Une affaire d'ânes (5)

Une affaire d'ânes (5)

« Il fallait qu’on le regarde pour qu’il ait du succès »

« Cette démission va lui porter un coup fatal et ça lui prendra beaucoup de temps pour s’en remettre. C’est quelqu’un qui se protège derrière un mur de fierté et d’égocentrisme. Il lui fallait absolument réussir dans ce qu’il entreprenait – mais, encore plus important, il fallait qu’on le regarde pour qu’il jouisse de succès ». Cet article du London Times du 15 octobre 2000 avait attiré mon attention. Il décrivait l’ascension et la chute de Hutchings, l’une des étoiles montantes de l’industrie anglaise. La fierté précède la chute – et Hutchings tomba de haut !

« Attachez votre âne au Cep » cela signifie former un partenariat avec Jésus lui-même. « Sois mon partenaire » nous dit Jésus, « Accepte les missions que je vais te confier ; apprends à mes côtés la façon d’effectuer un travail qui a du sens ; car je suis doux et humble, et tu vas découvrir que travailler avec moi, c’est facile ! » (Mathieu 11 ; 29)

Jésus était un vrai gentleman ! Pas quelqu’un qui usait de superlatifs pour décrire sa propre nature. Jésus, en effet, se décrivait comme quelqu’un de « doux et humble de cœur », comportement plutôt rare dans notre monde actuel des affaires. En fait, quand il entra dans Jérusalem sur son âne, la Bible le décrit comme quelqu’un « d’humble, chevauchant un âne ». Si Jésus s’occupe de votre âne, alors la première chose que les gens vont remarquer, c’est votre gentillesse et votre humilité !

« J’en suis arrivé à la conclusion que tout homme faisant étalage de son pouvoir, de son assurance et de son image cache en réalité sa honte ». Sue Erikson Bloland a écrit un article à ce sujet dans l’édition de novembre 2000 de la revue Atlantic Monthly ; selon elle, l’orgueil est une forme de narcissisme et une protection vis à vis un sentiment de honte – un constat que la personne a de sérieux manques en son for intérieur. Mais une seule référence ne saurait suffire… Le professeur Kets de Vries – qui enseigne à l’INSEAD – relie ce besoin intérieur de succès et de reconnaissance à un sentiment de rejet subi durant le jeune âge, au désir de prouver aux parents (vivants ou décédés) qu’on réussit, recherchant par là-même leur amour et leur acceptation.

Le mot grec de la Bible qui est traduit par « doux », c’est le même que celui qui figure dans le fameux verset qui dit … « Heureux les débonnaires, car ils hériteront la terre ! ». On confond souvent douceur et faiblesse. C’est tout le contraire ! La douceur, c’est une force parce qu’elle tire son énergie, sa valeur et son acceptation d’une nouvelle source : l’attachement à Jésus. « Heureux les débonnaires »… Heureux, cela signifie avoir à sa disposition toutes les ressources de Dieu : Son acceptation, Son approbation, Son énergie et Sa puissance. « …Car ils hériteront de la terre » : venez vous réjouir dans tout ce que Dieu a mis en réserve pour vous.

Une affaire d’ânes, c’est d’abord et avant tout se reposer ! C’est attacher son âne au Cep et permettre à la vie émanant du Cep de couler à travers l’âne, plein d’humilité et de gentillesse. La douceur, c’est quand le fort choisit de servir son prochain au lieu de vouloir le contrôler. Elle nous force à arrêter de nous prendre au sérieux et à cesser de quêter la reconnaissance des autres. Ceux qui sont doux sont tout étonnés lorsqu’on les remarque ; leur préoccupation, c’est que les autres reçoivent tout ce dont ils ont besoin pour développer leur potentiel.

Avez-vous déjà entendu le contraire : « Bénis soient ceux qui s’affirment car ils auront une carrière éblouissante » ? Prenez garde, lorsque vous grimpez l’échelle du succès et que vous arrivez au sommet … que l’échelle ne soit pas appuyée contre le mauvais mur !

© MANNE DU LUNDI est un article hebdomadaire de CBMC INTERNATIONAL, un ministère évangélique à but non lucratif qui a pour objet de servir les gens d’affaires et les professionnels qui veulent suivre Jésus, de présenter Jésus-Christ en tant que Seigneur et Sauveur auprès des autres gens d’affaires et professionnels.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire