" Trop Psy, pas assez Spi ? Que dit, que fait Jésus ? "

" Trop Psy, pas assez Spi ? Que dit, que fait Jésus ? "

Avez-vous déjà entendu cette remarque, dans la bouche de vos proches, amis… voire même de vos enfants " Vous, vous êtes trop Psy "… et dans la bouche d’autres personnes, lors d’échanges de partages, de témoignages libres.. " Vous, vous êtes trop Spi "… Avec Catherine plusieurs fois cela nous est arrivé.

Être trop " Psy ", ce serait par exemple derrière le langage verbal décrypter ce qui se dessine en non verbal. Derrière un très spontané " Je vais bien " (la phrase top 50 issue de nos quotidiens avec son " rentre pas dans ma vie "), voir, lire comprendre les signes du corps….les mains, les pieds, la position sur la chaise, la respiration et les gouttes de transpiration qui perlent sur le front et qui silencieusement mais lisiblement crient " Au fond, je ne vais pas bien du tout "

Être trop " Spi ", ce serait après cette petite phrase prononcée entre amis " La vie nous presse, tout va trop vite… je bosse, je mange, je dors et je rebosse… " , cette question que alors vous formulez « Ou cours-tu ? Ou vas-tu ? Quelle est la finalité de ta vie ? Quel est ton but ? "

Jésus ne cessait dans ses contacts de tous les jours, de profiter des occasions pour quitter le terrain du quotidien et entrer sur celui plus " psy " et tellement " spi " … Même lors d’un rare moment qu’il aurait pu passer avec ses disciples en allant sur l’autre rive… littéralement, en décrochant du quotidien, justement la réalité le rejoint, et l’émotion le touche au plus profond de lui-même. Finie cette retraite tant espérée par les disciples… la proximité avec le maître… Il va falloir compter avec cette foule de 5000 hommes, sans doute 20 000 personnes avec les femmes et les enfants.

Et là Jésus va délivrer aux disciples leur ordre de mission.. " Donnez-leur vous-même à manger ", n’hésitant pas à utiliser la psychologie de l’enfant des poissons et des pains, pour les entraîner sur le terrain plus spirituel, du don de soi, de la dépendance envers le Seigneur, et de sa toute puissance…

Pour nous aussi, nous avons la possibilité de ne pas nous éloigner de ce territoire, et ainsi transformer des conversations et des sensations banales en des moments rares où là peut s’ouvrir, l’espace d’un instant, la porte de la spiritualité. Alors, littéralement l’Esprit vient à notre secours, et la conversation qui s’engage prend un tout autre relief.

Oui, passé le " Non, je ne vais pas bien " et notre capacité de l’entendre, de le recevoir comme une réalité, s’ouvre l’espace d’un échange emprunt de psychologie élémentaire et de spiritualité, un chemin intime, celui de la rencontre non pas de ce que nous sommes, mais bien de celui qui vit en nous, et a transformé nos " demain " en espérance.

Oui, ne pas avoir peur pour nous, pour les couples qui nous entourent, de prendre le temps d’écouter, de faire silence et avant de parler, comprendre par la lecture de ce qu’est l’autre avec la présence du Seigneur en nous, près de nous avec nous.


Décidément " pas que psy, mais avec lui, terriblement spi " !


En partenariat avec www.famillejetaime.com

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

2 commentaires
  • geogui Il y a 7 années, 3 mois

    Deux "phrases"prononcées souvent pour vous refuser de pénétrer dans leur "jardin secret". En tant que chrétiens,n'est-ce pas notre destination,d'être des"psy",pour comprendre derrière les comportements,les apparences,les non-dits,ce que vis vraiment notre prochain? Sommes-nous conviés à nous en tenir seulement aux "banalités" du quotidien,dans nos rapports avec lui? Ne devons-nous pas être attentifs,pour discerner les besoins profonds de nos interlocuteurs,afin de leur délivrer...une parole d'encouragement,de sagesse...insufflée par le Saint-Esprit? Agir,en ce sens et bien à propos,n'ayons aucune honte de paraître "trop spi.". Nous n'aurons fait que notre devoir de disciple du Christ. Bien entendu,nous saurons nous conduire avec mesure pour ne pas nous comporter de manière ridicule.