Donne-nous les miettes

«Jésus, étant parti de là, s'en alla dans le territoire de Tyr et de Sidon. Il entra dans une maison, désirant que personne ne le sût; mais il ne put rester caché. Car une femme, dont la fille était possédée d'un esprit impur, entendit parler de lui, et vint se jeter à ses pieds. Cette femme était grecque, syro-phénicienne d'origine. Elle le pria de chasser le démon hors de sa fille. Jésus lui dit: Laisse d'abord les enfants se rassasier; car il n'est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens. Oui, Seigneur, lui répondit-elle, mais les petits chiens, sous la table, mangent les miettes des enfants. Alors il lui dit: A cause de cette parole, va, le démon est sorti de ta fille. Et, quand elle rentra dans sa maison, elle trouva l'enfant couchée sur le lit, le démon étant sorti. Jésus quitta le territoire de Tyr, et revint par Sidon vers la mer de Galilée, en traversant le pays de la Décapole.» Marc 7.24-29

« Il n'est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens. » Quelle phrase dure ! Imaginez que vous demandiez de l’aide à quelqu’un, et il vous répond « Je ne vais pas jeter les perles aux cochons. » Vous diriez alors : « Puisque c’est comme cela, je n’ai plus rien à faire ici, je me tire ! »… Mais cette femme avait une foi si solide qu’elle a répondu qu’elle mangerait les miettes sous la table. A première vue, on penserait que Jésus a été dur envers cette femme. Mais quand on regarde de plus près, on se demande s’il n’a pas tout simplement voulu donné une leçon de foi à ses disciples et à nous lecteurs.

Jésus va dans le territoire de Tyr et Sidon, dans l’actuel Liban, l’histoire dit qu’il ne voulait que personne ne le sache. Mais pourquoi va-t-il dans ce pays ? Il ne va pas y faire une mission, il ne prêche pas, il n’est pas en vacances, et il semble qu’il ne compte pas y rester longtemps. Il semblerait que la seule chose qui se passe soit cette rencontre avec cette femme. Est-il venu seulement pour répondre à la prière de cette femme ? C’est possible. Jésus avait rendez-vous avec une personne de foi. Cette femme avait sans doute entendu parlé de Jésus. Elle savait aussi qu’en tant que femme et en tant que personne non-juive, Jésus ne lui devait que du mépris. Mais elle est venu auprès de Jésus malgré tout.

Cette femme est venu vers Jésus avec humilité, sachant que Jésus n’était pas obligé de répondre à sa prière. Elle a demandé seulement les miettes, celles que les enfants d’Israël ont laissé tombé chaque fois qu’il n’ont pas voulu croire en Jésus. Et elle est repartie avec une bénédiction. J’aurais voulu voir la tête des disciples quand ils ont vu que cette femme avait été exaucée !… « Mais Jésus, tu ne peux pas faire cela. Cette femme n’est même pas juive ! Tu ne te rends pas compte, on va passer pour qui nous, si on commence à exaucer les gens comme elle ? »

Voyez-vous, la bénédiction ne dépend de qui on est, ou d’où on vient. La bénédiction vient d‘une attitude qui refuse de se laisser arrêter par les obstacles pour venir à Jésus, la bénédiction vient à la personne qui reconnaît qu’elle ne peut rien par elle-même, et qu’elle a besoin de la grâce de Dieu. Avons-nous cette même attitude quand nous venons à Jésus ?

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

👓  En cette période de crise : Change ton regard ! Regarde cette vidéo puis partage-la largement autour de toi ! #Changetonregard ❤️

0 commentaire