Un chrétien "peut-il" être dépressif ?

Un chrétien "peut-il" être dépressif ?

Tout va-t-il toujours “TRES BIEN par la grâce de Dieu” ?

Ou bien y aurait-il des périodes sombres dans notre vie chrétienne ?

En d’autres termes : un chrétien né de nouveau, consacré au Seigneur et peut-être même à son service, peut-il par périodes aller mal, être triste, dépressif, avoir des soucis psychologiques, voire même des pensées suicidaires ?

Des exemples bibliques :

  •  Le roi David

Jusques à quand, ô Eternel ? M’oublieras-tu sans cesse ?
Jusques à quand seras-tu loin de moi ?
Jusques à quand aurai-je des soucis

et des chagrins au cœur à longueur de journée ?
Jusques à quand mon ennemi aura-t-il le dessus ?
Regarde, Eternel mon Dieu, réponds-moi,

viens réparer mes forces,
sinon je m’endors dans la mort.

Psaume 13.2-4

  • Le prophète Jérémie :

J’ai beau crier et implorer :
il n’écoute pas ma prière.
Tu m’as banni loin de la paix,
je ne sais plus quel goût a le bonheur.
Alors j’ai dit : C’en est fini de tout mon avenir :
je n’espère plus rien de l’Eternel.
Lamentations de Jérémie 3.8 et 17-18

Et beaucoup d’autres : Job, Timothée dans le Nouveau Testament …

Des paroles et des attitudes inadaptées, voire malsaines

Nous (les gens qui vont bien) portons souvent des jugements à l’emporte-pièce sur ces personnes qui ne vont pas bien :

Quelques pensées “populaires” :

  • c’est un(e) fainéant(e), qu’il se mette au boulot, et il(elle) verra qu’il(elle) n’aura plus le temps de penser à tout ce qui ne va pas

  • il(elle) se fait des idées, il(elle) a tout pour être heureux(se)

Des pensées “chrétiennes” :

  • il y a forcément un péché caché dans sa vie

  • il(elle) n’a qu’à prier plus et donner sa dîme ...

Les conséquences de nos paroles inadaptées :

Un comportement et des paroles adaptés ne sont pas forcément innés. Nos paroles sont souvent teintées de nos pensées (de jugement). Nos actes peuvent avoir des motivations pas très fraternelles …

Plaindre la personne, lui demander plus de détails, ou la fuir ne sont pas forcément des solutions … L'assommer de bons conseils ou de versets bibliques, non plus.

Elle risque de se sentir encore plus incomprise et isolée, voire même jugée.

Alors quoi dire et quoi faire ? 

Vouloir aider efficacement et durablement quelqu’un qui va mal ne s’improvise pas. Il faut, soit être toujours profondément à l’écoute du Saint-Esprit (qui l’est ?), soit “savoir comment s’y prendre” (avoir appris et continuer de se former), ou mieux encore : un mix des deux.

Des pommes en or décorées d'argent, voilà ce que sont des paroles dites à propos.
Proverbes 25.11

Il existe d’excellents thérapeutes chrétiens, sachant qu’il n‘est pas toujours aisé d’en trouver localement. Tout se fait souvent de bouche à oreille. Je connais telle personne, et je vous la recommande …

Il existe aussi de très bons livres. Je vous propose en particulier celui de Pascal Denault qui est disponible sur cette page : Le côté obscur de la vie chrétienne.
Pascal travaille entre autres avec Guillaume Bourin, qui est l’un de nos auteurs.

Le prophète Jérémie nous encourage :

Mais voici la pensée que je me rappelle à moi-même,
la raison pour laquelle j’aurai de l’espérance :
car les bontés de l’Eternel ne sont pas à leur terme
et ses tendresses ne sont pas épuisées.
Chaque matin, elles se renouvellent.
Oui, ta fidélité est grande !
Lamentations 3.21-23

Retrouvez l'article complet ici : 
Un chrétien peut-il être touché par la dépression ?

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Retranscrit par les mains d’Elisabeth, ce récit rend la vie des siens dynamique et pétillante. Il nous fait passer des rires aux larmes, des concepts les plus rudimentaires à la philosophie de la vie...

L’ouvrage pourrait s’intituler carpe diem tant Elisabeth, malgré les difficultés traversées et communes à beaucoup d’entre nous, a su puiser de l’espoir dans sa foi, son goût de vivre et ses amis.

Découvrez et procurez-vous le livre "Hors-Piste" en cliquant sur ce lien ! 

63 commentaires