Nos attentes et nos déceptions – 3ième partie

« Vous aviez médité de me faire du mal : Dieu l’a changé en bien » Genèse 50:20

Je sais ce que vous allez dire : ‘Phil n’a plus aucune inspiration pour trouver des nouveaux titres à ses lettres ! Il en est réduit à réutiliser le même titre à chaque semaine.’ D’ailleurs, je suis aussi le premier à faire la remarque lorsqu’un groupe de musique bien connu des milieux chrétiens et que je ne nommerai pas fait la même chose avec les titres de ses albums. On pense qu’ils essaieraient de trouver pour une fois un titre original, et puis c’est toujours le même qui sort ! Pourtant, on est époustouflé en écoutant les textes poétiques avec des rimes dans tous les sens et des chants à 3 couplets minimum. Et malgré cette profusion de merveilles poétiques, ils ne sont pas capables de trouver un titre original… Pourquoi ne pourrais-je pas faire comme eux ? Pas dans le poétique – mais dans le titre qui ne change jamais !

Si c’est toujours le même titre que je ressors à différentes sauces, c’est quand même parce qu’il y a un lien – plus ou moins évident – entre ces dernières lettres. Les deux lettres précédentes parlaient des attentes qu’on peut avoir sur soi, et de la déception lorsqu’on se rend compte qu’on n’est pas encore la personne qu’on voudrait être ! On se découvre des horribles défauts, on s’aperçoit qu’on est bien faible dans beaucoup de domaines et, comme l’apôtre Paul a pu l’écrire dans sa lettre aux romains, on ne fait pas le bien qu’on voudrait faire et on se trouve des facilités pour faire tout le contraire ! Lorsqu’on se regarde dans un miroir, on entend cette petite voix qui ne vient pas de Dieu et qui essaie de nous décourager avec des paroles comme : « Tu n’es bon à rien ! » Ou encore : « Tu es encore plus moche en vrai que dans la glace ! » Ce à quoi la douce voix de Dieu répond : « Tu es capable de tout cela grâce au Christ qui te rend fort. » (Philippiens 4.13)

Oui, il y aurait de quoi être déçu lorsqu’on se regarde dans une glace, en particulier de bon matin avec les cheveux de travers et la marque de l’oreiller sur la joue ! Mais heureusement, Celui qui vit en nous est bien plus grand que nos faiblesses.

Dieu est aussi celui qui transforme le mal en bien. Souvenez-vous encore de Joseph ! Il est vendu comme esclave par ses frères, et quelques années plus tard, c’est lui qui les sauve de la famine (Genèse 42). Ainsi, Dieu s’est servi des mauvais sentiments des frères de Joseph pour sauver toute la famille. Cela paraît contradictoire, pourtant, ce n’était pas la dernière fois que Dieu se servirait du mal pour accomplir le bien : les mauvais sentiments des religieux envers Jésus l’ont conduit sur la croix, et par la croix nous sommes sauvés ! C’est une autre preuve que Dieu se sert du mal pour accomplir le bien.

Les disciples ont un jour demandé à Jésus : ‘Rabbi, qui a péché, cet homme ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle ?’ Jésus a répondu : ‘Ce n’est pas que lui ou ses parents aient péché ; mais c’est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui.’ Vous pensez bien que cet aveugle sur le bord du chemin a dû être déçu de vie, il a peut-être préféré ne jamais être venu au monde. Mais pour Jésus, il ne faisait aucun doute qu’à travers cet homme, Dieu allait montrer Sa puissance. Encore une fois, Dieu a changé le mal en bien.

Si tu as vécu comme Joseph dans les pires misères, dans les prisons insalubres et dans le malheur, sache que Dieu désire encore aujourd’hui transformer le mal que tu as connu en bien. Joseph a pu dire que rien ne lui était arrivé en vain. Rien n’a été perdu, aucune de ses larmes n’a coulé pour rien ou n’a été oubliée sur le sol humide d’une prison égyptienne. Car Dieu a changé le mal qu’il a subi en bien. De la même façon, Dieu garde chacune de tes larmes précieusement ; et le moment venu, Il les transforme en pluie de bénédictions.

Dieu utilise nos déceptions et nos échecs, et Il transforme notre mal en bien. Il prend notre boue, la travaille, et Il en fait un objet d’art. Sachons seulement rester fidèle, en disant en toute circonstance : Que le nom de Dieu soit béni !



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire