Suis-je vraiment une femme vertueuse ? (7)

Suis-je vraiment une femme vertueuse ? (7)

« Elle sent que ce qu'elle gagne est bon ;
sa lampe ne s'éteint point pendant la nuit »
Proverbes 31 : 18 -

Comment participer à la prospérité du ménage ?
Une « femme au foyer »  peut difficilement augmenter les ressources du ménage, alors qu'une femme qui travaille à l'extérieur, ramène un salaire, elle participe autant que l'homme aux besoins du ménage.

Mais il y a différentes manières de participer à la prospérité du ménage.
Lorsque je prenais mon pinceau pour peindre portes, fenêtres et volets de ma maison, cela permettait de faire une belle économie, car si nous avions dû payer un peintre pour le faire, cela nous aurait coûté très cher.
Et puis, apprendre à faire soi-même est très enrichissant !

Lorsque je confectionnais les vêtements pour mes enfants, je dépensais moins d'argent, et je pouvais acheter autre chose pour le ménage.

Quel plaisir aussi d'aller ramasser les légumes de notre jardin, le mal que nous nous donnions était bien récompensé, car nous récoltions nos légumes, ainsi nous n'avions pas besoin de les acheter.

Réparer les objets cassés, est aussi une source d'économie, car bien réparés ils peuvent encore servir longtemps, et nous n'avons pas besoin d'en acheter des neufs.

Cuisiner soi même et veiller au gaspillage de la nourriture est aussi une excellente chose, apprendre à utiliser les restes permet de ne pas jeter de nourriture.

Nous pouvons aussi apprendre à nos enfants à respecter les ressources naturelles, à économiser l'eau, l'électricité, ainsi toute la famille participe activement aux économies du ménage. Lorsque nous prenons une douche plutôt qu'un bain, notre facture d'eau est beaucoup plus légère !

Si nous éteignons les lampes et baissons le chauffage dans les pièces où nous ne sommes pas, notre consommation d'électricité baissera, et nos factures seront moins importantes.

Et si nous marchions un peu plus ! au lieu de prendre la voiture à tout bout de champs ! Nos jambes seraient contentes et notre porte-monnaie aussi !

Toutes ces petites habitudes, mises les unes au bout des autres, ne font peut-être pas rentrer d'argent dans le foyer, mais permettent d'en sortir moins ! Ce qui est positif !
Je ne sais plus qui disait : « Il n'y a pas de petites économies » !


Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !


Ce texte est la propriété du TopChrétien. Autorisation de diffusion autorisée en précisant la source. © 2022 - www.topchretien.com

Quand l’Esprit berce l’âme d’Éveline, elle prend le temps de coucher sur papier l’essence de ses réflexions. Elle aborde ainsi tant de sujets de la vie quotidienne, des sphères privées, familiales comme sociales.

Les lecteurs qui les ont déjà goûtées sur le site du TopChrétien s’en sont délectés et ont été vivement encouragés. Aujourd’hui réunies dans cet ouvrage après avoir été retravaillées et classées, c’est un fruit à maturité à consommer sans retenue. 

Découvrez et procurez vous ce magnifique ouvrage "Fruits de méditation" en cliquant sur ce lien ! 
12 commentaires
  • FDM7777 Il y a 11 années, 1 mois

    Bonjour, On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre malheureusement. La vie épanouie professionnellement, avec des postes à hautes responsabilités qui avec un peu de chance donnent les revenus plus que la moyenne n'est pas la même vie que celle d'une femme dont les enfants diront plus tard "maman était toujours à côté". Chacune de ces vies portent un fruit mais un fruit différent. Il est de commun avis que l'enfant ou l'adolescent a plus besoin de soutien émotionnel que de soutien matériel ce qui culpabilise certain nombre de parents et mères surtout. Pourtant la prospérité financière est tout autant une grâce de Dieu, preuve beaucoup de personnes n'en ont pas et cette souffrance est aussi très profonde (au delà de tout baisse d'estime de soi, impression qu'on est rien car on voit ses parents tout le temps baffoué faute d'argent, haine et jalousie...). Pour le soutien moral, il n'est jamais suffisant pour préserver des blessures, la vie est faite de blessures et il est de responsabilité de chacun d'en faire quelque chose. Ce n'est pas parce que maman est tout le temps à côté qu'il n'y aura pas de blessures. Cette relation fusionnelle en elle-même est blessante pour la construction de l'individu. Conclusion : à quoi bon regretter? Chacun devrait juste apprécier ce qu'il a du fait de sa vie familiale ou professionnelle active. L'unique chose à regretter est de n'avoir rien, de n'avoir aucun fruit de vie.
  • nathoue Il y a 11 années, 1 mois

    Merci.
  • juin50 Il y a 11 années, 1 mois

    Merci pour ce beau témoignage !!c'est tout à fait vrai !!!toutes ces petites choses qui n'on l'air de rien ,mais qui allègent le poid des factures ,Soyez bénie au nom de Jésus amen!!
  • Afficher tous les 12 commentaires