Parents, vous avez AUSSI des droits !

Parents, vous avez AUSSI des droits !

Ma profession m'amène à accompagner des parents autour de l'éducation de leur enfant ; un projet personnalisé est élaboré, avec des objectifs bien précis, visant à les aider à évaluer dans un premier temps leur situation familiale puis avec un professionnalisme olympique, l'accent va être mis sur leur fonction parentale. J'évoque avec eux les questions qui fâchent, du genre : vous avez des devoirs envers vos enfants, en les énumérant etc ...

Mais en réfléchissant bien, en étant à leur écoute, je crois entendre parfois un cri de désarroi, de révolte pour certains : pourquoi ? Parce que pour la plupart, leurs propres parents n'ont pas su assumer leur responsabilité envers eux. Tout ceci fait écho en moi, puisque je suis parent moi même. Alors la question que je me pose et vous pose est : Comment faire, quand nous avons eu nous-mêmes des parents défaillants qui n'ont pas su remplir à notre égard leur rôle d'éducateurs ? Des parents qui n'ont pas pu nous inculquer certaines valeurs éducatives ?

Comment apprendre à fonctionner autrement ? Et d'autre part, quelle attitude aurais je, honnêtement, si un tiers venait me dire comment éduquer mes enfants ? Il me semble que nous ne pouvons parfois pas donner, ce que nous n'avons pas reçu ! Est-ce une excuse ? Non, juste une réflexion. Y aurait-il une école pour apprendre à être parent ? Et quand bien même on aurait appris, quel est l'apprentissage qui se ferait sans erreurs ou sans failles ? Serions-nous devenus parfaits par le simple fait d'être parents, et parents chrétiens de surcroît ? Non, sûrement pas !!

Que faire ? La première démarche qui me vient à l'esprit, avant de mettre en place un accompagnement ou de prodiguer des conseils, est de prendre en compte que chaque famille, la vôtre, la mienne, est unique, avec une histoire et une dynamique propres, à cause des personnes qui la composent.

Ensuite, avant même d'évoquer la notion de devoirs, il serait peut être judicieux de commencer par dire, avec empathie et bienveillance, aux parents que j'accompagne, qu'ils ont aussi des droits : pourquoi ? Parce que droits et devoirs vont de pair et, en reconnaissant leurs droits, je prends simplement en compte leur singularité, la vôtre aussi, leur humanité, la mienne, et leur histoire de vie, mais aussi la nôtre.

Alors détendons-nous car nous avons des droits et je les ai ainsi énumérés :

- VOUS avez le droit, en tant que parents, d'être déboussolés par moments par le comportement de vos enfants.
- VOUS avez le droit d'avoir des sentiments positifs ou négatifs, et d'en faire part à vos enfants, par exemple : « Je suis en colère, ton attitude m'exaspère, je suis fier ou fière de toi, etc.... »
- VOUS avez autorité chez vous, alors posez le cadre en fonction de l'âge et des besoins de vos enfants, osez commander, donnez-leur la cadence, des habitudes autour du quotidien : Qui fait quoi ? Quand ? Comment ? Et aussi pourquoi ?
-VOUS avez le droit de mettre une hiérarchie dans vos priorités ; la relation de couple ne doit pas être en berne quand on a des enfants, car ils bénéficieront des fruits d'un mariage heureux, alors accordez vous du temps entre époux.
-VOUS avez le droit entre conjoints d'avoir des avis différents concernant l'éducation de vos enfants et de chercher des compromis ensemble.
-VOUS avez le droit de demander pardon à vos enfants, et de vous pardonner vous-même pour vos carences.
-VOUS avez le droit de les aimer, sans tout leur permettre. Vous avez le droit d'être fatigués, et si besoin, de passer le relais en les faisant garder une demie-journée ou plus, si vous le pouvez.
-VOUS avez le droit de vous tromper dans l'éducation de vos enfants, de ne pas savoir par moments, d'être imparfaits, illogiques, d'être vrais.
-VOUS avez le droit de préserver votre santé physique, psychique, spirituelle (en demandant de l'aide, sans culpabilité bien sûr)
-VOUS avez le droit d'être vous-mêmes, de vous occuper de vous.
-VOUS avez le droit de désapprendre, et d'apprendre des autres si ce que vous apprenez est en lien avec vos valeurs spirituelles et morales.

Et enfin, chers parents, vous avez, comme je l'ai aussi, le droit de pleurer et de crier à Dieu votre incapacité et votre désarroi. Vous pouvez lui demander son aide et sa sagesse, parce qu'il est l'éducateur par excellence.

Je pense que maintenant nous pouvons parler de devoirs, qu'en pensez vous ? Mais dans une autre rubrique.

Soyez bénis et encouragés en son nom



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

24 commentaires