5 pains et 2 poissons

"Le soir étant venu, les disciples s'approchèrent de lui, et dirent: Ce lieu est désert, et l'heure est déjà avancée; renvoie la foule, afin qu'elle aille dans les villages, pour s'acheter des vivres. Jésus leur répondit: Ils n'ont pas besoin de s'en aller; donnez-leur vous-mêmes à manger. (Matthieu 14.15) Un de ses disciples, André, frère de Simon Pierre, lui dit: Il y a ici un jeune garçon qui a cinq pains d'orge et deux poissons; mais qu'est-ce que cela pour tant de gens ? Jésus dit: Faites-les asseoir. Il y avait dans ce lieu beaucoup d'herbe. Ils s'assirent donc, au nombre d'environ cinq mille hommes. Jésus prit les pains, rendit grâces, et les distribua à ceux qui étaient assis; il leur donna de même des poissons, autant qu'ils en voulurent. Lorsqu'ils furent rassasiés, il dit à ses disciples: Ramassez les morceaux qui restent, afin que rien ne se perde. Ils les ramassèrent donc, et ils remplirent douze paniers avec les morceaux qui restèrent des cinq pains d'orge, après que tous eurent mangé". (Jean 6.9-13)

Certains commentateurs de la Bible disent que ces 5 pains et 2 poissons n’étaient pas le casse-croûte que ce jeune garçon avait pris pour faire une balade sympathique dans le désert d’Israël.

 

Selon eux, 5 pains et 2 poissons, c’est ce que recevaient chaque semaine les orphelins qui n’avaient personne pour s’occuper d’eux. 5 pains et 2 poissons, c’était ce que leur donnait la banque alimentaire pour vivre pendant une semaine ! Assez pour "survivre", mais pas assez pour se permettre d’inviter des copains et des copines à dîner. Encore moins pour partager avec 5000 hommes, plus leurs femmes et leurs enfants. Si ce jeune garçon était effectivement l’un de ses orphelins, il a donné à Jésus pratiquement tout ce qu’il avait pour vivre.

C’était sa participation au miracle de Jésus ! Je suis sûr qu’il est reparti avec quelques restes dans ses poches, et suffisamment pour en faire profiter ses petits camarades.

 

 

Les miracles de Dieu.

Souvenez-vous de Moïse. Les dix plaies d’Egypte, la séparation de la mer rouge, l’eau amère transformée en eau douce… Moïse a fait pas mal de miracles, n’est-ce pas ? … ou plutôt Dieu a fait ces miracles au travers de Moïse. Il y a une chose qu’il faut remarquer dans tous les miracles : Dieu demande à Moïse de commencer le travail, puis il le termine. Par exemple, Dieu demande à Moïse de lever son bâton, d’étendre la main sur la mer rouge pour la fendre (Exode14.16), et c’est alors que Dieu finit le travail et sépare la mer rouge en deux – voir le Prince d’Egypte. Plus tard, Dieu demande à Moïse de frapper un rocher, afin que celui-ci fasse jaillir de l’eau. Et ainsi de suite… à chaque fois, Dieu demande un geste au prophète, et Dieu fait le reste du travail. C’est un principe général qui est vérifié dans l’ancien comme dans le nouveau testament. C’est de cette manière que Dieu peut nous rendre participants à son œuvre miraculeuse. Il nous fait faire le petit geste, et il s’occupe de faire le grand !

Quand la prière n’est pas suffisante.

Il arrive parfois que la prière que l’on adresse à Dieu ne suffit plus, car Dieu demande de faire ce petit geste sans lequel Il ne fera pas le grand. Prier pour avoir une bonne note dans la matière où on est vraiment nul, c’est bien. Mais faut-il encore étudier consciencieusement. Demander à Dieu de trouver un travail pour les vacances, c’est légitime, mais commencer à chercher, c’est le geste qui peut conduire à un exaucement de prière. Prie donc sachant que tout dépend de Dieu, mais agis sachant que Dieu ne fera pas la part du travail qui te revient. C’est comme cela que tu pourras voir Dieu te bénir.

"Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, travaillant de mieux en mieux à l’œuvre du Seigneur, sachant que votre travail ne sera pas vain dans le Seigneur." 1 Corinthiens 15.58

Dieu ne veut pas que tu sois un bénéficiaire passif de ses bénédictions, Il veut faire de toi un participant. Ce sont ceux qui s’emparent des bénédictions qui les obtiennent !



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire