Laissé derrière

Ensuite Jésus emmène ses disciples près du village de Béthanie. Il lève les mains pour les bénir. Pendant qu’il les bénit, il les quitte et monte auprès de Dieu. Luc 24.50-51

Qui n’a pas un jour demandé, désiré, espéré quelque chose, et en un instant, ce quelque chose semble disparaître pour toujours ? Prenez Joseph par exemple, un jour il fait des rêves fabuleux sur son avenir brillant, et le lendemain, il se retrouve au fond d’un puits vide, et son seul espoir à ce moment-là, c’est qu’il ne se mette pas à pleuvoir. Retrouvez-le dans la Genèse si vous ne le connaissez pas.

Pensez aussi à Gérard Jugnot dans les Choristes. Cet instituteur se découvre un faible pour une jeune mère célibataire de l’un de ses élèves. Il se met sur son 31 pour la voir, mais un jour, elle lui annonce qu’elle a trouvé l’homme de sa vie, et ce n’est pas lui ! Un désir qui s’effondre, un rêve qui disparaît ! Le cœur de cet homme est brisé, et pourtant, il continue le film jusqu’au bout…

Je me souviens des pleurs de quelques-uns lorsque l’équipe de France est revenue bredouille de Corée, ou encore lorsque Jospin s’est fait éliminer au premier tour ! J’étais moi-même ému lorsque Monica et Chandler ont rendu les clés de leur appartement à New-York, ce qui mettait définitivement fin à la série TV ! Des gens quittent la scène, disparaissent dans le décor, et ce sont beaucoup de rêves qui meurent à ce moment-là.

Voir partir des personnes sur lesquelles on comptait n’a jamais été une chose facile. On peut se sentir alors trahi. Ces gens qui nous faisaient garder l’espoir, qui entretenaient nos rêves… tous ces gens, malheureusement, vont nous décevoir un jour ou l’autre, s’ils ne l’ont pas déjà fait. Et le jour où cela arrive, on a le choix de se laisser aller au désespoir ou de reconstruire sur des fondements plus solides.

On se souvient en cette période d’ascension, que Jésus aussi est parti en nous « laissant derrière ». Mais à la différence des gens qui nous ont laissés tomber, Jésus n’est pas sans nous laisser une espérance. Aussi étonnant que cela puisse paraître, le départ de Jésus auprès de Son Père faisait partie de Son plan pour nous rendre semblable à Lui. Jésus dit ceci :

Cependant je vous dis la vérité: il vous est avantageux que je m’en aille, car si je ne m’en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous; mais, si je m’en vais, je vous l’enverrai. Jean 16.7

Le consolateur que Jésus nous a envoyé, c’est le Saint-Esprit, avec l’aide de qui nous sommes transformés pour devenir à l’image de Jésus-Christ. A ceux qui auraient voulu vivre au temps de Jésus, je voudrais les avertir que tout d’abord, il n’y avait pas de Playstation ni de téléphones portables à cette époque, et ensuite, la présence de Jésus n’était accessible qu’en la personne visible de Jésus. Tandis qu’aujourd’hui, nous avons non seulement des gadgets fabuleux en tous genres, mais la présence de Jésus est accessible en tout lieu et en tout instant grâce au Saint-Esprit.

Oui, Jésus est assis dans les cieux, mais il est aussi avec nous tous les jours, jusqu’à la fin du monde (Matthieu 28.20).



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire