Une occasion de chute ?

Une occasion de chute ?
Si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la;
mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie.

Marc 9.43

Chacun étant attiré et amorcé par sa propre convoitise (Jacques 1.14) est en butte à diverses occasions de chute. La difficulté de résister, de surmonter et de tenir ferme face aux mauvaises sollicitations (Éphésiens 6.13) provient donc de notre propre fond, mais aussi de la proximité avec ce qui peut attiser nos inclinaisons au mal. Ainsi, il ne suffit pas simplement de refuser de céder à la tentation mais de fuir !

Cette fuite n'est parfois possible qu'au prix d'une coupure, d'un déchirement, d'une amputation, ce qui n'est jamais agréable à la chair. Pourtant, c'est indispensable dans certains cas si nous ne voulons pas retomber dans nos travers, si nous ne voulons pas succomber malgré toute notre vigilance, tant nos faiblesses nous caractérisent bien plus que nos paroles (Matthieu 26.41).

Si une activité, une relation, une habitude, est à même de nous causer du tort, il faut apprendre, avec le soutien de Dieu, à prendre nos distances, car si nous nous contentons de les arrêter aux portes de notre corps tout en restant à proximité, il est un grand risque de se laisser perdre à l'une ou l'autre occasion.

Prenons l'exemple d'un alcoolique qui prendrait la décision de ne plus boire tout en se laissant la possibilité de retomber en ne débarrassant pas son domicile de toute trace d'alcool. Nous dirions qu'il ne s'est pas mis dans les meilleures conditions pour réussir !

Hélas! Nous sommes trop souvent comme cet homme. Nous surestimons notre capacité à tenir nos bonnes dispositions. Nous pensons que le temps nous aidera et que la force d'attraction de la tentation s'estompera. Nous espérons pouvoir faire l'économie d'une séparation à laquelle notre chair répugne.

Dans le verset présenté, couper c'est rendre impossible un retour à l'état ancien, c'est éloigner les conditions propices à une rechute. Cela peut paraître radical mais c'est salvateur !

Prenons un autre exemple, celui de cet alpiniste américain, devenu célèbre en 2003, qui s'est retrouvé coincé dans une gorge de l'Utah et n'a pas eu d'autre solution, après plusieurs jours d'attente, que de s'amputer lui-même son avant-bras droit pour survivre en se dégageant des rochers qui le maintenaient prisonnier.

Il lui a sûrement fallu comprendre l'urgence, après bien des espoirs de secours, de se dégager au plus vite pour ne pas finir seul dans ce canyon isolé. S'il a perdu une main, il a regagné le droit d'entrer dans la vie. C'est à ce prix qu'il a pu poursuivre, certes diminué physiquement et changé psychiquement, mais reconnaissant de la vie qui était à nouveau devant lui.

Spirituellement, il en est de même. Il faut être conscient de l'extrémité dans laquelle nous nous trouvons pour couper avec ce qui fait du tort à notre âme. Cela peut être différent pour les uns ou les autres, mais quoi que ce soit, amitiés néfastes, lectures ou spectacles malsains, habitudes dangereuses, etc., il faut impérativement se séparer et s'éloigner de ces occasions de chute.

La Bible nous exhorte à nous abstenir des convoitises charnelles qui font la guerre à l'âme (1 Pierre 2.11). Mais cela ne suffit pas si nous restons dans leur entourage, à portée de leur pouvoir de séduction. Coupons donc avec fermeté, sans compromis, et jetons au loin (Matthieu 5.29), prenons nos distances afin de ne pas retourner facilement à ce que nous avons condamné.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

11 commentaires