Les vaillants hommes de David

Les vaillants hommes de David

Dieu aime rappeler la valeur de ces vaillants hommes, ceux qui ont accompagné son oint jusqu'à son règne final. Ils ont suivi leur maître David même lorsqu'il était rejeté du peuple.

Dieu mentionne trente-sept hommes en 2 Samuel 23.

Ces hommes seront associés à leur chef dans son règne. Ils ne cherchaient pas leur propre intérêt en servant David et leur fidélité venait de leur communion avec leur maître.

Les trois premiers hommes ont fait preuve d'une énergie constante pour délivrer le peuple de Dieu sans compter sur leurs propres forces dans la lutte. Ils tiraient leur courage et leur patience dans la proximité de David. Ils combattaient les Philistins, l'ennemi qui était continuellement à l'intérieur des limites du pays, ainsi que les Égyptiens et les Moabites qui venaient de l'extérieur du pays.

Le premier de ces trois hommes forts était Josheb-Bashébeth qui brandit sa lance contre huit cents hommes et se lança sans répit dans la bataille jusqu'à ce qu'il ne reste aucun ennemi debout.

Le deuxième était Éléazar. Il combattit seul en présence des hommes d'Israël. Il n'attendit pas l'aide de ceux-ci car il ne comptait pas sur le nombre pour remporter la victoire. Il frappa les Philistins jusqu'à ce que sa main fut lasse. Eh oui ! les hommes restent limités, mais la persévérance d'Éléazar est telle que sa main resta attachée à son épée et que l'Éternel opéra par son serviteur une grande délivrance ce jour-là. Nos armes actuelles ne sont pas charnelles mais spirituelles. Nous avons l'épée de l'Esprit qui est la Parole de Dieu.

Le troisième c'est Shamma. Il tint au milieu du champ contre les Philistins et sauva par sa victoire la nourriture du peuple de Dieu.

Viennent ensuite trois hommes qui ne sont pas nommément mentionnés mais qui faisaient partie des trente hommes dont les noms sont écrits en fin de chapitre. Ce qui est mis en évidence chez eux n'est pas tant leur énergie que leur dévouement, leur soumission à David et leur foi en l'Éternel qui donne la victoire à ceux qui suivent son oint. La piété est un exercice de l'ombre. Ces trois visiteurs de David dans la caverne d'Adullam s'étaient immédiatement attachés à leur maître. Leur attachement a été mis à l'épreuve plus que leur énergie. Le danger ne les a pas empêchés d'aller puiser de l'eau au puits de Bethléhem quand leur maître avait soif. Ils étaient prêts à risquer leur vie pour donner quelque satisfaction à leur maître.

Du verset 18 au verset 23, nous trouvons un nouveau groupe de trois hommes qui ne font pas partie des trente hommes. Or, nous ne lisons que deux noms parmi ces trois : Abishaï et Benaïa. L'Éternel se tait sur le troisième de ces hommes forts.

Abishaï, frère de Joab, était chef des trois, et comme Josheb-Bashébeth, il leva sa lance contre un grand nombre d'ennemis qu'il tua. Toutefois, bien qu'il fut chef, il semble qu'il n'eut pas la même persévérance dans la foi. L'Écriture nous rappelle seulement son énergie tout en nous déclarant qu'il n'atteignit pas en grandeur les trois premiers vaillants hommes.

Suit Benaïa, fils de Jehoïada. Il monta au combat contre les ennemis de Moab et d'Égypte. Il vainquit deux champions moabites. Comme David, il tua un lion de ses mains. Il frappa un Égyptien avec l'arme de son ennemi, comme David trancha la tête de Goliath. Benaïa suivit fidèlement les traces de son maître, et son attachement à David le poussa à l'imiter. David le récompensa et le fit entrer dans son conseil secret, une position de confiance, d'intimité et de communion. Benaïa partagea les secrets de son maître. Il fut informé de ses plans, lui qui eut une place dans les audiences privées de David. Si nous aimons le Seigneur Jésus et que nous le suivons avec obéissance pour le servir, nous jouirons d'une proximité avec le Seigneur comme Jean, le disciple que Jésus aimait et qui reposait sur son sein.

Enfin, nous arrivons au groupe des trente hommes, qui étaient en fait trente-deux car deux d'entre eux étaient morts (Asaël et Urie). Le maître les connaît par leur nom, personnellement et n'en oublie aucun, car ils ont marché avec lui dans le chemin. Et le dernier de la liste de ses fidèles à David est Urie le Héthien, à qui Dieu rend honneur de ce qu'il a été fidèle en tous points à son roi.

Ceci nous rappelle que David n'était qu'un type du Seigneur Jésus, et que la grâce et la miséricorde de Dieu lui étaient autant nécessaires qu'à nous. Mais à nous qui aimons le Seigneur Jésus et qui marchons à sa suite dans le chemin où il passa, rejeté des hommes, soyons assurés qu'il ne fait jamais défaut ! Sa fidélité est parfaite et son secours est de tous les instants dans les combats que nous avons à mener pour lui avec les armes qu'il nous fournit, et non celles de la chair.

Fortifions-nous dans la grâce qui est dans la grâce qui est dans le Christ Jésus. Prenons notre part des souffrances comme des bons soldats de Jésus Christ car, si nous souffrons avec lui, nous régnerons aussi avec lui (2 Timothée 2:12).

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

3 commentaires