L'Église, pour quoi faire ?

L'Église, pour quoi faire ?

Question d'un Internaute :

"À quoi ça sert d'aller à l'Église ?"

Tout d'abord, débarrassons-nous de l'idée que l'Église est un bâtiment. Si cela est vrai dans la langue française, la Bible ne mentionne jamais ce mot dans cette acception.

Église vient du grec ekklesia, dérivé de ek kaleô, signifiant appeler hors de. Ce sens est important, car il montre que l'Église est constituée de tous ceux qui ont accepté Jésus comme leur Sauveur personnel, et de ce fait sont sortis du monde, bien que vivant encore dans le monde :

"Je leur ai donné ta parole ; et le monde les a haïs, parce qu'ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du mal. Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde." (Jean 17.14-16)

Cette Église appartient à Christ :

"Paul envoya chercher à Éphèse les anciens de l'Église. Lorsqu'ils furent arrivés vers lui, il leur dit : […] Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour paître l'Église du Seigneur, qu'il s'est acquise par son propre sang." (Act 20.17, 28)

Elle est bien plus qu'une simple association de croyants (Même si, à cause des lois, les Églises locales sont déclarées en préfecture comme associations cultuelles), mais elle est le Corps de Christ sur la terre :

"Christ est le chef de l'Église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur." (Eph 5.23 ; voir Col 1.18,1.24)

Ceux qui sont sauvés sont ajoutés à l'Église par le Seigneur lui-même :

"Et le Seigneur ajoutait chaque jour à l'Église ceux qui étaient sauvés." (Act 2.47)

C'est à l'Église que Dieu a donné les différents ministères :

"Et Dieu a établi dans l'Église premièrement des apôtres, secondement des prophètes, troisièmement des docteurs, ensuite ceux qui ont le don des miracles, puis ceux qui ont les dons de guérir, de secourir, de gouverner, de parler diverses langues." (1Co 12.28)

"Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l'œuvre du ministère et de l'édification du corps de Christ…" (Eph 4.11-12)

Il nous est dit des premiers chrétiens qu'ils persévéraient dans quatre choses :

"Ils persévéraient dans l'enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières." (Act 2.42)

Et c'est encore aujourd'hui ce qu'on trouve au sein de l'Église locale :

1. L'enseignement de la parole de Dieu : Élément indispensable à notre croissance spirituelle.

2. La communion fraternelle : Malgré toutes nos faiblesses humaines, nous pouvons dire que s'il existe un lieu sur terre où on puisse encore trouver sincérité, amour, soutien et aide, c'est bien au milieu de frères et sœurs en Christ.

3. Le repas symbolique de la Sainte-Cène : Symbole puissant de la mort substitutive et expiatoire de notre Sauveur.

4. Le secours merveilleux de la prière : On ne compte plus les victoires remportées par une Église en prière. Quelle force dans l'adversité qui, soudain, sans prévenir, peut venir frapper à notre porte !

J'ai pourtant connu des chrétiens qui se privent volontairement de tous ces bienfait que Dieu veut leur accorder au travers du ministère de l'Église, alors que d'autres, isolés à cause de l'âge, de la distance, ou des deux, aimeraient tellement en bénéficier !

Et pourquoi s'en privent-ils ? Simplement parce que quelque chose leur a déplu : Le pasteur est comme ceci, les chrétiens comme cela ; on ne leur a pas dit bonjour, ou on les a regardés d'un drôle d'air. Et si je devais vous énumérer toutes les fallacieuses raisons qu'ils invoquent, je n'en finirais plus !

Mais, pardonnez-moi, ce n'est certes pas votre cas. Vous vouliez seulement savoir :

L'Église, pour quoi faire ?



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire