Un pasteur peut-il avoir tous les ministères ?

Un pasteur peut-il avoir tous les ministères ?

Vous connaissez peut-être un ou des pasteurs "hommes-orchestres".
Mais est-ce la norme ?

Qu'est-ce que nous dit la bible ?

C'est lui (Christ) qui a fait don de certains comme apôtres, d'autres comme prophètes, d'autres comme évangélistes, et d'autres encore comme pasteurs et enseignants.  Il a fait don de ces hommes pour que ceux qui appartiennent à Dieu soient rendus aptes à accomplir leur service en vue de la construction du corps du Christ.
Ephésiens 4.11-12 

Ici, en fonction des traductions, on peut relever quatre ou cinq ministères, selon qu'on associe ou non "pasteur" et "enseignant".

Pasteur et berger sont deux synonymes. Le pasteur prend soin du peuple de Dieu. Il l'encourage, le soigne et l'aide à se développer. Comme le ferait un berger pour son troupeau.

On ne peut guère enfermer les serviteurs de Dieu dans des catégories étanches. Une onction pastorale, par exemple, peut être complétée par une onction apostolique ou prophétique. Des dons naturels ou spirituels se développent différemment selon les caractères et les besoins. Le Saint-Esprit souffle où il veut.

Le rôle du pasteur varie selon les types d'églises

- Certaines dénominations reconnaissent les cinq ministères regroupés dans une équipe de direction.

- D'autres ne retiennent que celui de pasteur, le représentant de la seule autorité, parfois avec un collège d'anciens.

- Certaines donnent le titre de pasteur à toute personne exerçant une responsabilité importante (louange,  jeunesse, mouvements divers...).

- D'autres le réservent à la personne en charge de la santé spirituelle de la communauté.

Selon les contextes, un pasteur peut donc être amené à exercer un ministère exclusif. Si tel est le cas, il faut se demander pourquoi. Est-ce un règlement ecclésiastique qui l'impose ? N'y a-t-il personne qui soit appelé et formé pour servir par les autres ministères ? Est-ce une période difficile où les diverses vocations tardent à se manifester ? Est-ce une solution de confort pour les fidèles ? 

Voici aussi ce qu'en disait le pasteur Jean-Claude Guillaume :

“Ceux qui veulent, comme on le dit familièrement aujourd'hui, "se la jouer perso" dans une équipe, ne devront pas compter sur la bénédiction de Dieu. Même le monde a compris depuis longtemps l'importance capitale de l'esprit d'équipe, que ce soit dans le sport, l'entreprise ou la sphère médicale. Lorsqu'on a le privilège de pouvoir apporter sa petite pierre à un grand édifice, il est vain et dangereux de vouloir garder sur elle une emprise et un contrôle, sous prétexte que c'est grâce à notre généreux apport qu'elle est utile à l'ensemble. Ce qui caractérise particulièrement l'esprit d'équipe chrétien, c'est que chacun donne à l'œuvre commune, librement et sans arrière-pensée d'une quelconque autovalorisation, les dons et les compétences que Dieu lui a confiés.”(1) 

Dans le même sens, le pasteur Rick Warren affirme :

“J'ai compris l'importance de la notion d'équipe pour la première fois lorsque j'étais étudiant à l'école biblique. J'ai réalisé une étude sur les cent plus importantes églises en Amérique, et je leur posai une série de questions concernant les serviteurs et le ministère. Cela ne vous étonnera pas, l'étude a démontré que les églises les plus fortes ont aussi un fort esprit d'équipe.”(2)

La richesse d'une église réside dans la complémentarité, le partage des services et les relations qui en découlent. Sinon ne risque-t-on pas de reporter toutes nos attentes sur une seule personne qui va s'épuiser ?

Aimez et soutenez vos pasteurs. Faites-en de même avec les autres ministères. Tout serviteurs de Dieu qu'ils sont, ils n'en restent pas moins des humains qui ont besoin de notre amitié et de notre prière.

(1) Comment développer une équipe de serviteurs ?

(2) L'esprit d'équipe



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

8 commentaires
  • Joël Lorand Il y a 1 année

    La question est pleine de sous entendu. La réponse biblique littérale est Oui, chacun a des capacités différentes, un pasteur (1 sur 1000 peut être) peut très bien avoir tout les dons pour le service (c'est le sens de diakonia traduit par ministère) selon 1 Cor 12:31 aspirez aux dons les meilleurs. Ce n'est pas une vrai question, son expression est pernicieuse dans ce qui est inscrit dessous il y est question d'esprit d'équipe qui est bien sûr un mieux mais sans rapport avec la question telle quelle, idée que ce qui est tabou est forcement vicieux ? J'ai répondu "je ne sais pas" étendant le sens de un pasteur à "n'importe quel pasteur" en considérant aussi que dans une petite communauté c'est une possibilité facilité en terme de capacités d'établir une église locale. Bon ok c'est pas bien positif de s'exprimer en disant que la question est tordue, disons que je soutiens ceux qui ont répondu Oui avec la bonne intention qui est de ne pas préjuger des capacités des pasteurs qui ont le plus souvent besoins de soutient et de prières. Sachant qu'une grande qualité pour un pasteur est l'organisation et savoir déléguer. Dieu est seul juge.
  • filippo Il y a 1 année, 4 mois

    En effet, il est sage de vivre dans la douceur du service sans jamais s'épuiser, ni même effleurer la fatigue. Laissons-nous porter littéralement par le Souffle de l'Esprit. Toutefois, s'il plaît à Dieu de donner tous les Ministères à une seule et même personne, successivement ou à tour de rôle, sur toute la période de sa vie, alors Gloire à Dieu !
  • ELIO Il y a 1 année, 4 mois

    Ce sujet est vaste quant à la réflexion qu’il introduit car il est soumis à plusieurs paramètres tels que les capacités intellectuelles acquises, les dispositions naturelles dans le domaine de la rhétorique, l’autorité dans la fidélité aux écritures à laquelle est liée la fermeté dans la foi et bien sûr la dose de l’esprit reçue (2 Rois 2 :9), sans oublier l’amour de la vocation de conducteur …Etc. Autant d’éléments qui font la différence entre les appelés, et aussi entre les groupes ou communautés. Les aptitudes entrent donc en jeu, et s’il s’avère qu’au sein du groupe seul le conducteur cumule le plus de « dons », il est clair que le chef ce sera lui. Heureux conducteur ! A par Jésus, il ne faut pas se faire trop d’illusions. Dispensateur de tous les dons, notre Seigneur a bien été assisté dans son ministère par ceux que le Père lui avait donnés (Jean 17 :6). Il en fut de même pour Moïse. Mais nous savons que les différents ministères au sein du peuple du Seigneur reçoivent l’onction de l’Esprit Saint, c’est la nourriture aux différents membres du corps, lesquels reçoivent « la dose spirituelle » en fonction de leurs besoins, pour le bien de tous. C’est le partage, la communion parfaite, l’amour entre frères. Cependant, il y a un ministère qui se démarque des autres : c’est celui de prophétie. Il ne s’agit pas ici de la révélation ponctuelle de circonstance, ni encore moins d’une auto proclamation suggestive –car le temps des prophètes s’est arrêté à Jean-Baptiste (Matt. 11 :13 ; Luc 16 :16) – Après quoi c’est le Saint –Esprit qui prend le relais, car « le témoignage de Jésus est l’esprit de la prophétie»(Ap. 19 :10) où Jean, le disciple bien aimé, clôture la lignée des prophètes. Ce ministère se poursuit donc dans sa forme explicative des Ecritures, lesquelles sont « révélation » du début jusqu’à la fin –Car la Genèse est aussi une apocalypse en ce qui concerne la création – Mais là aussi la réflexion ne peut demeurer à l’échelon individuel, et la discussion s’impose au sein du groupe, voire du peuple tout entier (2 Pierre 1 :20, 21 ; Ap. 1 :3), l’unanimité validant la présence du Saint-Esprit.
  • Afficher tous les 8 commentaires