Une trop haute opinion

Une trop haute opinion

Cher Pasteur,

Qui d'entre nous n'a pas entendu prêcher - ou n'a prêché lui-même sur ce fameux texte de Romains 12 : "Ne vous conformez pas au siècle présent". Pour ma part, j'en ai entendu des discours sur ce thème, qui tous gravitaient autour de ce qu'on appelle "la mondanité", et qui stigmatisaient les cheveux trop courts des dames, les cheveux trop longs des messieurs, sans parler des tenues vestimentaires trop à la mode, et des bijoux (qui furent, paraît-il la cause du veau d'or ! - voir Ex. 32.2-4), cet embellissement sacrilège qu'il faut bannir à tout prix (Tiens, c'est bizarre, on n'a jamais attaqué la cravate des messieurs !).

Justifiée ou non, cette démarche de vouloir entraîner les chrétiens vers une plus grande sanctification, légaliste ou non, est en soi très louable. Nous sommes censés être des conducteurs (Héb. 13.17), des bergers qui paissent le troupeau de Dieu ; qui le paissent, et le poussent vers les gras pâturages :

"Paissez le troupeau de Dieu qui est sous votre garde" (1 Pi. 5.2)

Dans le fond, il n'est pas très difficile d'exhorter un chrétien à aller de l'avant, lorsqu'il a conscience de ses lacunes, de sa faim spirituelle, de son désir de progresser dans les voies du Seigneur. On l'entoure d'affection fraternelle, on le nourrit de la bonne parole au temps convenable, et on est pour lui un exemple :

"Quel est donc le serviteur fidèle et prudent, que son maître a établi sur ses gens, pour leur donner la nourriture au temps convenable ? Heureux ce serviteur, que son maître, à son arrivée, trouvera faisant ainsi !" (Matt. 24.45-46)

"Vous savez vous-mêmes comment il faut nous imiter […] nous avons voulu vous donner en nous-mêmes un modèle à imiter." (2 Thess. 3.7-9)

Mais avez-vous jamais essayé de freiner un chrétien qui s'est emballé ? Je peux vous dire que c'est plus difficile que d'arrêter un cheval fou. Il croit posséder une connaissance qui vous dépasse de loin ; les expériences spirituelles qu'il a connues et connaît encore sont inimaginables...

Comment faire comprendre à un tel chrétien exalté qu'il se nourrit d'illusions dangereuses ? Que ses expériences fabuleuses sans fondement dans l'Écriture vont crever comme des bulles de savon ? Qu'il ne se doute pas de quoi est capable le psychisme humain en matière de contrefaçon pseudo-spirituelle ?

J'en ai connus de ces superbes qui vous toisent d'une façon méprisante du haut de leur grande spiritualité. À leurs yeux, vous n'êtes qu'un sclérosé, un réactionnaire encroûté, et les doutes que vous formulez à l'encontre de leurs prouesses spirituelles ne sont que l'expression de votre dépit et de votre jalousie !

Que Dieu vous préserve, mon frère, d'avoir jamais à freiner un membre d'église qui croit en savoir plus que vous ! Et que chacun médite la suite de Rom. 12 :

"Par la grâce qui m'a été donnée, je dis à chacun de vous de n'avoir pas de lui-même une trop haute opinion, mais de revêtir des sentiments modestes, selon la mesure de foi que Dieu a départie à chacun." (Rom. 12.3)



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire