Soumission dans l'amour

Soumission dans l'amour
Si ces mots vous hérissent les cheveux sur la tête, c’est sans doute que vous n’avez pas compris l’ordre instauré par notre Créateur pour vous protéger à tout moment de votre vie.

Dans toute entité active, il faut que quelqu’un assume les responsabilités prioritaires, prenne les décisions, et dirige toutes les activités afin de préserver cette entité du désordre et du chaos.

Pourtant beaucoup de chrétiens ignorent le principe de l’autorité et de ce fait, ne connaissent pas l’harmonie et la paix que Dieu a voulu pour eux, que ce soit dans leur église ou leur travail, dans leur famille ou leur foyer.

Dans l’Eglise, le berger paît ses brebis… et l’Eglise se tient dans la soumission volontaire à Christ. Le pasteur (ou encore le prêtre, le pope…) aidé de ses diacres (ou des anciens) est lui-même soumis à la Parole de Dieu et détient l’autorité spirituelle par laquelle s’exercera la protection divine sur son église.

De nombreux chrétiens évaporés dans la nature, s’affirmant libres de tout carcan confessionnel, ignorent bien souvent qu’ils sont en danger en ne bénéficiant pas de la protection spirituelle d’une église.

Puisque l’église parfaite n’existe pas, il sera préférable de se soumettre à la hiérarchie divine avec un responsable imparfait (en priant pour qu’il progresse au lieu de le critiquer) pour ne pas se retrouver la proie rêvée du loup qui s’acharnera sur la pauvre brebis isolée.

Au niveau de la famille, tout comme les enfants sont soumis à l’autorité parentale bien qu’ils ne soient pas des êtres inférieurs, la femme sera sous la protection de son époux bien qu’elle soit son égale.

Cette notion de soumission parentale ou conjugale est trop souvent incomprise d’un coté comme de l’autre : le chef de famille n’est pas un dictateur mais bien le responsable des décisions familiales (qui seront prises en concertation avec les siens) et en assumera les conséquences.

Dans une grande entreprise, le succès du président dépendra de l’aide apportée par son vice président : le rôle de la femme auprès de son époux peut être comparé à celui du vice président qui par ses judicieux conseils et son appui, contribue à la bonne marche du foyer. Elle s’occupe de tout ce qui lui est délégué dans la confiance tout en se sentant protégée par son « chef spirituel » lui-même sous la protection divine, puis s’épanouira dans l’ordre établit par Dieu.

Cet épanouissement cesse lorsque la femme veut sortir de son rôle, en s’insérant entre son mari et Dieu pour diriger le foyer. En se rebellant contre l’autorité de Christ, elle s’attirera bien des déconvenues inutiles.

Pour les dames dont le conjoint n’est pas encore converti, elles sont aussi concernées par cette soumission car 1Pierre 3.1-2 précise « …qu’ils seront (les maris) gagnés sans parole par la conduite de leur femme, en voyant leur manière de vivre… ».

Dans la vie professionnelle, notre attitude envers nos supérieurs hiérarchiques reflètera pareillement une attitude de soumission rappelée dans Ephésiens 6. 5-9 « …servez les avec empressement comme servant le Seigneur et non les hommes…».

Tout cela peut paraître bien difficile à appliquer concrètement au quotidien surtout si en face de vous, le principe n’est ni compris ni appliqué.

Mais ne perdez pas courage, car en priant et bénissant votre conjoint, vos enfants (vos parents), votre patron et votre berger, et en vous impliquant vous-même dans la réalisation de cet ordre divin qu’est la soumission dans l’amour, vous ouvrirez les vannes du ciel dans votre vie et comprendrez tous les trésors cachés dans ce mot !


Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

9 commentaires