Réjouis-toi !

Quand on veut partager un sujet de réjouissance, on fait un repas, n’est-ce pas ? On s’appelle, et on se « fait une bouffe »...

Vous imaginez un mariage sans repas ? Vous imaginez un repas de mariage où personne ne se réjouit, où tous les convives font la tête, et où on s’ennuie à mourir ? Vous imaginez un repas sans joie ?…

J’ai toujours pensé que les repas étaient des occasions de se réjouir ensemble… jusqu’au jour où j’ai commencé à participer à des repas professionnels. En réalité, les repas professionnels sont des occasions de s’embêter ensemble ! C’est à celui qui trouvera le sujet de conversation le plus inintéressant et le plus ennuyeux. Voilà le genre de discussion que l’on entend à un bout de la table :

« Dans quelle mesure alors êtes-vous impliqué dans le plan de productivité de la société ? Avez-vous des objectifs définis qui apparaissent dans un tableau de bord ? »

« C’est-à-dire qu’à titre personnel, je ne suis pas collectivement visé par les perspectives envisagées dans le tableau de bord. Mais ça ne signifie pas que je sois pas sollicité à agir dans le sens du projet d’entreprise. »

« Blablabla Blablabla Blablabla… »

A l’autre bout de la table, la discussion est bien plus animée, et ça frise à la polémique :

« Quoi, vous insinuez que le plan de restructuration de la direction des ressources humaines n’est qu’un moyen pour le nouveau DRH d’asseoir sa position au sein du groupe ! »

« Je ne dis pas cela, mais il en profite bien pour écarter d’éventuels concurrents au poste de DG, poste qui se libèrera dans 2 ans, si je ne m’abuse, et je trouve cela assez mesquin. »

« Blablabla Blablabla Blablabla… »

Le pire, c’est encore les repas où l’un des convives prend le monopole de la discussion et commence à parler de sa collection de coléoptères, ou d’arachnides, collection qui vaut selon lui une petite fortune pour un initié. Sans parler de celui qui n’arrête pas de se vanter de ses exploits en planche à voile ou en scooter des neiges ! Qui est-ce que ça intéresse ? Vraiment, certains repas sont d’un ennui indescriptible ! Les repas, comme cela, on a envie de les fuir. Heureusement qu’ils ne sont pas tous comme cela. Et certainement pas les repas de Dieu…

Les repas sont faits pour se réjouir, et c’est pour cette raison que les croyants seront invités à participer au repas des noces de Jésus.

« Réjouissons-nous et soyons dans l’allégresse, et donnons-lui gloire; car les noces de l’agneau sont venues, et son épouse s’est préparée, (…) Et l’ange me dit: Ecris: Heureux ceux qui sont appelés au festin de noces de l’agneau! » Apocalypse 19.7-9

Jésus commence ses miracles à un repas de noces (Jean 2), et il nous recevra un jour à un repas de noces ! C’est dire si le message de l’Evangile est un sujet de réjouissance et de plaisir !

« Louez l’Eternel! Heureux l’homme qui craint l’Eternel, qui trouve un grand plaisir à ses commandements. » Psaume 112.1

Dieu désire que notre foi en Lui soit motivée par l’amour, et aussi par le « plaisir » de le connaître. On entend parfois l’expression « le devoir religieux ». Mais réalisons-nous que Dieu se réjouit lorsque nous prenons plaisir en Lui ? Si notre vie avec Dieu était un devoir seulement, ce serait bien triste ! Ce serait une religion morte ! A travers les Psaumes, nous voyons exprimées toutes sortes d’émotions : la crainte, la colère… mais nous lisons aussi beaucoup de versets qui parlent d’allégresse, de réjouissance, de joie dans la présence de Dieu. La présence de Dieu est un sujet de joie !

La vie avec Dieu est une course, un apprentissage, mais c’est aussi une fête.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire