Le pardon

« Alors Pierre s’approcha de lui, et dit : Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi ? Sera-ce jusqu’à sept fois ? Jésus lui dit : Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à septante fois sept fois. » Matthieu 18.21-22

Je n’avais jamais réalisé jusqu’à aujourd’hui que d’après la traduction de la Bible par Louis Segond (je ne parle pas des traductions Louis Segond revisées), Jésus parlait belge. Il nous demande de pardonner notre frère « septante fois sept fois », ce qui fait, si mes maths ne me trompent pas, 490 fois.

Evidemment, il ne s’agit pas, lorsque votre petite sœur vous énerve, de compter les 490 mauvais coups qu’elle vous fait, et de lui mettre votre poing dans la figure au 491ième . Ce n’est pas dans ce sens-là que Jésus donne ce nombre, certes assez élevé, mais que l’on arrive à atteindre avec des gens vraiment pénibles (pas vous bien sûr, mais d’autres personnes très difficiles à supporter, qui ne font pas partie des lecteurs).

Le chiffre sept représente la perfection. Pierre demande : ‘Est-ce que je pardonne parfaitement si je pardonne sept fois, et à la huitième fois, je mets un uppercut dans la figure de celui qui m’a fait du mal ?’. Jésus lui répond que le pardon parfait ne s’arrête pas à moment donné, quand on commence a en avoir marre. Le vrai pardon n’a pas de limite. Vous imaginez un peu si Jésus nous disait un jour : ‘Bon, je t’ai pardonné 7 fois ; maintenant, j’en ai marre. Tu peux rentrer chez toi, je ne veux plus te voir à l’église.’ Quel genre de pardon serait-ce ? Qui aurait une chance d’être vraiment pardonné ? Bien sûr, il y en a quelques-uns qui voudraient bien être interdits d’église, surtout si le pasteur prêche plus d’une heure à chaque fois.

Jésus nous demande de pardonner. Ce n’est pas une option de la vie chrétienne, ou un bon conseil, c’est un commandement. Jésus va même plus loin. Il nous enseigne que pardonner aux autres détermine si Dieu nous pardonnera de nos propres fautes : « En effet, si vous pardonnez leurs fautes aux autres, votre Père qui est dans les cieux vous pardonnera aussi. » Matthieu 6.14.

Drazick : « Oui, Seigneur, c’est vrai que tu nous demandes de pardonner à ceux qui nous font du mal, mais si tu connaissais ma prof de français, tu comprendrais que c’est plus facile à dire qu’à faire ! »

Oui, c’est dur de pardonner ! Parfois, cela semble impossible. Comment pardonner à quelqu’un qui a détruit la vie de personnes chères ? Comment pardonner à quelqu’un qui nous a humilié ? Rassurez-vous, Dieu ne s’attend pas à ce que nous pardonnions à ceux qui nous font du mal avec notre propre force de caractère ! Nous ne sommes pas capables de pardonner par nous-mêmes. C’est seulement avec l’aide de Dieu et avec le Saint-Esprit en nous que nous pouvons pardonner. La question que Dieu nous pose est alors celle-ci : ‘Veux-tu que je t’aide à pardonner ?’

Si tu as été blessé et que le sentiment d’injustice est resté dans ton cœur jusqu’à aujourd’hui, Dieu te demande : ‘Veux-tu que je t’aide à pardonner ?’



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire