Deux dents en moins

René : "Je croyais ne pas avoir d’ennemi. J’ai toujours été sympathique envers tout le monde. Alors naturellement, je ne pouvais pas imaginer me faire un jour un ennemi. Et pourtant si ! Il est sournois, il agit au moment où on ne l’attend pas. S’il pouvait se débarrasser de moi pour de bon, je crois qu’il le ferait sans hésiter. Je sais qu’il a plus d’une dent contre moi. En fait, il les a toutes contre moi, à l’exception des deux qu’il a perdues la première fois qu’on s’est rencontré. Vous vous demandez comment il a fait pour perdre deux dents ? C’est tout bête, je vais vous expliquer. Un jour, je suis allé rendre visite à mon voisin qui voulait me montrer son nouveau chien, un cocker. Le toutou était dans le jardin en train de faire ce qu’un chien peut faire dans un jardin quand il est livré à sa nature canine. Mon voisin, m’a conduit sous la véranda, il m ‘a dit comme cela : "René regarde, il est là, je l’ai appelé Bill, comme le chien de la BD. Je commence à essayer de le dresser. Pour l’instant, je n’ai réussi à lui faire faire qu’un seul truc. J’agite un gros os que j’ai eu pour 2 € à la Foir’fouille et je crie ‘Viens chercher le nonos’ et Bill arrive à toute allure. Je sais, c’est un peu basique comme dressage, mais j’y vais progressivement. Tu veux essayer ? Tiens voici son os." J’ai donc pris le nonos… enfin, l’os. Et j’ai crié, comme mon voisin m’avait dit de faire. Aussitôt, Bill s’est retourné, a aperçu son os, et s’est mis à courir vers moi comme un dingue. Mais voilà, il y avait un tout petit problème, je n’avais pas pensé à ouvrir la porte vitrée de la véranda. Le toutou a continué à courir, à courir jusqu’à arriver tout près de moi. Il a fait un dernier saut, puis il a inévitablement percuté la porte vitrée, de pleine face. Le pauvre animal est resté inconscient quelques minutes, puis il s’est lentement relevé, à moitié assommé, et avec deux dents en moins. Depuis ce jour-là, le toutou qui avait l’air si brave s’est juré de m’en faire voir de toutes les couleurs.

Chaque fois que je passe devant chez le voisin, il me guette, et se met à aboyer. Quand le voisin le promène, il attend d’être devant chez moi pour se délester. Il me hait ! Pourtant, j’ai bien essayé de m’excuser. Mais un chien n’accepte pas facilement des excuses. J’ai essayé de lui dire que ce n’était pas volontaire et je lui ai offert un panier pour dormir. Mais rien n’y a fait ! Je suis vraiment découragé."

 

Parfois, alors qu’on ne cherche des ennuis avec personne, il arrive qu’on se fasse des ennemis. Ce ne sera peut-être pas un chien, mais ce sera un camarade de classe qui est parano sur les bords, une personne du groupe de jeune ou du groupe d’ados qui est jalouse etc… Pour quelque raison que ce soit, leur attitude méchante semble particulièrement injuste. A un moment ou à un autre, on est tous confronté à ce genre de situation. Dieu nous demande alors de rendre le mal par le bien. Il désire voir en nous des personnes qui recherchent la paix. Car c’est avec une attitude de paix qu’on peut gagner le cœur des personnes qui veulent la guerre. Dieu permet aussi ces difficultés pour nous changer, pour éprouver notre caractère et pour que nous grandissions dans notre foi en Lui.

"Mais je vous dis, à vous qui m’écoutez: Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent. Si quelqu’un te frappe sur une joue, présente-lui aussi l’autre. Si quelqu’un prend ton manteau, ne l’empêche pas de prendre encore ta tunique. Donne à quiconque te demande, et ne réclame pas ton bien à celui qui s’en empare. Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quel gré vous en saura-t-on ? Les pécheurs aussi aiment ceux qui les aiment. Si vous faites du bien à ceux qui vous font du bien, quel gré vous en saura-t-on ? Les pécheurs aussi agissent de même. Et si vous prêtez à ceux de qui vous espérez recevoir, quel gré vous en saura-t-on ? Les pécheurs aussi prêtent aux pécheurs, afin de recevoir la pareille. Mais aimez vos ennemis, faites du bien, et prêtez sans rien espérer. Et votre récompense sera grande, et vous serez fils du Très-Haut, car il est bon pour les ingrats et pour les méchants. Soyez donc miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux." Luc 6.27-36

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire