Face à la mort, elle craque

Face à la mort, elle craque
Ma fille n’attendait que le jour de ses 18 ans. Elle en parlait depuis 3 ans. Déjà en seconde elle clamait : « Je serai libre, je ferai ce que je veux, vous n’aurez plus rien à me dire… » et toutes sortes d’autres choses. Vous savez très bien ce que peuvent dire nos ados en recherche de liberté. Elle avait mis de côté la foi et le groupe de jeunes de notre église. Elle préférait rencontrer d’autres jeunes de la ville et faisait d’autres choix à notre grande déception.

C’est là que nous avons dû apprendre à aimer notre enfant d’un amour inconditionnel . Nous voulions dialoguer avec elle, nous nous battions pour garder le contact mais elle se refermait. Elle mentait et restait dans sa chambre de longues heures ou partait et nous ne savions pas toujours où.
Devait-on la garder enfermée dans notre maison ? Cela ne lui faisait pas peur car elle sautait du 1er étage et s’en allait. Que de peurs nous avons eues en réalisant cela.

L’année de ses 18 ans, au moment de passer son bac, elle désirait vivre indépendamment de nous. Un studio serait pas mal! Une recherche a été faite sur internet mais la réalité du prix du loyer est apparue. Il lui fallait trouver un travail à côté de ses études…

Voilà que la maladie frappe notre famille. En effet, il y a un an j’apprends que j’ai un cancer nécessitant un traitement lourd.

Le cœur de notre fille ne s’était pas attendri, aucune compassion de sa part. Lorsqu’elle me voyait faible, couchée sur le canapé, elle me fuyait, ne supportait pas de me voir ainsi. Elle ne faisait que de brèves apparitions.
Voilà qu’une aggravation dans ma santé apparaît : me voilà de toute urgence en réanimation où je restais 35 jours dans le coma. Mes jours étaient comptés, mon état très critique faisait dire aux médecins que j’allais quitter cette vie terrestre. Ils ont appelé mon mari et mes 2 filles à mon chevet.

C’est le moment où elle réalise que sa maman va partir. Son père lui fait comprendre que c’est encore peut-être le moment de régler les choses avec moi, car après cela sera trop tard. Elle reste seule un bon moment dans cette chambre de réanimation, des larmes coulent, elle me parle mais je ne l’entends pas ! Mais Dieu l’a entendue.

Durant cette semaine cruciale, elle a composé une CHANSON en Rapp.
A mon réveil, en mai dernier, la joie était telle qu’elle me l’a chanté, elle m’en a écrit les paroles… Les voici pour vous.

                                                                 Un ange m’est apparu

        Inconsciente, mais pourtant si présente,
            Dans ma vie, mon cœur et celui de mes amies,
                Ton absence était si longue
                    Et les nuits si profondes,
                        Je ne comprenais pas
                            Ce que Dieu voulait pour toi,
                                Tu ne le méritais pas
                                    Ta place était là
                                    Auprès de ta famille,
                                  Et tous ceux qui se battent pour toi.
                                Mais maintenant j’ai saisi,
                              Le comment du pourquoi ?
                          Durant cette absence difficile
                        Nos cœurs étaient brisés
                    Mais l’espoir ne nous a jamais quitté.
                Te voir à nouveau parler,
            Manger, boire et respirer                                                    
        Nos prières se sont exaucées                                              
      Et je remercie Dieu de t’avoir gardé.                                       
                                                                                                             
Je me demande bien
Qu'as-tu vu ?
Entendu ? si loin...
Je me sentais si bien
Quand je t'ai vu
Me prendre la main

 Papa était si fort,     
     Toi si près de la mort                                                                              
          Moi remplie de remords.
            Je n’ai jamais fait ce qu’il fallait,
                  Et cela depuis tant d’années.
                      La haine me hantait,
                          Et ta peine s’agrandissait.
                              J’étais incapable de le voir
                                      De comprendre ton désespoir.
                                          J’ai été dans un trou noir,
                                              Comme toi pendant un mois.
                                                  Mais Dieu m’a ouvert les yeux
                                                      Et un ange m’est apparu.
                                                        Cet ange, c’est toi maman
                                                              Toi que j’ai tant déçue
                                                        Tu m’aimes tellement
                                                  Je le savais pertinemment
                                            Mais j’étais perdue
                                        Dans un couloir sans issue.
                                      Il a fallu endurer le pire
                                Pour ensuite obtenir un merveilleux cadeau.
                              Une 2ème chance, me faisant oublier mon égo.
                        J’avoue quand j’y pense, c’est vraiment trop beau.
                  Après la tristesse et la rage,
            Je te retrouve remplie de courage.
        Ma peine s’est atténuée,
     Et je veux continuer,
Toujours à tes côtés.                                         Composée en avril 2007 par Cris
                                                   Chanté lors d’un culte de reconnaissance dans notre assemblée.



Je puis vous assurer que son attitude a totalement changé à mon égard. Elle n’arrête pas de me dire qu’elle m’aime. Elle me laisse des mots sympas sur la table de la cuisine lorsque nous nous croisons dans nos emplois du temps. Elle me fait souvent des bisous et nous avons déjà pu prier à nouveau ensemble. Une nouvelle relation s’est installée. Elle me sourit à nouveau.
Je peux dire que ma maladie a été une bénédiction dans ma famille. Cela a produit quelque chose de neuf chez ma jeune fille. Il y a eu un renversement total de la situation. Elle nous réclame beaucoup plus qu’avant, nous raconte ce qu’elle fait. Elle a besoin être d’écoutée et que son père et moi, nous prenions du temps avec elle. Cela tombe bien, j’ai le temps étant encore en convalescence. Quel bonheur aujourd’hui.

Combien je suis reconnaissante à notre Dieu pour ce changement radical de comportement !


                                                                                     en partenariat avec : www.famillejetaime.com

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

👓  En cette période de crise : Change ton regard ! Regarde cette vidéo puis partage-la largement autour de toi ! #Changetonregard ❤️

2 commentaires
  • yamdjow Il y a 9 années

    Merci SEIGNEUR pour cette transformation que toi seul a rendu possible par ton amour et ta puissance en créant les circonstances et le temps dans ta souveraineté pour le bonheur de tes bien-aimés. Gloire ,honneur et louange à toi PERE CELESTE.
  • franoise Il y a 11 années, 11 mois

    alleluia!! le seigneur sait ce que nous pouvons entendre et quand nous devons l'entendre. Il m'arrive souvent comme ce matin de pianoter sur le clavier de mon PC et de surfer a travers les pages des differentes rubriques du TopC. Et à chaque fois le seigneur ouvre un tiroir oublié au fond de mon âme et me révèle tantot une cicatrice non refermée sur laquelle il met son baume de bénédiction tantot une pierre d'achoppement qi'il me demande de rejeter au plus vite. Ce matin , alors que le temps est gris et pluvieux, c'est un rayon de soleil, son baume salvateur que le Seigneur répand sur moi par la richesse de sa bénédiction. Gloire à Dieu