Seigneur, puisque tu insistes, je décide ...

Seigneur, puisque tu insistes, je décide ...

.... de marcher, pourtant ....

Il fait bien trop mauvais !


On t'a fait connaître, ô homme, ce qui est bien ; et ce que l'Éternel demande de toi. C'est que tu pratiques la justice, que tu aimes la miséricorde, et que tu marches humblement avec ton Dieu. Michée 6 : 8

J'ai travaillé pendant un an en maison de retraite. Quand il faisait beau je proposais aux résidents de sortir sur la terrasse ou dans le parc. L'un d'entre eux, Jules*, refusait presque toujours pour la raison que : « Il fait bien trop mauvais ». (Je ne sais pas retranscrire l'accent limousin : dommage !)


Et si on insistait, il précisait :

- Il fait bien trop chaud
- Il fait bien trop froid
- Il y a trop de vent
- Il va pleuvoir
- Pas maintenant, c'est trop tôt
- Pas maintenant, c'est trop tard
- Je ne suis pas bien ...

Vous l'avez compris, Jules* trouvait toujours une « bonne » raison pour ne pas sortir. De temps en temps l'un ou l'autre arrivait quand-même à le décider et au final il était très content !

* pseudonyme



Maintenant je vous propose d'autres circonstances :


- Mon enfant voudrait que je joue au « uno » avec lui.
- Une sœur est malade et elle s'ennuie chez elle : on me propose d'aller la visiter.
- Des amis déménagent et ils auraient besoin d'un peu d'aide pour faire les cartons.
- Il y a de peinture à refaire à l'église …

Et une autre liste de réponses :

D'abord les non-dites : (je n'ai pas envie d'être jugée, ni d'être connue pour qui je suis vraiment)

- Ah non, pas le uno !!!
- J'ai pas envie (réponse honnête !)
- Trop la flemme (comme disent nos ados et pré-ados)
- Ah non ! pas avec "elle" (cette sœur)

Puis les réponses exprimées :

- Je n'ai pas le temps (à vérifier ...)
- J'ai prévu autre chose (ça me revient tout d'un coup ….)
- Je ne sais pas faire (mais tu peux peut-être apprendre !)
- Pas aujourd'hui je suis fatiguée (Et demain ??)
- Aujourd'hui, non, mais pour une autre fois : pas de problème (Humm ?!...)

Est-ce que vous ne vous reconnaissez pas un peu dans ces réponses ? Moi si !...

Sauf exceptions nous n’avons souvent pas envie de bouger, surtout si c'est pour faire quelque chose de fatiguant, de désagréable, de pas intéressant ou qui nous coûte d’une manière ou d'une autre. En effet aller voir quelqu'un à l’hôpital n'est pas toujours une partie de plaisir, mais un certain Jésus nous a un jour invités à le faire ...

Nous ne sommes pas maîtres des premières pensées qui nous viennent mais personne ne nous oblige à en rester là. Je sais de quoi je parle ! Des études ont montré qu'il nous était beaucoup facile de prendre une mauvaise habitude, ou attitude, que d'en adopter une bonne.

Alors comment faire ?

1 D'abord reconnaître nos limites. Elles sont là et bien là ; vouloir les nier ne sert à rien et surtout pas à avancer. Nous nous regardons en vérité, sans fioritures ni exagération. Il vaut mieux chasser de notre vocabulaire les « c'est pas de ma faute je suis comme ça » et les « je suis trop nulle je n'y arriverai jamais ».

2 Puis nous pouvons entrer en dialogue avec nous-mêmes ou encore mieux, avec le Seigneur :
En reprenant toutes les raisons citées plus haut, en lui demandant pardon si besoin, puis en lui demandant de nous assister pas son Esprit-Saint.

3 En dernier lieu nous pouvons « saluer » nos mauvaises raisons et décider d'aller de l'avant. Inutile de nous glorifier car notre premier « mouvement » était de ne surtout pas bouger !

Un homme de Dieu a dit :

« Dieu nous aime tels que nous sommes mais ...
Il a trop d'amour pour nous laisser tels que nous sommes ! »


Une prière :

Seigneur tu me connais bien, et même mieux que je ne me connais moi-même. Tu sais exactement les zones en moi qui résistent à la conversion. Tu connais mes attitudes et mes habitudes, toutes, les bonnes et les mauvaises. Seigneur je sais que tu m'aimes et que tu veux le meilleur pour moi. Et je sais avec certitude que ce n'est pas d'abord ce que j'ai envie ou pas envie. Seigneur, s'il te plaît, secoue-moi quand je somnole, pique-moi quand je suis satisfaite de mes choix alors que je passe plus ou moins délibérément à côté de ta volonté, agace-moi quand je ne veux pas être dérangée. (Si, si ...)

Seigneur mon désir profond est de te plaire et de t'honorer mais, même après toutes ces années de conversion, j'ai terriblement besoin de ta présence et de ton assistance. Et je ne veux pas m'éloigner de toi et devenir spirituelle et … indépendante.

Reste avec moi Seigneur ! (Luc 24 : 29)


PS : Exercice pratique : je viens de relire ce texte alors que je me pose la question d'aller voir deux personnes à l'hôpital.
Alors c'est décidé : J'Y VAIS !

23 commentaires
  • Liliane GALLEBY Il y a 2 années

    Alléluia!!! Merci Elisabeth Dugas, soyez bénie
  • France Chabot Il y a 4 années

    Oui Seigneur je veux T'être obéissante. J'ai besoin d'agir dès que tu me parle et cesser de remettre à plus tard. Je Te demande pardon pour toute négligeance. J'aimerais pour ma santé marcher à tous les jours pour mon bien et pour retrouver mon poids santé. Si quelqu'un vois ceci, merci à l'avance de prier pour moi. Que Dieu vous récompense grandement et richement à tous points que Lui juge bon.
  • Gérard Il y a 6 années, 2 mois

    très vrai ton commentaire il faut du discernement pour ne pas se faire manipuler ,ne pas faire le jeu de ceux qui aiment tirer profit des autres même au sujet des demandes de prière
  • Afficher tous les 23 commentaires