Le juste vivra par la foi

« Au jour du malheur, le méchant est épargné. Au jour de la colère, il échappe. » Job 21.30

J’ai toujours été interpellé par Job. Si vous connaissez son livre, vous savez que Job était un homme juste et qui craignait Dieu. Mais Job a tout perdu en quelques jours : il a perdu sa santé, ses enfants, ses biens, et pour seule consolation, il lui restait une femme qui l’aurait aidé à en finir avec la vie. Ce pauvre Job avait toutes les raisons de crier à l’injustice !

Parfois, je réfléchis à ce que je considère injuste. Comme le dit ce verset plus haut, il y a des méchants qui prospèrent :

- Des gens qui ont passé des examens et qui ont réussi en trichant. Aujourd’hui, ils profitent encore de ce succès. Ils continueront à tricher au travail, avec leur conjoint…

- Des gens qui exploitent le malheur des autres en toute légalité. Ils ne sont pas inquiétés, ils sont même parfois bien vus dans la société.

- Des criminels qui s’en sortiront… On peut donner beaucoup d’autres exemples.

Il y a aussi des innocents, qui eux, n’échappent pas au malheur. Victimes de mauvais traitements, ou d’évènements tragiques, ils ne sont pas épargnés ! Ce tableau marqué d’injustice, c’est malheureusement la réalité de la vie.

L’auteur de la lettre aux Hébreux fait dans le chapitre 11 une liste des héros de la foi : Des hommes et des femmes dont on se souviendra du témoignage, des personnes qui ont plu à Dieu. Mais, loin d’avoir eu des vies faciles, ces héros « furent lapidés, sciés, torturés, ils moururent tués par l’épée, ils allèrent çà et là vêtus de peaux de brebis et de peaux de chèvres, dénués de tout, persécutés, maltraités… » Hébreux 11.37. Précisons qu’ils n’ont pas TOUS été lapidés, sciés, torturés… Ils se sont répartis les malheurs entre eux.

Ce qui est étonnant, c’est que juste après avoir décrit toutes les misères que ces héros ont subies, l’auteur continue en encourageant ses lecteurs à courir avec persévérance et à rejeter tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement (Hébreux 12.1).

« Oh là ! », diront quelques-uns, « Je n’ai peut-être pas envie de terminer comme ces héros de la foi ! Je vais peut-être justement ménager ma monture pour aller le plus loin possible en évitant l’épée, la scie et le reste ! »

Dieu n’a pas voulu l’épée, la scie et les autres instruments sordides pour ces enfants. Mais jusqu’au retour de son Fils, nous sommes tous coincés dans un monde injuste. Et le prince de ce monde injuste en veut particulièrement aux enfants de Dieu.

Mais que fait Dieu face à toute cette injustice ? Dieu n’a pas encore sonné l’heure de son retour. En attendant ce moment, Il a décidé de subir Lui-aussi cette injuste, en la personne de Jésus. Dieu laisse au méchant le temps de se détourner du mal, et au juste de devenir encore plus juste, malgré l’injustice qu’il connaît.

Il y a de la souffrance et de l’injustice dans le lot quotidien du juste. Mais Dieu donne aussi des promesses au juste :

« Le juste vivra par la foi. » Habbakuk 2.4

« Les adolescents se fatiguent et se lassent, Et les jeunes hommes chancellent. Mais ceux qui se confient en l’Eternel renouvellent leur force. Ils prennent le vol comme les aigles. Ils courent, et ne se lassent point, ils marchent, et ne se fatiguent point. » Esaïe 40.30-31

Reste juste, quelque soit la souffrance ou l’injustice que tu subies. Souviens-toi de Job, celui qui avait tout perdu. Job a reconnu la grandeur de Dieu malgré son malheur, et Dieu lui a rendu deux fois ce qu’il avait avant de tout perdre (Job 42).



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire