Tintinnabuler avec grâce …

Tintinnabuler avec grâce …

Le tintement, doux et léger, produit par les clochettes en bordure de la robe du souverain sacrificateur (Exode 28.33-34) est un agréable témoignage.

Sans même voir le serviteur, chacun, dans son entourage, peut entendre ces notes et se réjouir de l'activité calme et constante pour Dieu et en faveur des intérêts du plus grand nombre.

Il ne s'agit pas de se précipiter, de s'agiter, ce qui aurait pour effet d'émettre des sons discordants, mais bien d'adapter sa marche au rythme de l'humilité et de l'obéissance nécessaires à tout service selon la volonté de Dieu.

Il vaut mieux de petites clochettes qu'une cloche que l'on fait sonner devant soi pour attirer l'attention, tel les hommes et les femmes parés de religiosités qui aiment à se mettre en avant, à prendre tout l'espace audible, à faire de l'ombre à Dieu et à ses véritables serviteurs et servantes (Matthieu 6.1-16).

Le tintement de deux petites pièces d'une croyante fidèle vaut mieux que la cloche qui retentit avec éclat pour les dons issus d'un superflu consacrés à la glorification de l'homme plutôt qu'à Dieu (Marc 12.41-44).

S'il n'y a pas l'amour, cela ne sert à rien (1 Corinthiens 13). Sans l'amour pour Dieu et son prochain, il n'y aura pas d'échos bénis en réponse aux notes émises.

Que rien ne vienne étouffer ou couvrir le son agréable de ces clochettes, ni les soucis, ni les envies, ni les fatigues, ni les déceptions, ni rien de semblable, ni même les vains bruits de ce monde qui ne doivent pas nous empêcher de tintinnabuler avec grâce.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

2 commentaires