9), ça existe toujours. Ils ne sont pas dangereux uniquement à cause des troubles qu'ils créent dans leur entourage, mais surtout par la crainte qu'ils engendrent dans le cœur des pasteurs. Ces derniers s'enferment alors sur eux-mêmes et considèrent tous les gens capables comme des concurrents ou des diviseurs potentiels.

La crainte est l'opposé de la foi. "Ne crains point, crois seulement" résonne l'écho de l'Évangile. La foi, c'est la confiance, et la confiance se construit à partir de l'expérience. C'est la foi éprouvée qui est plus précieuse que l'or (1 Pi. 1.7). Pour que notre foi grandisse, il nous faut faire confiance aux promesses de Dieu, et utiliser la foi que nous avons déjà, fût-elle faible et chancelante. Si elle est mise en œuvre avec hardiesse, elle ne tardera pas à croître. Nous découvrirons alors que nos ailes embryonnaires sont devenues de grandes ailes d'aigle, capables d'affronter les tempêtes de l'existence, et de nous élever au dessus des brouillards du doute vers le ciel bleu du possible de Dieu.

Le meilleur moyen d'éviter le mécontentement générateur de problèmes dans l'église, c'est que chacun puisse exercer le ministère que Dieu lui a confié. Une des tâches principales du pasteur est d'aider chacun à découvrir la place que Dieu lui réserve, et de le guider avec fermeté, certes, mais avec amour et confiance. La petite assemblée deviendra grande, si tu utilises ce que tu as déjà.

"Remue ta cuillère !"

14 commentaires