Deux petites pièces

«Jésus, s'étant assis vis-à-vis du tronc, regardait comment la foule y mettait de l'argent. Plusieurs riches mettaient beaucoup. Il vint aussi une pauvre veuve, elle y mit deux petites pièces, faisant un quart de sou. Alors Jésus, ayant appelé ses disciples, leur dit: Je vous le dis en vérité, cette pauvre veuve a donné plus qu'aucun de ceux qui ont mis dans le tronc; car tous ont mis de leur superflu, mais elle a mis de son nécessaire, tout ce qu'elle possédait, tout ce qu'elle avait pour vivre.»  Marc 12.42-44

Il y a seulement quelques jours, j’écoutais le témoignage d’un jeune qui a donné à Dieu les 5 euros qui lui restaient pour manger jusqu’à la fin de mois. Il a donné avec générosité, sans savoir comment il allait s’en sortir. Le lendemain, il recevait un chèque inattendu de 100 € que l’administration lui devait. Dieu est glorifié quand ses enfants lui font confiance !

Parfois, quand on est jeune et qu’on n’a pas beaucoup d’argent, on peut se dire : « Pourquoi donner à Dieu ? Quelle différence cela va-t-il faire ? Ce n’est pas en donnant 5 euros que ça va changer quelque chose ! » La veuve aurait pu raisonner de la même façon, et décidé de laisser les riches mettre de l’argent dans le tronc. Après tout, ses deux petites pièces n’ont probablement pas été remarquées dans le budget du temple. Personne n’a dit avec enthousiasme : « Nous avons reçu un don de 2 centimes, gloire à Dieu ! Merci Seigneur ! On va faire une journée d’actions de grâce ! ».

Pourtant, Jésus a dit qu’aucun des riches n’avaient mis autant dans le tronc que cette veuve. Cette veuve a impressionné Jésus et elle-seule a reçu les « félicitations » de Dieu. Aux yeux de Dieu, il n’y a pas de « petit don ». Dieu ne regarde pas à la quantité, mais à l’attitude de notre cœur lorsque nous donnons. Est-ce que nous donnons avec générosité, ou par obligation ? Est-ce que nous donnons avec joie, ou en marmonnant dans notre barbe ? Est-ce que nous donnons quelque chose qui nous coûte réellement, ou est-ce que nous donnons quelque chose qui ne vaut pas un clou ?

Je suis attristé lorsqu’un chrétien donne à Dieu quelque chose dont il veut se débarrasser. Je ne parle pas dans l’abstrait, je parle de choses vues. Je parle par exemple du don d’un vieux piano fait à mon église. L’instrument était tellement pourri que l’église l’a jeté – et j’ai dû aider à le balancer ! C’est un contre-témoignage de générosité. Souvenons-nous de la veuve qui a donné de son nécessaire. Elle a donné plus que ce que la loi lui demandait de donner. C’est en cela qu’elle a été généreuse.

« Que chacun donne comme il l'a résolu en son cœur, sans tristesse ni contrainte; car Dieu aime celui qui donne avec joie. » 2 Corinthiens 9.7

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire