Le découragement dans l'épreuve

Le découragement dans l'épreuve

Cher Pasteur,

Qui peut se vanter de n'avoir, au cours de son ministère, jamais connu un moment de découragement ? Devant celui-là, je retire mon chapeau !

Voici ce que l'Écriture nous dit au sujet du grand prophète Élie : "Élie était un homme de la même nature que nous" (Ja. 5.17). Et s'il a accompli, par la puissance de Dieu, de grandes choses, il connut, lui aussi, le découragement :

"… il alla dans le désert où, après une journée de marche, il s'assit sous un genêt, et demanda la mort, en disant : C'est assez ! Maintenant, Éternel, prends mon âme, car je ne suis pas meilleur que mes pères." (1 Rois 19.4)

Nos découragements proviennent de notre incapacité à gérer une situation éprouvante. Les causes réelles peuvent être nombreuses, et il est inutile de les évoquer ici. Mais il n'est peut-être pas vain de se rappeler le but de l'épreuve dans nos vies.

L'Écriture affirme que l'épreuve est normale, et nous invite à considérer les bienfaits qu'elle peut nous apporter :

"Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l'épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien." (Ja. 1.2-4)

"Bien-aimés, ne soyez pas surpris, comme d'une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous pour vous éprouver. Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l'allégresse lorsque sa gloire apparaîtra." (1 Pi. 4.12-13)

Bien loin de regarder les épreuves comme un motif d'accablement et de découragement, aussi bien Jacques que Pierre nous invitent à nous en réjouir. Non, ce n'est pas du masochisme, mais une vision à long terme. Dans 1 Co. 9.24-25, Paul fait allusion au sportif qui accepte de souffrir en vue d'une couronne dans le stade.

Comment les constructeurs d'hélicoptères osent-il suspendre tout l'engin avec sa lourde charge à un simple axe d'acier dont le diamètre, si vous le voyiez, vous laisserait rêveur ? Tout simplement parce que cet acier a subi de nombreux tests et contrôles. C'est un métal éprouvé !

Comment connaître la qualité de notre foi ? Par l'épreuve. L'apôtre Pierre, parlant de notre héritage céleste dit :

"C'est là ce qui fait votre joie, quoique maintenant, puisqu'il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps par diverses épreuves, afin que l'épreuve de votre foi, plus précieuse que l'or périssable (qui cependant est éprouvé par le feu), ait pour résultat la louange, la gloire et l'honneur, lorsque Jésus-Christ apparaîtra, lui que vous aimez sans l'avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore, vous réjouissant d'une joie ineffable et glorieuse, parce que vous obtiendrez le salut de vos âmes pour prix de votre foi." (1 Pi. 1.6-9)

Alors, allons-nous continuer à nous décourager ? Faut-il encore rappeler que "toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu" (Rom. 8.28) ? Regardons à Jésus, la seule vraie source de notre joie !

1 commentaire