Se lever et persévérer

Se lever et persévérer
Lecture 2 Rois 13 : 14-19.
 
1) SE LEVER POUR AGIR
 
Joas s'est présenté devant Elisée à un moment crucial. En effet, le prophète était sur le point de rejoindre la patrie céleste. Le roi d'Israël avait donc une opportunité à saisir, celle consistant à recevoir des instructions et des conseils inspirés par l'homme de Dieu avant son départ. Il pourrait retenir les directives et agir ensuite en conséquence.
 
Le mois de septembre correspond à une période traditionnelle de reprise des activités au niveau professionnel mais aussi de l'église. C'est donc un bon moment pour prendre des résolutions, effectuer des choix judicieux, corriger ce qui est nécessaire, améliorer certaines choses…
 
Au cours de cet entretien, Elisée a invité Joas à entreprendre des actions dans la foi. Dans la vie chrétienne, ces 2 vertus sont intimement liées. En effet, la caractéristique d'un disciple est la foi. Marc 11 : 23; 16 : 16; Héb 10 : 38-39; 11 : 13 : 6. Il s'agit donc d'agir et d'accomplir des œuvres en toute dépendance et soumission à Dieu. De plus, il convient de manifester et de développer une foi vivante qui se démontre par des œuvres. Job 29; Mat 25 : 34-46; Jac 2 : 14-26. La foi n'est ni passive ni oisive, elle ne consiste pas à rester assis en attendant que Dieu fasse tout à la place du croyant. Au contraire, elle enfante des actions qui glorifient le Seigneur.
 
Dans les versets 15 à 18, le texte reprend à 7 reprises l'expression : "Elisée dit". Le prophète parle de la part de l'Eternel et donne des indications précises au roi d'Israël. Ce-dernier était sensé les suivre et les observer. En ce qui nous concerne, nous n'avons pas Elisée pour nous conduire et nous conseiller, mais nous avons quelqu'un de bien plus grand, à savoir le Fils de Dieu Lui-même. Il convient de s'inspirer de la remarque de Marie à Cana : "Faites ce qu'Il vous dira". Jean 2 : 5. Un des secrets d'une vie chrétienne réussie réside dans le désir du disciple d'écouter parler son Maître afin de suivre Ses recommandations et de mettre en pratique Sa Parole. Ezé 33 : 31-33; Mat 7 : 24-27; Luc 10 : 38-42; Act 16 : 14; Jac 1 : 22.
 
Vouloir écouter le Seigneur et choisir de Lui obéir est plus difficile que de suivre les penchants de son cœur. C'est plus facile de faire ce qu'on a envie que d'y renoncer pour s'engager sur le chemin de l'obéissance. La nature humaine pousse à rechercher ce qui est agréable à entendre. 2 Tim 4 : 3-4. La bible évoque l'opposition et le combat entre la chair et l'Esprit et encourage à suivre le Seigneur en obéissant au Saint-Esprit. Gal 5 : 16-26. Des croyants ont à affronter des épreuves dont ils ne sont pas responsables car elles font partie de la traversée terrestre. D'autres par contre ont à gérer des situations difficiles car ils s'entêtent dans leurs raisonnements erronés et s'enlisent dans leur obstination de suivre leur propre voie. Le succès et la victoire sont vécus quand un chrétien décide d'accepter la Parole divine et de s'y soumettre en marchant dans la vérité. Jean 8 : 30-32.
 
Durant cette séquence, l'Eternel a parlé par l'intermédiaire d'Elisée et Joas a été tenu d'écouter et d'obéir. Après chaque parole du prophète, le roi d'Israël devait "se bouger" et passer à l'action. A la lumière de ce passage, il convient de rappeler la réalité suivante : Dieu ne fait pas tout à la place de l'homme. Celui-ci doit prendre ses responsabilités et agir après avoir reçu les indications divines. Pour réussir sa vie, le disciple est invité à marcher main dans la main avec son Sauveur et à collaborer avec Lui. La part humaine doit s'associer à la part divine.
 
Par exemple, Jésus a appelé Simon et André, ceux-ci ont agi en répondant favorablement à l'appel. Marc 1 : 16-18. Le Seigneur a prononcé une parole accompagnée d'une promesse de guérison pour les 10 lépreux, ces-derniers ont obéi et ont suivi le conseil donné. Ils ont alors vécu un miracle. Luc 17 : 11-19. Jésus a ressuscité Lazare, mais ce sont des hommes qui l'ont délié après avoir ôté la pierre. Jean 11 : 38-44. Le Seigneur a multiplié les pains et les poissons, ensuite les disciples ont été associés à l'œuvre divine en distribuant la nourriture. Mat 14 : 15-21.
 
Joas a été placé devant ses responsabilités, mais Elisée est resté à ses côtés et l'a accompagné dans ses gestes. Verset 16 : "Elisée mit ses mains sur les mains du roi". Ainsi, lorsque le Seigneur demande à quelqu'un de suivre Sa Parole et Son conseil, Il lui garantit Sa présence, Son aide, Son assistance afin de réussir dans ses entreprises. Ps 32 : 8; Es 48 : 17-18; Mat 28 : 20. Ce geste témoigne également de l'affection de l'Eternel. Au travers de ce contact physique, Elisée a certainement traduit et communiqué l'amour et la tendresse du Père céleste. Le Seigneur n'est pas un conseiller froid et distant. Il n'est pas un Maître qui délivre ses ordres avec rigidité. Jésus a témoigné des attitudes d'attention et d'affection. Dieu se présente dans les Ecritures comme un Père qui veut prendre soin de Ses enfants avec beaucoup de délicatesse. Deut 32 : 6; Ps 68 : 6; 2 Cor 6 : 18; 1 Jean 3 : 1.
 
Verset 17 Þ Une promesse est ensuite communiquée à Joas : Dieu a prévu dans Son plan bienveillant de lui accorder une victoire totale sur ses ennemis. Ce principe divin est également applicable à nos vies : chaque individu est destiné à écouter la voix de Dieu, à en tenir compte afin de la mettre en pratique, à agir en comptant sur la présence et le secours du Seigneur pour finalement être vainqueur. Ce propos ne signifie nullement qu'un croyant ne rencontre jamais la défaite, l'échec, le découragement, le sentiment d'impuissance, la déprime ou la dépression. Nomb 11 : 14-15; 1 Rois 19 : 4; Job 3; Lam 3; Jon 4 : 3;
2 Cor 1 : 8; 2 Cor 4 : 8. L'idée selon laquelle il n'est pas normal qu'un enfant de Dieu soit submergé pour un temps par ses épreuves n'est pas biblique. Cependant, le plan divin n'est pas de rester et de demeurer continuellement dans une position de défaite, mais de triompher de toute opposition et de surmonter tout obstacle. Rom 8 : 37; Phil 4 : 13.
 
Grâce à l'œuvre de Jésus à la croix, à l'action de la Parole vivante et du Saint-Esprit, chaque disciple bénéficie de la victoire sur le péché, sur sa mauvaise nature, sur la maladie et sur les puissances ténébreuses. Es 53 : 5; Rom 6 : 6; 14; Rom 8 : 13; Col 2 : 12-15; 1 Jean 3 : 4-9.
 
 
2) PERSEVERER
 
Joas a jusque-là obéi à la lettre aux injonctions d'Elisée. L'Eternel lui a fait comprendre qu'il devait agir en manifestant un esprit de soumission. La flèche de délivrance tirée était le symbole de la victoire totale qu'il était destiné à remporter. Au verset 18, le roi a été soumis au test de sa foi. Se saisissant des flèches, il aurait du frapper le sol de nombreux coups, ce qui aurait montré que le roi s'attendait à être vainqueur sur tous ses ennemis en s'appuyant sur l'Eternel. Au lieu de cela, il s'arrêta.
 
Ce mois de septembre peut être un moment favorable à de bonnes résolutions : davantage de consécration à l'exercice d'un ministère, une meilleure organisation pour dégager plus de temps dans la prière et la méditation biblique, des progrès dans l'aménagement de l'emploi du temps pour être plus régulier dans les moments de recueillement, mise en place de temps spirituels dans le couple et avec les enfants, désir de saisir davantage d'occasions de témoigner et d'offrir des évangiles accompagnés de littérature chrétienne, recherche de la vie de l'Esprit, consécration financière, efforts pour favoriser la paix dans des relations humaines…
 
Toutes ces excellentes motivations ont besoin d'être suivies d'une mise en place pratique et concrète mais aussi de persévérance dans le temps. La vie chrétienne n'est pas un sprint mais une course de fond ou une épreuve de marche qui nécessite de l'endurance. La bible cite des exemples d'hommes qui ont bien débuté avec Dieu mais qui n'ont pas persévéré dans la bonne direction : Saül : 1 Sam 10 : 6; 24; Salomon: 1 Rois 3 : 5-14; 1 Rois 11 : 1-13; des disciples de Jésus : Jean 6 :60-66; Phygelle, Hermogène, Démas Diotrèphe : 2 Tim 1 : 15; 2 Tim 4 : 9-10; 3 Jean 9-10.
 
Par contre, d'autres ont manifesté de l'abnégation et ont été bénis en réponse à leur persévérance : Abraham : Rom 4 : 18-21. Joseph a vu la réalisation de ses songes de nombreuses années après les avoir eus. Gen 37 : 1-11; Gen 41 : 39-44. Jacob dans sa lutte nocturne avec l'ange : Gen 32 : 24-32. David a régné sur tout Israël après des années d'épreuves. 1 Sam 16 : 6-13; 2 Sam 5 : 4-5. Paul était serein à l'approche de son départ pour la patrie céleste car il avait tenu ferme dans toutes les circonstances. 2 Tim 4 : 6-7.
 
Cependant, le modèle de persévérance par excellence demeure Jésus. Son ministère terrestre peut être décomposé en 3 parties : la phase de popularité, la phase d'opposition de la part de Ses adversaires et la phase allant de Son arrestation jusqu'à la crucifixion. Avant d'arriver au Golgotha, le Seigneur a été tenté, éprouvé, humilié. Satan a multiplié les tentatives pour le faire échouer. Pour atteindre la croix, il a fallu au Seigneur énormément de ténacité. Son sacrifice parfait offre le salut accessible à tous. 1 Tim 2 : 4.
 
La persévérance demande des efforts, du courage, de l'amour, une saine vision du plan de Dieu, des sacrifices, du renoncement. Beaucoup de ces qualités sont de moins en moins mises en valeur dans notre société qui prône de plus en plus la facilité, le confort, le plaisir immédiat, l'absence de contraintes et de contrariétés.
 
Joas aurait pu frapper le sol 5 ou 6 fois. Si Elisée lui a affirmé, cela signifie que le roi en était tout à fait capable. Dans son amour, le Seigneur ne demandera jamais à Ses enfants d'effectuer une tâche, de faire des efforts, de supporter une épreuve ou de persévérer au-delà de leurs capacités. Deut 30 : 11; 1 Cor 10: 13.
Ainsi, Joas a remporté des victoires proportionnellement à sa foi et à sa persévérance. Il s'est peut-être consolé en inscrivant 3 succès à son actif. Cependant, le sens du texte démontre qu'il aurait pu aller plus loin et vivre une pleine victoire. Il n'était pas complètement dans la défaite, mais il n'a pas connu un triomphe total.
 
Un chrétien manquant d'ambition peut se contenter de ses expériences et de son salut. Un autre peut manifester de la résignation l'empêchant de grandir dans la foi. Par exemple, quelqu'un peut se satisfaire de prier seulement quelques minutes, d'ouvrir la bible de temps en temps, de participer de façon occasionnelle à la vie de l'assemblée. Une autre personne peut accepter de vivre avec un péché ou une dépendance dans sa vie (tyrannie des pensées négatives, trait de caractère néfaste, mauvaise habitude…) Sans juger Joas, tirons les leçons de son exemple et cherchons à atteindre avec le secours de la grâce de Dieu une pleine et totale victoire dans chaque situation. Jean 8 : 36.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire