Au voleur !

Au voleur !

Il y a deux ans, mes parents nous ont invités à passer les vacances d’été chez eux. Quelle opportunité ! Mes filles profiteraient de leurs grands-parents, alors que moi je passerais des semaines à me prélasser et à me remettre de notre récent déménagement. Il fallait simplement que nous nous y rendions ! Facile, ce n’était qu’à 800 km après tout ! Eh oui, le Québec c’est vaste !

Savoir conduire n’importe où, n’importe quand, parfois pendant très longtemps, seule avec quatre enfants dans la voiture était pour moi une victoire dont j’étais fière. Si, dans le passé, je paniquais à l’idée de conduire en dehors des quelques rues de mon village, maintenant je prenais goût à vivre ces aventures sur la route.

Alors que je m’y rendais, sur l’autoroute, une voiture qui allait dans la direction opposée a quitté sa trajectoire pour traverser les quatre voies et se retrouver à sens inverse : elle fonçait droit sur nous ! C’était irréel ! Inévitablement, la voiture allait nous percuter de plein fouet telle une flèche lancée sur sa cible. Alors que la voiture se rapprochait à une vitesse folle, une paix m’a envahie et j’ai entendu dans mon esprit ce verset :

...tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, ni la flèche qui vole de jour... Psaume 91.5

La voiture est passée à un cheveu de la mienne. Aussi improbable que cela puisse être, elle n’a percuté aucune voiture sur son chemin et a terminé sa course dans un bosquet.

Je réalise qu’on m’a volée !

Au lieu de garder mon attention sur le miracle que Dieu a fait ce jour-là, j’ai porté mon regard sur la tragédie qui aurait pu se produire. Je me suis d’abord mise à avoir peur et à être anxieuse sur la route, évitant certains trajets. Puis, dans mes pensées, l’ennemi m’a fait croire que j’étais incapable de conduire. Petit à petit, je me suis laissée voler.

Avant, conduire m’apaisait, m’aidait à réfléchir, à trouver des solutions. Au volant, je vivais des cœurs à cœurs avec Dieu. Cette victoire n’était pas là juste pour ajouter un trophée à ma collection... tant pis si je la perds, j’en gagnerai sûrement un, un autre jour. Non ! Cette victoire était nécessaire à ma vie, elle produisait en moi des fruits.

Le voleur vient uniquement pour voler, tuer et détruire. Moi, je suis venu pour que les humains aient la vie et l’aient en abondance. Jean 10.10

La peur, ce n’est pas la vie en abondance que Dieu a pour moi

La vie en abondance

À quoi ressemble la vie en abondance que nous recevons en Jésus ? Imaginez une valise divine, remplie de tous les outils dont vous avez besoin pour votre voyage sur terre. Vous avez le choix entre ouvrir cette valise seulement à la fin de votre voyage et même ne pas l’ouvrir du tout. Ou bien, vous pouvez l’ouvrir durant votre périple et jouir de tout ce qu’elle contient pour passer un séjour beaucoup plus agréable. Que choisissez-vous de faire ? Personnellement, j’opte pour la dernière option.

Reprenons ce qui nous appartient !

Avez-vous été volés ? Il y a des victoires qui vous attendent patiemment et vous savez très bien que vous devez vous en emparer. Rappelez-vous qu’elles ne sont pas de simples trophées. Dieu, dans son plan, vous propulse de gloire en gloire. Ces victoires sont là pour vous bénir et vous équiper, vous ne devez pas vous en priver !

Vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute domination et de toute autorité. Colossiens 2.10

De quoi avez-vous l’impression de manquer ? Vous avez tout en Jésus-Christ. Foncez !

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

6 commentaires