"Tes paroles ont relevé ceux qui chancellaient"

"Tes paroles ont relevé ceux qui chancellaient"

… a dit l’ami de Job qui lui faisait des éloges (Job 4.4). Les paroles négatives engendrent une attitude négative tandis que des paroles positives vont ouvrir un chemin d’espérance. Je peux illustrer ceci à partir d’une bouteille d’eau à demi -remplie. Si je la vois à demi-vide, je pense à tout ce qui est déjà parti et au risque d’être rapidement assoiffée. Si par contre, je considère cette même bouteille à demi -pleine, la perspective qu’il en reste encore la moitié, me remplira d’espoir de pouvoir encore étancher ma soif…

Lorsque j’ai revu mon médecin traitant après l’annonce à l’hôpital, d’un diagnostic de sclérose en plaques, celui-ci s’est empressé de me lister tous les inconvénients que cette maladie allait me faire connaître. Il me détailla tous les handicaps moteurs progressifs qui surviendraient, les aménagements à envisager dans ma maison pour me déplacer en fauteuil roulant, etc.… Cette maladie évolutive peut conduire à une dépendance importante, mais ce n’était sûrement pas les mots qu’il fallait pour me remonter le moral à ce moment-là. Il aurait pu aussi bien dire par exemple : " vous avez la sclérose en plaques, mais sachez que maintenant, il existe des moyens de combattre l’évolution de la maladie et que le handicap n’est pas systématique ! ".

Lorsque j’ai rapporté ces propos à la mère de mon époux, elle s’est mise en colère et a fait aussitôt, une chose très importante : elle a prié pour " lier au nom de Jésus ", ces paroles dévastatrices prononcées sur moi. Car ces paroles me condamnaient déjà au fauteuil roulant et à la perte d’autonomie, à peine le diagnostic posé. La bouteille était à demi vide, je ne pouvais que m’affoler de tout ce qui j’avais perdu, et allais perdre encore. Après la prière de ma belle-mère, je voyais la bouteille à demi-pleine : j’avais encore de quoi boire, et c’est à la source d’eau vive (qu’est ma relation avec mon Seigneur), que je me suis abreuvée…

Huit ans ont passé depuis. Je marche bien, je suis autonome, je poursuis les traitements nécessaires avec des périodes plus ou moins difficiles. Par cette expérience, j’ai appris qu’il y a deux façons de transmettre les choses aux autres, par nos paroles. Et je préfère nettement agir comme Job dont les paroles ont relevé ceux qui chancelaient, plutôt que d’enfermer négativement l’avenir, connu de Dieu seul. 


Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

17 commentaires
  • parade Il y a 10 années, 4 mois

    Oui,c"est vrai ,je préfère dire des paroles qui libèrent que de dire des paroles négatives!Notre langue peut être " des objets de mort ou des mots qui édifient l"autre".J"apprends à me tourner sept fois celle-ci que de blesser comme un glaive ,la ou les personnes! L"Esprit me conduit sur la voie droite à cause de Son Nom! Amen..merci pour ce message !
  • Hopy Il y a 10 années, 6 mois

    Merci de nous faire retenir cette leçon! Prendre le bon côté des choses avec persévérance et foi! Tout compte fait ,c'est Dieu qui a le dernier mot. Là où l'homme condamne, il délivre toujours.
  • Raissa Minko Il y a 10 années, 8 mois

    La parole de Dieu, si efficace, si tranchante nous a été laissée comme héritage pour nous relever dans ce monde qui veut toujours nous tirer vers le bas. A Dieu seul soit la gloire au nom de Notre Seigneur Jésus Christ.
  • Afficher tous les 17 commentaires