Accepté(e) ?

Ensuite Jacob dit à Laban : Donne-moi ma femme, car mon temps est accompli : et j'irai vers elle. Laban réunit tous les gens du lieu, et fit un festin. Le soir, il prit Léa, sa fille, et l'amena vers Jacob, qui s'approcha d'elle. (…) Le lendemain matin, voilà que c'était Léa. Alors Jacob dit à Laban : Qu'est-ce que tu m'as fait ? N'est-ce pas pour Rachel que j'ai servi chez toi ? Pourquoi m'as-tu trompé ? Genèse 29.21-25

Les histoires de famille ont toujours été compliquées ! On aurait pu croire que Dieu aurait choisi de nous montrer les bons exemples dans Sa Parole : des familles unies, des maris qui aiment leur femme,… Mais Dieu a préféré laisser les belles histoires à la série « La petite maison dans la prairie » et nous raconter les histoires sordides et affligeantes, celles qui existent dans la vraie vie, celles qui déchirent des cœurs et détruisent des vies. Bien sûr, il y a aussi des histoires heureuses dans la Bible. Mais lisez la Genèse, et vous pouvez être choqués de lire des histoires de meurtre, d’inceste, de tromperie au sein des familles. Si vous voulez des histoires à l’eau de rose, allez plutôt voir Bambi 2 au cinéma, mais ne lisez pas la Genèse.

Imaginez la scène : Jacob s’était mis d’accord avec Laban pour avoir sa fille Rachel, en échange de 7 années de travail à son service. Le jour des noces arrive. On fait la fête, on boit un peu plus que d’habitude, on se prend une belle cuite… et le lendemain, Jacob se réveille avec Léa, la sœur de Rachel, dans son lit. Jacob va voir son beau-père pour s’expliquer, mais ce qui est fait est fait. Jacob devra travailler 7 autres années pour avoir Rachel. Cette triste affaire allait apprendre à Jacob qu’à toujours tromper les autres, on finit par être soi-même la victime d’une tromperie.

Pensez à Rachel, qui aimait Jacob, et qui le voit marié à sa propre sœur. Elle a de quoi nourrir du ressentiment et de l’amertume. Pensez à Léa, la femme ‘surprise’ de Jacob. Sa sœur lui en veut parce qu’elle aime Jacob. Son mari, Jacob, ne l’aime pas vraiment. Il trouve qu’elle n’est pas très favorisée par la nature (Genèse 29.17). Léa se souviendra toujours du visage horrifié de Jacob à son réveil le lendemain matin des noces. Son père ne l’aime pas non plus, puisqu’il préfère la caser avec le premier venu que de la garder avec lui. Léa, c’est une fille qui, toute sa vie durant, connaît le rejet et le mépris.

Combien y a t-il de Léa dans ce monde ? Combien de jeunes restent dans des relations destructrices ou avec des amis ‘plus que douteux’ parce qu’ils ont peur de connaître le rejet, ou parce qu’ils n’ont pas d’autre choix ? Que dire à cette jeune fille abusée émotionnellement ou physiquement par son petit-ami et qui, au même moment, a peur d’être rejetée si elle dit ‘non’ ? Nous avons tous en nous ce besoin d’être acceptés par quelqu’un, par nos amis, notre famille. Et lorsque ce besoin n’est pas rempli, nous ressentons ce que Léa pouvait ressentir, le sentiment de ne pas être aimés.

L’histoire serait déprimante si elle s’arrêtait là. Mais le texte nous dit que dans sa détresse, Dieu bénit Léa : « L'Éternel vit que Léa n'était pas aimée ; et il la rendit féconde, tandis que Rachel était stérile. » Genèse 29.31. Le fait de porter beaucoup d’enfants était en ce temps-là une grande bénédiction. Dieu consola Léa et lui montra Son amour.

Si tu te reconnais dans la vie de Léa, si tu te sens ignoré ou méprisé, regarde en haut, et vois qu’il y a quelqu’un qui se soucie de toi. Dieu te dit : Ne cherche pas dans ce monde l’amour et le sentiment d’être accepté, car tu resteras toujours insatisfait. Il n’y a qu’en Jésus-Christ que tu trouves cela, de manière parfaite et inconditionnelle. Si tu as cherché cela ailleurs, il n’est pas trop tard pour changer de direction.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire