Le défi d'Elie

Vous avez sans doute vu des Westerns. Ce genre de film est un peu passé de mode. Mais vous vous souvenez probablement de la fameuse scène du duel (entre le méchant et le gentil). L’un des cow-boys dit quelque chose comme : « J’aime pas ta tête, t’es trop moche, je t’attend dehors avec ton revolver et tes santiags. » Et les deux hommes se retrouvent devant le saloon pour un affrontement en bonne et due forme. Ils sont face à face, les mains prêtes à saisir les revolvers, et c’est à celui qui dégainera le plus rapidement. Voyez-vous, on trouve dans la Bible une histoire qui ressemble un peu au duel entre cow-boys. Sauf que ce ne sont pas des cow-boys, mais des prophètes. Elie, le prophète de l’Eternel, lance ce challenge au roi Achab :

« Fais maintenant rassembler tout Israël auprès de moi, à la montagne du Carmel, et aussi les quatre cent cinquante prophètes de Baal et les quatre cents prophètes d'Astarté qui mangent à la table de Jézabel. » 1 Rois 18.19

Le but de cette confrontation était de montrer au peuple qui étaient les faux prophètes. Chacun devait invoquer son dieu, et le dieu qui répondrait serait le vrai Dieu. Cette histoire s’est vite transformée en sévère correction pour les faux prophètes.

« Ils prirent le taureau qu'on leur donna, et le préparèrent; et ils invoquèrent le nom de Baal, depuis le matin jusqu'à midi, en disant: Baal réponds nous! Mais il n'y eut ni voix ni réponse. Et ils sautaient devant l'autel qu'ils avaient fait. A midi, Élie se moqua d'eux, et dit: Criez à haute voix, puisqu'il est dieu; il pense à quelque chose, ou il est occupé, ou il est en voyage; peut-être qu'il dort, et il se réveillera.(…) Au moment de la présentation de l'offrande, Élie, le prophète, s'avança et dit: Éternel, Dieu d'Abraham, d'Isaac et d'Israël! que l'on sache aujourd'hui que tu es Dieu en Israël, que je suis ton serviteur, et que j'ai fait toutes ces choses par ta parole! Réponds-moi, Éternel, réponds-moi, afin que ce peuple reconnaisse que c'est toi, Éternel, qui es Dieu, et que c'est toi qui ramènes leur cœur! Et le feu de l'Éternel tomba, et il consuma l'holocauste. » 1 Rois 18.26-38

Elie se trouve en face de 950 fanatiques et il se permet de lancer des vannes : Criez plus fort, Baal est peut-être parti en voyage, il est parti en vacances… Je ne sais pas si les faux prophètes avaient le sens de l’humour. Mais en face de 950 énergumènes qui se tailladaient les veines pour faire plaisir à leur dieu, je n’aurais pas fait le malin ! Ces gens étaient des malades mentaux ! Des psychopathes ! Vous n'auriez pas voulu les voir en cauchemar. Il n’y avait que Dieu pour donner à Elie un tel courage face au roi et ses faux prophètes.

Ce que j’admire chez Elie, c’est son audace pour remettre en question les choses établies : le pays d’Israël avait abandonné Dieu pour des idoles. Elie aurait pu dire : « Il n’y a rien à faire, ils ont fait leur choix… tant pis pour eux. » Il aurait pu vivre en paix avec sa maigre retraite de prophète. Mais au lieu de baisser les bras, Elie lance un défi : on se retrouve sur le mont Carmel et que le meilleur gagne ! Elie savait que si les choses tournaient mal, il allait y perdre la vie. Mais Elie ne pouvait pas vivre avec le statu quo.

Est-ce que nous sommes prêts à lancer des défis lorsque le mensonge s’est mis sur un trône, comme c’était le cas en Israël ? Est-ce que nous sommes prêts à renverser le statu quo en invoquant Dieu ? C’est un risque ! On ne va peut-être pas y perdre la tête, mais on peut craindre le mécontentement et les foudres de ceux qui vivent et profitent du mensonge, comme ces faux prophètes. Il y a des faux prophètes tout autour de nous qui prônent des valeurs qui sont totalement contraires à la parole de Dieu et qui justifient cela en disant qu’il faut être ‘ouvert’ ou ‘tolérant’. Si certains choisissent les compromis, je préfère regarder à l’exemple d’Elie et lancer un défi et une prière : « Que l'on sache aujourd'hui que tu es Dieu ! »

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire