Que le Seigneur bénisse cette maison !

Que le Seigneur bénisse cette maison !

Que le Seigneur bénisse la femme qui entre dans ta maison !
Qu’elle ressemble à Rachel et à Léa,
les deux femmes de Jacob qui ont donné naissance au peuple d’Israël !
Que tu sois riche dans le clan d’Éfrata,
Et que ton nom soit célèbre à Bethléem !
Que le Seigneur te donne beaucoup d’enfants avec cette jeune femme !
Et que ta famille soit comme celle de Pérès,
le fils de Juda et de Tamar !»
Alors Booz se marie avec Ruth,
et Ruth devient sa femme.
Il s’unit à elle.
Le Seigneur la bénit,
elle devient enceinte
et elle met au monde un garçon.

Ruth 4/11 à 13 (Parole De Vie)


Quitter… et fonder une nouvelle cellule familiale…

Genèse 2/24 : « C’est pourquoi un homme se séparera de son père et de sa mère et s’attachera à sa femme, et les deux ne feront plus qu’un. » (SEM)

Ephésiens 6/2 : « Honore ton père et ta mère: c’est le premier commandement auquel une promesse est rattachée: pour que tu sois heureux et que tu jouisses d’une longue vie sur la terre. » (SEM)

1 Timothée 5/4 : « Si une veuve a des enfants ou des petits-enfants, c’est à ceux-ci qu’il faut apprendre, avant tout, à démontrer leur attachement à Dieu dans leur propre famille. Leur devoir religieux commence au foyer auprès des leurs. Qu’en reconnaissance pour tout le bien reçu, ils témoignent donc de l’amour à leurs mères ou leurs grand-mères, afin de s’acquitter de la dette qu’ils ont contractée envers leurs parents. Voilà ce qui plaît à Dieu. » (PVV)

Proverbes 23/22 : « Écoute ton père qui t’a donné la vie. Ne méprise pas ta mère quand elle sera vieille. » (PDV)

C’est tellement important et agréable pour chacun de vivre en paix avec les membres de sa famille et de sa belle famille. Patience, douceur et bonté sont des qualités qui portent de bons fruits. Il est rare que le couple des beaux parents soit une occasion de difficultés pour le jeune couple.

Les pères sont généralement indépendants mais il arrive quelques fois des conflits à cause des mères qui se montrent possessives ou intrusives. Une mère peut se croire indispensable, elle peut penser que ses méthodes sont les meilleures, elle peut vouloir donner des conseils plus ou moins insistants. Elle peut vouloir continuer dans le foyer de ses enfants ce qu’elle a fait dans son propre foyer. Elle ne veut que du bien et ne se doute pas de l’importunité de ses interventions. Il arrive que certaines mères pensent que leur belle fille ne gâte pas assez leur fils. Elles essayent alors d’éduquer leur belle-fille ou de s’immiscer dans la vie du jeune couple. Il arrive que certaines mères soient jalouses de leur belle-fille, elles ont l’impression d’être volée de leur fils, de leur amour…

C’est souvent le cas quand le fils qui se marie est le dernier de la famille, ou quand la mère a un tempérament fusionnel ou dominateur. Beaucoup de mères éprouvent à ce moment un vide affectif, de la solitude, la sensation d’être inutile et démunie. Cet afflux de sentiments les rend moroses ou agressives. Certaines d’entre elles réclament alors leur part d’affection et d’attention et peuvent se rendre insupportables.

Pour stopper ce genre de conflit, il faut que le fils fasse acte d’autorité. Avec douceur et ménagement, il doit remettre sa mère ou sa belle-mère à sa place. Lorsque Dieu dès le commencement a donné l’ordre à l’homme de quitter sa famille pour s’attacher à sa femme, c’était vraiment pour marquer un détachement de l’homme envers sa famille.

C’est lui qui a la tâche de couper le cordon ombilical pour créer un autre foyer avec son épouse. Le bonheur du jeune foyer est lié à l’obéissance envers ce commandement. Le fils doit prendre au sérieux son émancipation et son nouveau rôle de chef.

En général, les jeunes femmes ont plus de facilité à quitter leur famille pour s’attacher à leur mari. Un jeune homme qui se marie doit être assez mûr pour prendre cette responsabilité, il ne doit pas se montrer puéril, faible ou sentimental. Honorer ses parents ne signifie pas sacrifier son propre foyer à leur dépend mais les respecter et leur témoigner de l’estime. Le jeune homme est désormais le chef de son propre foyer et son épouse n’est plus soumise à ses parents mais à son mari.

Les parents ne doivent donc pas intervenir dans le foyer de leurs enfants sauf si leur aide est sollicitée. Ils doivent travailler à l’unité du jeune foyer et en aucun cas juger ou mépriser l’un d’eux. Les jeunes mariés ne doivent pas écouter leurs parents dire du mal de leur conjoint. Ils ne doivent pas non plus se plaindre à leurs parents (sauf cas extrême). En effet, l’homme et la femme formant une seule chair, tout mauvais propos fait à l’un ou sur l’un blesse l’autre et peut engendrer des divisions.

Le jeune couple doit vraiment réaliser qu’il est émancipé, qu’il est une unité. Une alliance solide lie l’homme et la femme et rien ne doit venir la détruire.

Honorer ses parents, c’est ne pas être ingrat ni désinvolte, c’est montrer du respect et des égards. Mais chacun doit garder sa place, il ne doit pas y avoir de compétition ni même de comparaison entre les membres de la famille.

On peut profiter de la maturité et des expériences de ses parents mais les parents ne doivent pas passer avant le conjoint.


Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

19 commentaires