Mais que faut-il donc pour être heureux dans le ministère ?

Mais que faut-il donc pour être heureux dans le ministère ?

Psychology Today : "Pourtant, le bonheur n’est pas basé sur les circonstances, mais sur les choix que vous faites. Le bonheur est un choix. Vous choisissez d’être heureux, souvent, malgré les circonstances. En ce moment même, en dépit de ce que vous avez à affronter dans votre ministère, vous êtes aussi heureux que vous avez choisi d’être."

La vie est difficile

Bien sûr, les plus grandes instructions pour être heureux sont les douze versets du Sermon sur la montagne. Jésus commença son plus célèbre message avec "Huit moyens d’être heureux." Il est soucieux de votre bonheur, pas seulement de votre sainteté.

De toutes les huit étapes vers le bonheur de Jésus, je pense que la première est la plus importante. Matthieu 5.3 dit : "Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux"! Que veut-il dire par "pauvre en esprit"? Il ne parle pas d’une faible estime de soi ou du fait de se rabaisser à chaque instant. Jésus n’est pas mort pour des déchets. La croix montre votre valeur pour Dieu. Jésus parlait d’humilité, la vraie humilité.

Qu’est-ce que "pauvre en esprit" veut dire? Simplement être totalement dépendant de Dieu. C’est ça la vraie humilité : admettre que je n’ai pas toutes les qualités, que je ne suis pas arrivé, que je n’ai pas tout appris, que je suis loin de la perfection, que je ne suis pas Dieu !

La Bible Living Bible dit : "Heureux sont les humbles". Le bonheur et l’humilité vont ensemble. Ils sont jumeaux, âmes sœurs. Si vous voulez un bonheur qui dure -dans la vie et dans le ministère- alors vous devez apprendre la vraie humilité.

Comment l’humilité peut-elle augmenter mon bonheur ?

1. L’humilité réduit le stress

Quand je suis humble, je ne suis pas obligé d’avoir toutes les réponses. Je réalise que le monde, ou même l’église dont je m’occupe, ne dépendent pas de moi pour leur existence. L’humilité me permet de démissionner de ma position de directeur de l’univers. Je laisse Dieu être Dieu.

Quand je choisis de m’humilier, je suis capable de vivre avec la tension entre le réel et l’idéal. Mon idéal par rapport au mariage, aux enfants et au ministère en opposition à la manière dont les choses sont réellement maintenant. Vous aurez toujours cette tension. L’humilité est d’accepter la vie avec gratitude même si tout n’est pas parfait.

Savez-vous que les mots humain, humanité, humeur et humilité viennent tous de la même racine ? L’humilité c’est, essentiellement, être en contact avec votre humanité. C’est avoir une vue réaliste de vos forces et faiblesses. La Bible appelle cela : "Ne pas voir une trop haute opinion de soi-même" (Romains 12.3).

L’humilité c’est aussi ne pas se prendre trop au sérieux. Les gens humbles peuvent rire d’eux-mêmes. Les gens orgueilleux sont souvent des gens sans humour. Ils sont souvent trop impressionnés par eux-mêmes ou trop anxieux pour se laisser aller à rire d’eux-mêmes.

J’ai remarqué que les pasteurs étaient particulièrement susceptibles d’exagérer leur propre importance. Nous nous prenons beaucoup trop au sérieux et nous ne prenons pas Dieu assez au sérieux. Cela est la source de tellement de stress dans le ministère. Vous dépensez tellement d’énergie émotionnelle à essayer d’impressionner les autres avec votre importance, votre spiritualité et vos connaissances que vous vous sentez constamment épuisé. En revanche, quand vous marchez en dépendant humblement du Seigneur, votre stress diminue et votre bonheur augmente.

2. L’humilité améliore les relations.

Personne n’apprécie la compagnie des arrogants. Les égoïstes, les égocentriques sont une plaie. Ils démolissent les relations et détruisent la communion. Parce que les égocentriques ne sont pas heureux, ils rendent les autres malheureux.

En revanche, nous aimons tous la compagnie d’individus sincèrement humbles. Quand vous êtes humbles, vous vous entendez mieux avec les autres. L’humilité ne veut pas dire que vous vous sous-estimez, seulement que vous pensez plus aux autres ! Et quand vous commencez à vous intéresser aux autres, vous devenez intéressant pour eux !

Quand vous êtes pauvres en esprit, cela réduit le stress et améliore vos relations parce que vous êtes plus susceptible de demander pardon quand vous avez tort. Vous n’êtes pas obligé d’avoir toujours raison. Cela devient plus facile pour vous de dire les deux mots les plus difficiles : "Pardonne-moi" ou les trois mots les plus difficiles : "J’avais tort" ou les quatre mots les plus difficiles : "J’ai besoin de toi".

Saint François d’Assise avait une manière inhabituelle d’entretenir son humilité. Dans ses mémoires, il raconte que chaque fois que quelqu’un le louait, et afin de rester humble, il avait un collègue moine assis près de lui pour lui rappeler toutes ses fautes. Bien sûr, la raison pour laquelle il avait fait appel à un autre moine, est qu’il ne s’était jamais marié !

A vrai dire, ce n’est pas le travail de votre femme que de vous garder humble, c’est le vôtre ! L’humilité est un choix. Ruth Graham parlait de Billy Graham : "Mon rôle est d’aimer Bill. Le rôle de Dieu est de le garder humble". Mais Dieu intervient pour nous humilier seulement quand nous avons échoué à nous humilier nous-mêmes. Les Ecritures nous disent à maintes reprises : "Humiliez-vous". Encore, l’humilité est un choix de penser aux autres plutôt qu’à vous-même.

J’ai découvert qu’en marchant humblement devant le Seigneur, en étant simplement ce que Dieu voulait que je sois et en dépendant de lui, j’étais pratiquement immunisé contre les insultes. Elles ne me dérangent pas mais me passent au-dessus de la tête parce que mon intérêt est de plaire au Seigneur et non d’obtenir l’approbation des autres. Dès que je deviens extra sensible à la critique, c’est un signe que j’ai arrêté de marcher avec humilité.

3. L’humilité déclenche la puissance de Dieu.

L’humilité déclenche la puissance de Dieu dans votre vie. Jacques 4.6 dit : "Dieu accorde, au contraire, une grâce excellente. C’est pourquoi l’Ecriture dit : Dieu résiste aux orgueilleux mais il fait grâce aux humbles". Aimeriez-vous avoir une vie et un ministère débordants de la grâce de Dieu ? Le secret de la puissance spirituelle est de marcher humblement avec le Seigneur,  en nous concentrant sur les autres et en dépendant de Dieu.

Pour mon dernier anniversaire, Kay m’a préparé le petit déjeuner. Les enfants avaient des cartes et des cadeaux pour moi. Alors que je commençais à lire les cartes, mes yeux se remplirent de larmes et je commençai à pleurer sans pouvoir me maîtriser. Mes enfants se demandaient ce qui arrivait à leur père.

Assis devant mon déjeuner, deux pensées me vinrent à l’esprit : tout d’abord je sentis ma vie déborder de la grâce de Dieu. Je pensais à toutes les bonnes choses que je n’ai pas méritées. Dieu m’a permis de naître en Amérique, d’avoir une famille chrétienne, et d’avoir le privilège de le servir comme pasteur dans une église locale. La bonté de Dieu dans ma vie me submergeait.

Mais, l’autre émotion que je ressentais était le profond sens des responsabilités que j’ai en tant que pasteur, sachant que ce peuple a besoin de conducteurs sages et s’attend à entendre la parole de Dieu chaque semaine. Je ressentis ma médiocrité et de la crainte. Quelques-uns pensent peut-être que c’est une mauvaise approche du ministère, mais je pense que c’est la clé de la puissance. Dieu prend le dessus quand j’admets mon incompétence. Voilà ce que veut dire être "pauvre en esprit".

Assis devant mon déjeuner, je fis une courte prière que j’avais faite littéralement des milliers de fois. Je dis : "Père, je veux me rappeler que je ne suis qu’un serviteur. Saddleback est Ton église. Elle T’appartient. Bien que Tu m’ais utilisé pour donner naissance à cette église, je Te confie le droit de me retirer de la scène à n’importe quel moment. Si Tu penses qu’il y a quelqu’un d’autre qui pourrait faire un meilleur travail pour nous conduire à la prochaine étape de notre croissance, je me retire parce que je t’appartiens".

Je prie une version plus longue de cette prière à chaque fois que je vais prêcher à l’église. C’est un rituel plein de sens pour moi. J’offre ma démission à Dieu : "Dieu, tu m’as utilisé dans le passé mais je n’ai jamais considéré ta grâce comme acquise. Peu importe ce qui t’apportera le plus de gloire, c’est exactement ce que je veux". Puis, je reconsacre ma vie au Seigneur et lui demande de me donner Sa puissance. J’ai une liste mémorisée d’affirmations et de confessions que je prie, mais la chose principale c’est que je m’humilie devant le Seigneur en solitude.

Si vous avez à préparer de nouveaux messages régulièrement, vous savez déjà combien il est essentiel d’exprimer une totale dépendance envers Dieu. Personne n’est capable de subvenir à tous les besoins d’une congrégation. Mais Dieu le peut.

La puissance de Dieu est visible dans votre vie non à cause de ce que vous êtes, mais à cause de ce que Dieu est ! Le secret de la force est d’admettre votre faiblesse. Le secret de la puissance est d’admettre votre impuissance. Le secret du bonheur est l’humilité et le secret de la victoire est la capitulation devant Dieu.

Je vous exhorte à vous mettre devant Dieu dès maintenant, choisissez de vous humilier et dites : "Dieu, en tant que ton humble serviteur, je livre ma volonté entière à la tienne. Aide-moi s’il te plait".

Il n’y a rien que Dieu ne ferait pour ce genre de personne ! Le royaume de Dieu sera à vous...  Elever des enfants est difficile. Le ministère est difficile ! Dans la vie, il y a beaucoup de choses qui ne tournent pas rond et qui ne vont pas comme vous le voulez.

Si votre bonheur dans le ministère dépend du fait que tout doit aller comme vous le voulez, vous serez malheureux pour une bonne partie de votre ministère.
On  a demandé à 52.000 américains : "Que faut-il pour vous rendre heureux ?" Leurs réponses variaient, mais la chose intéressante est que la majorité d’entre elles se référaient à des situations externes plutôt qu’à des questions internes. L’idée populaire du bonheur implique le fait d’avoir les bonnes circonstances. C’est ce que j’appelle la pensée "Quand et alors" : "Quand j’aurai fini mes études, alors je serai heureux", "Quand j’aurai un travail, alors je serai heureux", "Quand je me marierai, alors je serai heureux", "Quand j’aurai des enfants, alors je serai heureux", "Quand les enfants quitteront la maison, alors je serai heureux"...



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

4 commentaires
  • Lisiane Randi Il y a 8 années, 3 mois

    Très beau message!!! Ce que j'ai principalement retenu c'est qu'il faut être humble et s'en remettre totalement et entièrement à DIEU pour la vie de tous les jours, pour le ministère. Seigneur, apprends-moi à m'humilier devant toi et à être totalement dépendante de toi. Que ma volonté se fonde dans la tienne. Au nom de Jésus, AMEN!
  • Efontaine Il y a 9 années, 6 mois

    Que le seigneur bénisse davantage son serviteur Rick. merci pour ce message.
  • Deya Il y a 10 années, 4 mois

    "l'Humilité précède la gloire". Seigneur tu m'apprends à être simple d'esprit, à confesser que sans toi, sans ton esprit, je ne peux rien faire encore moins le réussir.Je viens à tes pieds oh seigneur, levé le regard vers toi et toucher ta robe de gloire afin que part ce contact tu me transformes. Merci Père parce que j'ai foi que tu le fais au nom de Jésus Amen
  • Afficher tous les 4 commentaires