Amitié de sexe opposé, le piège?

Amitié de sexe opposé, le piège?

Quand je mets en garde des chrétiens mariés sur leur amitié rapprochée avec une personne de sexe opposé, on me répond choqué : " ou est le mal ? J’aime mon mari (ma femme). L’autre est sympa et a juste besoin de parler un peu ".

Oui mais justement…" l’esprit est bien disposé mais la chair est faible ".

Je reçois trop souvent les confidences de gens mariés qui ont développé une amitié avec l’autre sexe. Soit ils sont piégés par leurs sentiments qui ont évolué insidieusement et ne savent plus comment gérer, soit leur conjoint souffre de cette amitié jusqu’au point de non retour.

Au début, rien de malséant…on travaille professionnellement ou on fait des activités d’église ensemble. Puis on partage quelques confidences sur nos attentes personnelles déçues, sur les petits travers de notre chère moitié.  L’ami(e) bien intentionné répond : " je ne suis pas comme ça moi ! ", jusqu’au " ô pauvre, c’est invivable chez toi ! ".

Là, ça commence déjà à sentir le roussi car l’ami(e) se révèle (à ses dires, n’oublions pas) plus performant, plus sensible, plus prévenant que notre propre conjoint.
On déjeune ensemble à la pause de midi, on se voit et revoit. Et forcément, en rentrant à la maison, tout le négatif de notre chéri(e) va nous sauter à la figure. L’ami(e) ne dit pas ça, ne pense pas ça, est plus ceci et moins cela, etc.…

Vous commencez à faire des comparaisons et vous vous surprenez à penser que vous avez peut être fait le mauvais choix. Ou encore, vous répétez sans cesse chez vous " l’ami(e) n’oublierait pas ça, saurait faire ça, … " jusqu’à émousser la patience de votre incapable époux(se) qui se sent mal aimé(e) et dévalorisé(e).
Quelque chose se casse dans votre relation.
Au début, pourtant, il n’y avait pas de mal !

Alors, faut-il fuir systématiquement devant le sexe opposé lorsqu’on est déjà engagé ?

Un peu de sagesse et de bon sens s’imposent pour garder la relation saine.
Décence et réserve sont de rigueur même si c’est très plaisant de susciter les compliments. Gardez plutôt vos éloges pour votre conjoint sans faire de comparaisons déplacées et vexantes. Refusez les têtes à têtes sans la présence d’une tierce personne et soyez discrets sur les défauts de l’élu(e) de votre cœur pour ne pas attirer une compassion démesurée de votre interlocuteur.

Et si malgré votre vigilance, vous décelez d’un coté ou de l’autre, les prémices d’une amitié qui vire à autre chose, ayez la sagesse de couper court. Vous éviterez alors bien des problèmes… et stopperez la manœuvre sournoise du casseur de ménages. Sa cible favorite : les couples chrétiens.

Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable rode comme un lion rugissant cherchant qui il dévorera. " 1 Pierre 5-8.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

12 commentaires
  • mercy4all Il y a 2 années, 6 mois

    Je suis une femme seule, et bien jeune j'étais á l'écart. On voit toujours la femme seule comme étant un "danger". Les gens d'église, comme les autres m'ont évitée comme si j'avais la peste. En femme seule, je vis en isolation car personne ne s'approche. Je ne fréquente pas des personnes qui ne croient en Dieu, des personnes á qui Dieu est étranger. Je paie le prix de la solitude par force.
  • @LLI@NCE Il y a 3 années, 7 mois

    la parole de Dieu est vraiment extraordinaire , elle a le même effet aujourd'hui qu'il y a neuf (09) ans! merci pour ce message et soyez bénie
  • claudius Il y a 8 années, 4 mois

    je suis un homme ,je vous donne mon point de vue , c est que j ai subi dans les églises de la méfiance et même de l hostilité de femmes avec qui je ne me suis pas mal comporté ,est ce car je suis célibataire ???jésus nous commande de nous aimer et je rencontre la méfiance ,le probléme avec la méfiance , c est que ça vient d un jugement souvent hatif ,des hommes seuls qui viennent dans les églises doivent en souffrir
  • Afficher tous les 12 commentaires