Toujours satisfaite !

Toujours satisfaite !

En revenant de la piscine ce matin, j’ai analysé le sens de ma vie avec cette sclérose en plaques à gérer et tout ce qu’elle m’empêche d’effectuer.

Si je ne me focalise pas sur ce que je ne peux plus faire, alors je m’aperçois que je peux faire différemment et être heureuse par exemple de nager. Ce n’est pas facile avec la hanche qui coince (j’ai eu une greffe osseuse), mais en barbotant avec ma planche j’oublie mon corps douloureux.

Je ne peux plus faire de jogging avec ma petite famille mais je peux les suivre en vélo. Quand je joue au basket sur place avec eux, ils sont mes jambes pour aller chercher le ballon qui s’égare. Mon corps me brule après ces efforts, mais ces moments avec les enfants et leur papa sont irremplaçables.

Je ne peux plus faire mon ménage toute seule. Alors ça rend service à quelqu’un sans emploi de venir le faire chez moi une fois par semaine. Je ne peux plus faire les magasins de longues heures pour équiper la maison et remplir mes placards. Le progrès me permet d’acheter à distance et de me faire livrer ou de tout récupérer dans le coffre.

J’aime recevoir et faire la cuisine mais c’est difficile d’inviter plein de gens autour de ma table sans me fatiguer. En faisant simple et en m’organisant, on passe quand même de bons moments très conviviaux, et je fais la sieste pour récupérer s’il le faut !

Je rends grâce pour mes grands enfants qui m’aident à la maison. Ce n’est pas forcément fait exactement comme je le voudrais. Mais avec la maladie, j’ai appris à accepter la dépendance et l’aide des autres avec sollicitude et gratitude au lieu de critiquer ce qui ne me plait pas.
Et si je suis trop fatiguée pour faire quoi que ce soit, alors je prends ma bible ou un bon livre de témoignage et d’enseignement et je ne râle plus d’être inefficace ou improductive. Ces moments de repos sont enrichissants si je les considère comme un privilège (tout le monde n’a pas le temps de lire). Je peux prier et parler avec mon Seigneur plus souvent que lorsque je travaillais à l’extérieur. Mon statut d’invalidité me rend plus disponible pour Lui et je m’en réjouis.

Bref, je suis heureuse d’apprécier ce que Dieu me donne chaque jour car j’ai arrêté de pleurer ce que j’ai perdu. Et ce n’est qu’en sa présence que je peux développer cette faculté d’être comblée.

Savez-vous ce que j’ai lu en rentrant de la piscine, sur le calendrier ou je notais un rendez-vous ? " Celui qui a le contentement dans son cœur, est toujours en fête » Proverbes 15.15  ". J’ai souri et dit : " oui, c’est cela Seigneur, mon cœur est en fête parce que tu es au centre de ma vie ".

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

👓  En cette période de crise : Change ton regard ! Regarde cette vidéo puis partage-la largement autour de toi ! #Changetonregard ❤️

22 commentaires
  • Musique Il y a 2 années, 7 mois

    C'est cela qui est si douloureux pour beaucoup : ne pas savoir POURQUOI Dieu permet telle ou telle épreuve alors qu'on est croyants. Courage à vous et soyez bénie.
  • Josiane Christelle Nana Il y a 2 années, 7 mois

    Eh oui il faut toujours positiver dans la vie malgré les osbtacle car Dieu ne nous abandonnera jamais.
  • Luis Filipe Moleiro Il y a 8 années, 11 mois

    Je connais quelqu'un que j'avais perdu de vue depuis plus de 3 ans à cause de sa maladie, fibromialgie agravée, je l'ai aperçue un jour, elle avait le visage d'une vieille damme ridée jauni les traits marqués par la souffrance, dans mes larmes j'ai crié à Dieu; Seigneur comment est ce possible! Deux persones la tenaient, chaque mouvement lui faisait gémir de douleur. 1an et demi de plus est passé, au total plus de 4 ans de souffrance, mais elle à gardé la foi et aujourd'hui elle est guérie. Notre Dieu est le Dieu du miracle, ce qu'il à fait il le ferà encore à tous ceux qui se confient en lui avec foi et perseverance dans ses promesses. A mon avis le plus grand danger et la plus grande calamité de notre temps c'est l'incrédulité, pas la maladie phisique mais plutot l'aveuglement spirituel. Prions pour voir encore notre Dieu à l'oeuvre dans le corps et dans les ames de nos fréres et soeurs, et chez tous ceux que nous coutoyons chaque jour et qui souffrent de cécité spirituelle.
  • Afficher tous les 22 commentaires