"Toujours joyeux" : facile à dire !

"Toujours joyeux" : facile à dire !

La Bible nous apprend, que même triste, on peut être content. (Ecclésiaste 7.3) Ah bon ?! N’est-ce pas contradictoire ?

On passe par toutes sortes d’épreuves, de souffrances. On traverse des saisons hivernales ou endeuillées. La vie chrétienne est, certes, parfois difficile (comme une vie sans Dieu aussi, d’ailleurs !). En revanche, on peut la mener avec la joie dans le cœur. Notre joie peut être conservée intacte, en dépit des circonstances. C’est ce que j’aimerais vous amener à découvrir dans cette série d’articles sur la joie.

Cette joie, qu’en savons-nous, exactement ? 

Beaucoup de chrétiens ont une fausse conception de la joie, de la vie avec Dieu, qu’ils imaginent prospère, exempte de soucis, brillante et remplie d’exploits. C’est vrai que beaucoup d’enseignements sont basés sur la prospérité. Or, quand on étudie la vie de Jésus, elle était tout sauf confortable. Pourtant, Dieu souhaite que l’on prospère à tous égards. Mais ce n’est pas le sujet ici. 

Qu’est-ce que la joie ?

Il y a deux types de joie : la joie qu’offre notre société et la joie selon Dieu.

La joie, selon Larousse

C’est un “sentiment de plaisir, de bonheur intense, caractérisé par sa plénitude et sa durée limitée, et éprouvé par quelqu'un [ou quelque chose] dont une aspiration, un désir est satisfait ou en voie de l'être. [État] qui provoque chez quelqu'un un sentiment de vif bonheur ou de vif plaisir [en regardant quelqu’un ou quelque chose]. État de satisfaction qui se manifeste par de la gaieté, de la bonne humeur.

Elle est souvent liée à un événement qui la déclenche, comme une bonne nouvelle, un examen qu’on réussit, une promotion enfin touchée, un résultat d’examen médical positif, une situation confortable, etc. Ou à des personnes, des relations.

🔎Cette joie dépend de facteurs extérieurs, des autres. Ces facteurs, comme toute chose, ont une fin. Notre entourage finit, un jour ou l'autre, par nous décevoir.

La joie est souvent confondue avec la notion de “plaisirs” que la société offre à l’humanité, avec une pléthore de propositions alléchantes et ô combien éphémères et coûteuses. À renfort de publicités, qui incitent à la consommation, derrière laquelle se cachent les pièges et les dangers de l’addiction : substances illicites, jeux, pornographie, comportements violents, compulsifs... Cette joie-là conduit directement à l’esclavage, à la mort, comme nous l’explique la Parole dans les versets de Deutéronome ci-dessous. 

La joie selon la Bible

La Bible est notre mode d’emploi par excellence : “Heureux les hommes qui suivent ses préceptes et cherchent à lui [l’Éternel] plaire de tout leur cœur.” (Psaume 119.2)

Et puis, ces versets viennent sceller le caractère éternel de Dieu : (...) le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point.” (Matthieu 24.35)

Dieu, de toute éternité, qui n’a ni début ni fin, est lui-même l'auteur de notre joie :

  • J'irai vers l'autel de Dieu, de Dieu, ma joie et mon allégresse (...)” (Psaume 43.4)

  • Et mon âme aura de la joie en l'Éternel, de l'allégresse en son salut.” (Psaume 35.9)

De lui découlent la joie et l’allégresse, de par qui il est, et de par ce qu’il fait :

  • Tu me fais connaître le sentier de la vie. ; il y a d’abondantes joies dans ta présence, un bonheur éternel à ta droite” (Psaume 16.11)

  • (...) vous vous réjouissez d'une joie indescriptible et glorieuse parce que vous obtenez le salut de votre âme pour prix de votre foi.” (1 Pierre 1.8)

  • Je serai plein de joie, l’Eternel en sera la source. J’exulterai à cause de mon Dieu, parce qu’il m’aura revêtu des habits du salut et qu’il m’aura enveloppé du manteau de justice (...)” (Ésaie 61.10)

🔎Cette joie est en Dieu, en sa présence. Elle est durable, elle ne dépend pas des circonstances, des autres, mais de Dieu seul, le Dieu éternel. Il a fait sa demeure en nous. Alors, la joie habite déjà en nous. 

Cette joie provient d’une révélation. D’une rencontre avec notre Seigneur Jésus. Sans cela, on restera figé dans la définition du Larousse pendant un bon moment.

🙏 Si vous n’avez pas encore fait cette rencontre en face à face, si vous n’avez pas pleinement goûté au bonheur de sa présence, aujourd’hui est le bon timing pour demander à Dieu de vous révéler qui il est. Comment il vous aime. Et de l’accueillir comme votre Sauveur et Seigneur.
Seigneur Jésus, je me rends compte que j’ai cherché le bonheur ailleurs, alors qu’auprès de toi, est la source de la vie. Je choisis de te suivre, je te demande pardon pour mes égarements, mon péché. Je veux te suivre et recevoir, avec ton pardon : la paix, la joie de ton salut. Amen.

La joie : tout est question de choix

Vous savez comme moi qu’il y a deux chemins : la vie et la mort. Le bien et le mal. Et que l’un conduit à la joie de l’Éternel et l’autre à une tristesse indélébile. 

Dieu nous donne, dans sa Parole, le choix et un très bon conseil : 

(...) j'ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie afin de vivre, toi et ta descendance, en aimant l'Eternel, ton Dieu, en lui obéissant et en t'attachant à lui. (Deutéronome 30.19-20)

Tout est dit dans ce passage ; Dieu nous apporte la bonne réponse mais pourtant, la joie nous échappe parfois. Toutes les conditions pour avoir la vie - la joie - sont réunies ici : obéissance, attachement, conditions que nous verrons prochainement.

🙌Je vous invite maintenant à réveiller la joie, qui sommeille peut-être en vous ou qui demande à être activée, à l’aide de ce chant très entraînant de Mylen Quéry : L'auteur de ma joie. Soyez renouvelé(e) en sa présence !

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

17 commentaires