Le Consolateur promis

Le Consolateur promis Le Consolateur promis

Jésus n’a plus que quelques heures à passer avec ses disciples et il a encore tant de choses à leur dire ; le temps presse.

Il doit les dire maintenant afin qu’après sa mort ils ne se désespèrent pas de la perte de celui qu’ils identifient comme le sauveur d’Israël.

L’enjeu est d’autant plus important qu’ils n’ont toujours pas compris qu’il faut que le sacrifice de la croix ait lieu et que Jésus aille vers son Père pour que la grâce et le salut se manifestent pour des millions de femmes et d’hommes qui croiront en lui.

Il faut qu’il leur dise maintenant afin qu’ils n’abandonnent pas la course et ne se dispersent reniant celui en qui ils avaient mis tant d’espoir.

Pour cela Jésus annonce qu’il ne les laisse pas « orphelin » ; il va leur envoyer ce qu’il nomme : un « Consolateur », un ami qui les accompagnera comme si lui-même était encore avec eux.

Il fera comme lui, Jésus, et plus encore, jusqu’à ce qu’il revienne les chercher.

Ce Consolateur, l’Esprit Saint, c’est l’Esprit du Père, c’est l’Esprit de Jésus, celui par lequel il a fait tant de prodiges et de guérisons. Il le leur donne afin qu’eux aussi accomplissent des miracles comme lui-même a faits et même, « des choses encore plus grandes. »

A cinq reprises il annonce la venue de l’Esprit Saint, Esprit de feu prophétisé par Jean-Baptiste.

Le « Consolateur », c’est celui qui accompagne. Non seulement il est aux côtés des disciples de Jésus, mais il demeure en eux. Il fait d’eux l’habitation de Dieu, le temple de Dieu.

Jésus continue en disant : « C’est lui qui vous enseignera à ma place et vous révélera la vérité. Il vous rappellera tout ce que je vous ai dit afin que vous le racontiez et que par votre parole, le monde croit en moi. » (Jean 14.26)

C’est lui qui réveillera la conscience de ceux que j’appelle au salut et qui les convaincra de leur état de pécheur méritant la mort.

Il annoncera les choses à venir et elles arriveront.

Enfin, leur-dit-il, « il vous revêtira de puissance pour que vous accomplissiez des œuvres que j’ai préparées d’avance pour votre joie et la gloire de mon Père. Attendez-le ! »

Mais parfois, l’attente peut être longue.

Toute sa vie le disciple attend. Il attend les dons de l’Esprit, il attend l’exaucement des prières, il attend le retour de Jésus. Il doit être patient comme Dieu est patient avec nous.

La patience, la persévérance et la fidélité sont les caractéristiques du disciple de Jésus. Si celui qui se dit disciple du Christ n’est pas capable d’attendre en persévérant dans la foi, l’amour et le témoignage, alors il n’est qu’une cymbale bruyante.

Et comme Marie de Magdala ne s’est pas découragée après la mort de Jésus, nous aussi nous ne nous décourageons pas en attendant sa venue.

Tenons bons, le consolateur est en nous. Persévérons et refusons au nom de Jésus le découragement, la fatigue, l’usure et continuons le combat car ce n’est pas encore le moment de déposer les armes, au contraire, il est plus urgent que jamais que nous les tenions fermement

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire