VIVRE AVEC LA MALADIE

VIVRE AVEC LA MALADIE

 INTRODUCTION.
La foi pour la guérison divine doit considérer la souveraineté de Dieu.
Il s'agit néanmoins d'éviter de tomber dans le piège de la résignation et du défaitisme.
Selon cet état d'esprit négatif, un croyant peut se renfermer dans le raisonnement suivant: "Ca ne sert à rien de prier ni de s'attendre à la guérison car finalement, le Seigneur fait ce qu'Il veut et guérit qui Il veut".
N'oublions pas que si Dieu est souverain, Il agit aussi en fonction de la foi des gens et Il tient compte de la confiance qui Lui est témoignée. Matthieu 8 :13; 9:30; Marc 10:52.

Le malade doit être bien équipé pour affronter sa maladie ou son handicap.
Ainsi, la foi est nécessaire pour recevoir la guérison mais aussi pour bien vivre avec la maladie et l'apprivoiser plutôt que de la subir.


1) ETRE MALADE: UN ECHEC DE LA FOI ?
La bible nous éclaire sur les dangers des raccourcis qui conduisent à des raisonnements faux et nocifs. La maladie n'est pas systématiquement la conséquence du péché dans la vie d'un être humain. Jean 9:1-3.
Elle est par contre le résultat de la désobéissance d'Adam et d'Eve, avec la mort et toutes les douleurs auxquelles l'individu est exposé. Genèse 3:14-19.
L'humanité doit depuis gérer la souffrance physique. Il convient de préciser également que tous les croyants ne sont pas malades parce qu'ils manquent de foi.
Les personnes concernées doivent donc apprendre à déculpabiliser et à s'affranchir des fausses conceptions. Les chrétiens ne doivent pas s'enfermer ni emprisonner les autres dans la honte et la culpabilité avec des pensées tronquées et tordues. 

- Paul était un homme de foi remarquable et digne d'être cité en exemple.
Pourtant, il a du gérer un problème physique qui lui a empoisonné l'existence. 2 Corinthiens 12:7-10.

- Elisée a été un canal de bénédiction pour son peuple.
Il a expérimenté de nombreux miracles dont 14 sont relatés dans la bible.
Il a manifesté le don de guérison en faveur de Naaman. 2 Rois 5:1-14.
L'Eternel s'est servi de lui pour une résurrection. 2 Rois 4:8-37.
Il n'est donc pas permis de douter de sa foi.
Pourtant, il est mort emporté par une maladie. 2 Rois 13:14.

- Le Seigneur rend un excellent témoignage de Job. Job 1:8.
Ses qualités ont reçu l'approbation divine: droiture, intégrité, piété, préférance du bien selon Dieu et refus du mal et du péché dans sa vie. Malgré cela, il a connu des soucis de santé terribles qui l'ont conduit dans une profonde détresse. Job 9:28; 10:1; 10:18-19.

- Timothée était un disciple qui s'est engagé comme missionnaire avec Paul.
Il a bravé beaucoup de dangers. Il a connu la souffrance de l'emprisonnement. Hébreux 13:23.
Il tient une place importante dans les écrits de l'apôtre. Tout cela prouve sa foi et son l'amour pour Jésus. Cependant, il avait une santé fragile. 1 Timothèe 5:23.

- Trophime a lui aussi été un compagnon de service de Paul.
Même si peu de renseignements le concernant sont en notre possession, il est facile de considérer que c'était un homme de foi ayant été utile pour l'apôtre. Lui aussi a rencontré la maladie. 2 Timothèe 4:20.


2) LE ROLE DE LA MALADIE.
Il ne s'agit pas de généraliser à toutes les situations, mais la bible précise plusieurs rôles de la maladie. 

a) Elle préserve de l'orgueil et maintient la personne dans l'humilité.
Paul a fait des expériences extraordinaires sur le plan spirituel. Il risquait de sombrer dans l'orgueil. Le Seigneur a maintenu un problème physique pour que l'apôtre se souvienne de sa petitesse et de sa fragilité. 2 Corinthiens 12:7-10.

Des chrétiens sont doués de talents remarquables, ils possèdent des capacités authentiques, ils sont au contact du surnaturel divin et sont des instruments de bénédiction entre les mains de Dieu.
Les dangers majeurs auxquels ils sont exposés sont en rapport avec l'orgueil: mépris des autres, tentation de se croire plus spirituel que les autres, de se considérer comme irremplaçable et indispensable à l'œuvre de Dieu. La maladie ou le handicap permet de réaliser que tout est grâce et faveur divine, et que toute la gloire revient au Seigneur.

b) Elle avertit et reprend l'individu. Job 33:14-19.
Le Seigneur dispose de plusieurs moyens pour nous parler: bible, songe, vision, pensée intérieure, prédication de l'évangile, chant, conseil humain rempli de sagesse, manifestation angélique… Job 33:14-15; Psaume 119:105; Actes 8:29; 16:9; 27:23-25.

Mais lorsque l'homme n'y prend pas garde, qu'il endurcit son cœur et ferme l'oreille aux conseils divins, la maladie peut alors devenir un moyen pour que l'individu s'assouplisse.
La souffrance physique n'a pas pour but sa destruction ni son anéantissement.
Elle est permise selon la sagesse du Seigneur afin de conduire le malade à réfléchir, à se repentir lorsque cela est nécessaire, à s'humilier, à changer d'orientation, à prendre des décisions qui honorent Dieu. Ecclésiaste 7:14; Daniel 4:28-37.

Dans Job 36:6-15, On découvre les pièges et les problèmes rencontrés par les croyants: transgression, orgueil, chaînes, iniquité, aveuglement. On est enchaîné quand on se livre au péché et quand on entretient des pensées, des passions, des habitudes, des pratiques qui souillent le cœur. Matthieu 15:15-20; Jean 8:34; 2 Pierre 2:19.
On est aveuglé quand on refuse de se laisser éclairer par la lumière divine et qu'on est verrouillé sur des positions charnelles qu'on ne souhaite pas abandonner. Exode 7:13; Esaïe 9:15; Matthieu 13:14-15; Matthieu 15:14.

La maladie a alors pour but d'inciter le cœur dur à s'ouvrir et à accepter l'éclairage divin. Ainsi, beaucoup de personnes hostiles à l'évangile se convertissent au travers de la souffrance.
D'autres se détournent de leur mauvaise orientation.
Dans ces conditions, l'œuvre de Dieu se réalise dans les vies, même si c'est au travers de la douleur.
Le Seigneur promet à la personne qui s'humilie la restauration, la paix et la joie. Job 36:11.
Il accorde également la délivrance de la détresse et la bénédiction. Job 36:16.

c) La maladie permet de découvrir des vérités et poussent l'homme à développer sa foi.
Quand une personne souffre sur son lit, elle touche du doigt la fragilité de la vie et l'aspect précieux de la santé. La douleur amène à relativiser beaucoup de choses, à revoir les priorités dans la vie et à s'attacher à l'essentiel. Avant d'être malade, Job développait une relation vivante avec Dieu. Après avoir été affecté profondément dans sa chair, il a atteint une autre dimension spirituelle. Job 42:5.

Si la guérison est un signe de la puissance et de l'amour de Jésus, la maladie peut en être un également. En effet, des gens se convertissent quand ils sont au contact de la guérison. Mais un disciple malade ou handicapé qui expérimente malgré sa situation la paix, la sérénité, la joie et la quiétude est un témoin puissant pour toucher les cœurs. Ainsi, un chrétien malade est appelé à réaliser que sa bonne santé morale et spirituelle est un atout pour conduire des personnes au salut. Paul et Timothée n'ont pas pu parler de leur guérison, mais ils ont eu un témoignage puissant parce qu'ils ont témoigné du secours, de la présence et du soutien de Jésus en leur faveur.

3) ACCEPTER L'ABSENCE D'EXPLICATION.
Paul a connu la raison du maintien de sa souffrance physique.
Il faut bien avouer que tous les malades ne reçoivent pas systématiquement l'explication de leur situation. La bible ne donne pas d'éclairage au sujet des maladies d'Elisée, d'Ezéchias, de Timothée et de Trophime. C'est pourquoi il convient d'être sage et de ne pas chercher absolument à tout comprendre quand on passe par la souffrance. Le danger est de vouloir trouver coûte que coûte une élucidation.
Si le Seigneur ne donne pas de lumière particulière au sujet de la maladie rencontrée, il convient d'éviter un acharnement à vouloir tout expliquer. Sinon, la frustration risque de remplir le cœur. Il est préférable de s'abandonner dans les bras du Père afin de recevoir secours, consolation, restauration intérieure, renouveau de foi.

Dans le Psaume 131, David, confronté à des choses qui le dépassaient et qu'il ne maîtrisait pas, a choisi de ne pas s'encombrer l'esprit de questions et de considérations qui risquaient de le perturber. Il a préféré rechercher le calme et la tranquillité d'une attitude confiante dans Son Seigneur.

En l'absence d'explication rationnelle et logique, le croyant se réfugie dans le Seigneur et découvre ou redécouvre avec force la promesse de la libération totale et éternelle du corps dans le ciel. Dans cette dimension, la maladie, le dépérissement, tout ce qui affecte le corps humain et même la mort n'existeront plus pour les enfants de Dieu. Romains 8:23; 1 Corinthiens 15:42-43; 2 Corinthiens 5:1-2; 1 Pierre 1:3-5.

Avec cette assurance, le chrétien est appelé à réfléchir sur le thème de l'acharnement thérapeutique. Le désir de vaincre absolument la maladie et de prolonger à tout prix la vie terrestre doit avoir des limites car la bible précise que l'homme est de passage sur cette terre. Hébreux 9:27; 1 Pierre 1:17; 1 Pierre 2:11.
L'allongement artificiel de l'existence entraîne parfois des complications douloureuses pour le patient. L'essentiel est de se préparer à rencontrer le Créateur. Amos 4:12.

Cette réalité est valable pour le malade qui est destiné à partir sauvé et rempli de la paix de Dieu. Jean 14:27; 1 Timothèe 2:4.
Elle concerne également l'entourage qui a besoin d'apprendre à accepter avec la grâce de Dieu le départ de l'être aimé.

Si c'est le temps pour le malade de quitter la terre, une forme d'acharnement spirituel peut aussi s'avérer préjudiciable. Ezéchias a été invité par l'Eternel à considérer le terme de son passage terrestre. Le roi a refusé cette échéance et a obtenu la faveur de voir sa vie être prolongée de 15 années. 2 Rois 20:1-11.
Seulement, on peut se demander si la volonté divine s'est accomplie au travers de ce sursis.
En effet, pendant ce temps supplémentaire, Ezéchias s'est laissé emporter par l'orgueil et il a commis l'imprudence de dévoiler toutes ses richesses à un roi étranger.
Ce manque de sagesse a fragilisé par la suite son royaume. 2 Rois 20:12-18; 2 Chroniques 32:24-26.
On peut alors légitimement considérer qu'il aurait été préférable pour Ezéchias et pour son peuple qu'il parte pour la patrie céleste au moment où le Seigneur l'avait déterminé.

Pour finir, il convient de préciser le rôle et l'importance des moyens humains pour soulager la souffrance. Jésus n'a pas condamné le fait d'avoir recourt au médecin. Matthieu 9:12.
La nature, création de Dieu, met à disposition de l'homme toutes sortes de plantes avec des vertus thérapeutiques. D'ailleurs, les laboratoires pharmaceutiques les utilisent pour élaborer des remèdes. Ce n'est donc pas un péché de se soigner avec des médicaments. Paul a encouragé Timothée à utiliser un moyen naturel pour être soulagé physiquement.1 Timothèe 5:23.

Cependant, l'important pour le chrétien est de ne pas placer toute sa confiance dans les moyens humains. Sa foi dans le secourt divin doit dominer dans son cœur.

13 commentaires